Ismaïl ibn Hammad al-Jauhari

Abu Nasr Isma'il ibn Hammad al-Jawhari
Alias
al-Jauhari
Naissance Farab a.k.a. Otrar
Décès mort en 1002 ou 1008

Abu Nasr Isma'il ibn Hammad al-Jawhari ou al-Jauhari (mort en 1002 ou 1008) est l'auteur d'un dictionnaire d'arabe.

BiographieModifier

Il nait dans la ville de Farab a.k.a. Otrar au Turkestan (aujourd'hui dans le Sud du Kazakhstan). Il étudie la langue arabe d'abord à Baghdad puis parmi les Arabes d'Hedjaz[1]. Il s'installe ensuite dans le Nord du Khorasan (à Damghan puis à Nishapur). Il meurt à Nishapur alors qu'il essaye de s'envoler avec deux ailes en bois et une corde depuis le toit d'une mosquée, peut-être inspiré par une tentative précédente de vol en planeur d'Abbas Ibn Firnas[2],[3].

ŒuvreModifier

Sa grande œuvre est le dictionnaire d'arabe intitulé Taj al-Lugha wa Sihah al-Arabiya, La Couronne de la Langue et l'Arabe Correct, aussi connu sous le nom plus court al-Sihah fi al-Lugha, La Langue Correcte, et al-Sihah. Ce dictionnaire contient environ 40 000 entrées[4]. Il l'écrit alors qu'il vit à Nishapur. Il semblerait que le dictionnaire n'était pas terminé à la mort d'al-Jauharial-Jauhari et qu'il ait été terminé par un de ses étudiants. Al-Jawhari classe les mots dans un ordre alphabétique dans lequel la dernière lettre de la racine du mot est la clef de classement. Al-Sihah est un des principaux dictionnaire d'arabe de l'ère médiévale. De plus une grande partie de son contenu est par la suite incorporé aux dictionnaires suivants[1]. Une grande partie de ce dictionnaire est incorporé dans le gigantesque dictionnaire du XIIIe siècle Lisan al-Arab[5].

Une traduction en latin est commencée par E. Scheidius mais seulement une partie apparait à Harderwijk (1776). La traduction complète est publiée à Tabriz (1854) et au Caire (1865) et plusieurs traductions en persan ont été faites[6],[7]. En 1729 les entrées de ce dictionnaire servent de base à la création d'un dictionnaire arabe/turc, le premier livre imprimé sur une presse typographique par Ibrahim Muteferrika durant l'Empire ottoman.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) John Haywood, Arabic Lexicography : Its History, (lire en ligne), chapter 6 : "The Ṣaḥāḥ of al-Jauharī"
  2. (en) Lynn Townsend White, Jr., Eilmer of Malmesbury, an Eleventh Century Aviator: A Case Study of Technological Innovation, Its Context and Tradition", Technology and Culture 2 (2), 1961), p. 97-111 [100f.]
  3. (en) Piero Boitani, Winged words : flight in poetry and history, University of Chicago Press, (lire en ligne), p. 38
  4. History of Humanity, édité par Muḥammad ʻAdnān Bakhīt, 2000.
  5. Consultable sur « Baheth.info »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 7 mai 2013)
  6. Voir le catalogue sur Classify.OCLC.org
  7. C. Brockelmann, Geschichte der arabischen Literatur (Weimar, 1898).

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier