Ouvrir le menu principal

Ivy Mike

Bombe à hydrogène

Ivy Mike
Champignon d'Ivy Mike.
Champignon d'Ivy Mike.
Puissance nucléaire Drapeau des États-Unis États-Unis
Série d'essais Opération Ivy
Localisation Eniwetok (Territoire sous tutelle des îles du Pacifique)
Coordonnées 11° 40′ 00″ N, 162° 11′ 13″ E
Date 1er novembre 1952, h 15
Type d'arme nucléaire Bombe H
Puissance 10,4 Mt
Type d'essais Atmosphérique
Altitude du champignon 37 km

Géolocalisation sur la carte : Îles Marshall

(Voir situation sur carte : Îles Marshall)
Ivy Mike

Géolocalisation sur la carte : océan Pacifique

(Voir situation sur carte : océan Pacifique)
Ivy Mike

Ivy Mike est le nom de code de la première bombe H testée avec succès. Sa puissance était de 10,4 Mt. Elle a explosé sur l'atoll d'Eniwetok le 1er novembre 1952 à h 15. C'est le premier test complet d'une « bombe à fusion étagée » selon la conception de Teller-Ulam.

CaractéristiquesModifier

À cause de ses dimensions, de sa masse (60 tonnes) et du matériel fusionnant (deutérium liquide, à environ −250 °C), cette bombe n'était pas utilisable en tant qu'arme nucléaire car non largable. De leur côté, les Soviétiques développeront la première bombe H transportable par avion en 1953. L'étage primaire comportait du tritium devant doper le deutérium liquide[note 1] dans un long réservoir d'hydrogène liquide, le tout enfermé dans un cylindre destiné à canaliser l'explosion de la bombe et à envelopper le réservoir d'hydrogène d'un plasma gazeux à très haute température, lequel fait exploser à son tour le deutérium, selon la configuration Teller–Ulam (en)[1].

Cette explosion a prouvé que la bombe H est bien plus puissante que la bombe A, en l'occurrence de 500 à 1 000 fois plus puissante que les bombes Little Boy (Hiroshima) et Fat Man (Nagasaki). La puissance de l'explosion a dépassé tous les calculs des scientifiques, réalisés à l'époque le plus souvent à la main ou sur des calculateurs ENIAC au prix d'approximations importantes des modèles physiques.

Vue aérienne du site de l'essai avant l'explosion : on distingue entre Elugelab et Bogon les conduits d'instrumentations.
Vue aérienne du site de l'essai après l'explosion : l'île d'Elugelab a disparu et laisse place à un cratère sous-marin.

VidéoModifier

Vidéo du test Ivy Mike.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le choix du deutérium liquide plutôt que le deutérure ammoniacal (ND3) et le deutérure de lithium fut pris car ses réactions étaient plus simples à étudier.

RéférencesModifier

  1. 1954-1961 : Les bombes H de la guerre froide (The World's Biggest Bomb), documentaire d'Andy Webb, 2011, 53 min.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier