Isiah Thomas

joueur de basket-ball américain

Isiah Thomas
Image illustrative de l’article Isiah Thomas
Fiche d’identité
Nom complet Isiah Lord Thomas III
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (59 ans)
Chicago, Illinois
Taille 1,85 m (6 1)
Poids 82 kg (180 lb)
Surnom Zeke
Situation en club
Numéro 11
Poste Meneur
Carrière universitaire ou amateur
1979-1981 Hoosiers de l'Indiana
Draft de la NBA
Année 1981
Position 2e
Franchise Pistons de Détroit
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1981-1982
1982-1983
1983-1984
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
Pistons de Détroit
17,0
22,9
21,3
21,2
20,9
20,6
19,5
18,2
18,4
16,2
18,5
17,6
14,8
Carrière d’entraîneur
2000-2003
2006-2008
2009-2012
Pacers de l'Indiana
Knicks de New York
National Collegiate Basketball Hall of Fame 2006
Basketball Hall of Fame 2000
* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Isiah Lord Thomas III (né le à Chicago) est un ancien joueur de basket-ball professionnel américain, entraîneur et exécutif qui est aujourd'hui analyste pour la NBA sur TNT. Il a joué toute sa carrière professionnelle pour les Pistons de Détroit de la National Basketball Association (NBA). Évoluant au poste de meneur, il fut nommé All-Star à 12 reprises, est membre des 50 meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA et intronisé au Basketball Hall of Fame en 2000.

Il est considéré comme l'un des meilleurs meneurs de jeu de toute l'histoire de la NBA. Thomas[1] est la star des Pistons de Détroit durant les années 1981 à 1994[2],[3], à l'instar de Magic Johnson chez les Lakers de Los Angeles. Excellent défenseur, l'un des tout meilleurs passeurs de l'histoire de la NBA, il est aussi un finisseur adroit.

Thomas a joué au basket-ball universitaire pour les Hoosiers de l'Indiana, les conduisant au titre de la NCAA en 1981 dans sa deuxième année, puis s'est déclaré à la draft NBA 1981. Il a été choisi en 2e choix par les Pistons de Détroit, et a joué pour eux toute sa carrière, tout en menant les "Bad Boys" aux titres NBA de 1989 et 1990.

Très actif dans la lutte contre la drogue durant sa carrière de joueur, il reçoit en 1987 le J. Walter Kennedy Citizenship Award pour ses actions caritatives.

Après sa carrière de joueur, il a été membre de la direction des Raptors de Toronto, commentateur à la télévision, membre de la direction de la Continental Basketball Association, entraîneur des Pacers de l'Indiana et des Knicks de New York. Il a ensuite été l’entraîneur de basket-ball masculine des Panthers de la Florida International University (FIU) pendant trois saisons, de 2009 à 2012. Au début de mai 2015, au milieu d'une controverse, Thomas a été nommé président et copropriétaire de l’équipe WNBA des Knicks, le Liberty de New York, après le réembauchage de l’ancien coéquipier des Pistons de Thomas, Bill Laimbeer, comme entraîneur de l’équipe[4].

Carrière de joueurModifier

JeunesseModifier

Thomas connaît une enfance difficile dans la banlieue de Chicago, où il hésite entre la vie des gangs et rester dans le droit chemin. Il étudie au lycée Saint-Joseph de Westchester (Illinois), où il se fait remarquer en remportant le titre 1978 de l'État. Il obtient une bourse pour aller étudier à l'Université de l'Indiana à Bloomington, où l'équipe de basket-ball des Hoosiers de l'Indiana est entraînée par Bobby Knight. Leur collaboration débute par une médaille d'or aux Jeux panaméricains de 1979.

UniversitéModifier

Dès sa première saison, Thomas tourne à 14,5 points et 5,5 passes par match. Choisi pour représenter les États-Unis lors des Jeux olympiques de 1980, il ne peut jouer avec la sélection car les États-Unis boycottent les Jeux moscovites. À dix-neuf ans, il n'effectue pas ses deux dernières années universitaires et se présente à la draft en 1981 après avoir remporté le titre universitaire NCAA 63-50 avec son équipe des Hoosiers de l'Indiana, face aux Tar Heels de la Caroline du Nordmenés par James Worthy. Thomas est élu meilleur joueur du tournoi NCAA ou Most Outstanding Player dans cette finale universitaire.

Carrière NBAModifier

Il est sélectionné en deuxième position du premier tour de la draft en 1981 par les Pistons de Détroit et l’ont signé avec un contrat de quatre ans pour 1,6 millions de dollars[5]. Thomas a commencé pour la conférence Est dans le All-Star Game de 1982[6] et a fait la All-Rookie Team[7].

Lors du premier tour des playoffs NBA 1984, Thomas et les Pistons affrontent Bernard King et les Knicks de New York. Dans le cinquième match crucial, Thomas a marqué 16 points en 94 secondes pour forcer le match en prolongation, mais l'équipe a ensuite échoué, et les Knicks ont tenu bon pour gagner[8].

Dans les playoffs 1985, Thomas et son équipe sont allés en demi-finale de la conférence contre les Celtics de Boston, menés par les futurs Hall of Famers Larry Bird, Kevin McHale, Robert Parish, et Dennis Johnson. Detroit n'est pas venu à bout des Celtics, perdant en six matchs la série.

Dans les playoffs 1987, Thomas et les Pistons sont allés jusqu'en finale de la conférence Est et ont affronté les Celtics à nouveau. Détroit a pu revenir à la hauteur des Celtics à deux matchs chacun, mais son espoir de gagner le match 5 au Boston Garden a été emporté par Larry Bird à quelques secondes de la fin : Thomas a tenté de rapidement mettre le ballon en jeu, Bird a intercepté le ballon et a servi Dennis Johnson pour le lay-up victorieux.

En 1988, la première apparition des Pistons en finale NBA, en 32 ans, les a vus affronter les Lakers de Los Angeles, menés par Magic Johnson, James Worthy et Kareem Abdul-Jabbar. Avant la série, Thomas et Johnson ont échangé une bise, symbolisant leur profonde amitié[9]. Après avoir pris une avance de 3-2 dans la finale, de retour à Los Angeles, Detroit semblait prêt à gagner leur tout premier titre NBA dans le match 6[10].

Un des moments les plus inspirants de Thomas est venu dans le match 6. Bien qu’il se soit sévèrement foulé sa cheville en fin de match, Thomas a continué à jouer. Alors qu’il boite et souffre visiblement, Thomas a marqué 25 points dans le troisième quart-temps, un record en finale de la NBA[10]. Mais les Lakers ont remporté le match 103-102 sur des lancers-francs de dernière minute par Abdul-Jabbar, suite à une faute controversée de Bill Laimbeer. Avec Thomas incapable de concourir à plein régime, les Lakers ont pu prendre l’avantage et remporter leur deuxième titre consécutif dans le match 7, 108-105[11].

Au cours de la saison 1988-1989, Thomas, avec ses coéquipiers Joe Dumars, Rick Mahorn, Vinnie Johnson, Dennis Rodman, James Edwards, John Salley, Bill Laimbeer et Mark Aguirre, a guidé son équipe vers un bilan de 63-19. Detroit a joué une marque effrontée et dominante de basket-ball à travers les playoffs qui ont conduit à leur surnom de "Bad Boys". Tout d’abord, ils ont vaincu Boston, qui avait subi des blessures persistantes. Michael Jordan et les prometteurs Bulls de Chicago sont tombés ensuite en finale de conférence, préparant une revanche des finales NBA avec les Lakers. Cette fois-ci, les Pistons ont dominé, balayant les Lakers en quatre matchs pour remporter leur premier titre NBA, sous la gouverne de Chuck Daly[12].

L’année suivante, Thomas a été élu MVP des Finales NBA 1990 après avoir obtenu en moyenne 27,6 points, 7,0 passes décisives et 5,2 rebonds par match lors de la victoire de Detroit sur les Trail Blazers de Portland de Clyde Drexler[13].

Les Pistons ont continué à bien jouer entre 1991 et 1993, mais ont retrouvé leur chemin vers les finales de la NBA bloqué par la dynastie émergente des Bulls de Chicago. Thomas, alors plus âgé s’est déchiré le tendon d'Achille le 19 avril 1994, le forçant à prendre sa retraite un mois plus tard[14].

En tant que meneur, Thomas était un marqueur dangereux et un meneur efficace. Il était connu pour ses capacités de dribble, ses prouesses en attaquant le cercle et ses passes souvent spectaculaires. Thomas a été nommé dans la All-NBA First Team trois fois et au All-NBA Second Team à deux reprises. Il est le leader historique des Pistons en termes de points, interceptions, matchs joués et passes décisives. Il se classe 9e dans l’histoire de la NBA en passes (9 061) et 15e en interceptions (1 861). Il a remporté à deux reprises le titre de MVP du All-Star Game en 1984 (21 points et 15 passes décisives) et 1986 (30 points et 10 passes décisives). Son numéro 11 a été retiré par les Pistons[15].

Carrière internationaleModifier

Isiah Thomas, au moment de l'annonce de la sélection de la Dream Team compte trois participations aux Finales NBA dont les deux titres de 1989 et 1990, et cinq finales de Conférence Est. Son rôle de meneur des Pistons de Détroit, l'une des meilleures équipes des dernières années. Toutefois, lors de l'annonce du , son nom est absent de la liste des dix premiers joueurs devant représenter les États-Unis[16]. Plusieurs faits expliquent cette non sélection : Michael Jordan, même s'il ne l'avouera que des années plus tard, met une condition à sa présence : Isiah Thomas ne doit pas être présent[16]. Magic Johnson, dans le livre When the Game Was Ours dont il est l'auteur avec Larry Bird et la journaliste Jackie MacMullan, révèle qu'il a également joué un rôle important dans la non sélection de son ancien grand ami : « Isiah a brulé lui-même ses chances d'aller aux Jeux Olympiques ... Quand vous vous êtes mis à dos la moitié de la NBA, vous devez le savoir quand même »[17]. Cette volonté est partagée par de nombreux joueurs : Scottie Pippen, comme Jordan, ne veut pas jouer avec l'adversaire principal des Bulls depuis plusieurs saisons. Magic complète par « Qui a dit « Nous avons besoin de lui ?» Personne »[16].

Le , Isiah Thomas est victime d'un coup de coude adressé par Karl Malone en montant au cercle, cela nécessite plus de 40 points de suture autour de son œil[18]. Karl Malone est suspendu d'un match, sans salaire, et d'une amende de 10 000 dollars[18]. Chuck Daly, l'entraîneur des Pistons et de la Dream Team, explique ce geste par le fait que, plus tôt dans la saison, Thomas a inscrit 44 points face au futur meneur de la Dream Team et coéquipier de Malone John Stockton[18].

Carrière post-joueurModifier

BusinessmanModifier

Isiah Thomas est le président-directeur général fondateur d’Isiah International LLC, une société diversifiée d’entreprises et d’investissements. Gre3n Waste Removal, Re3 Recycling et Eleven Capital Group sont trois des principales entreprises de la famille Isiah International[19].

En plus de ces entreprises commerciales, Thomas est impliqué dans des projets immobiliers à Chicago et la région environnante en tant que propriétaire d’Isiah Real Estate[20]. Thomas a dit qu’il investit dans les régions en difficulté et réinvestit. Thomas est également impliqué dans un contrat de développement de 300 millions de dollars pour un complexe à usage mixte à la Commission du district médical de l’Illinois. Isiah Real Estate a établi un partenariat avec Higgins Development Partners, Thomas Samuels Enterprises et East Lake Management & Development pour développer un terrain de 9,5 acres (3,8 hectares) qui comprendrait un espace commercial, un hôtel, des appartements et des aires de stationnement[20].

Thomas a commencé sa carrière d’homme d’affaires avec les Pistons. Planifiant pour la vie après la NBA, Thomas a investi dans une foule d’entreprises par l’intermédiaire de sa société d’investissement privé du Michigan, Isiah Investments, LLC. Son principal investissement a été une grande chaîne d’impression, American Speedy Printing Centers Inc. Thomas a adopté une approche très pratique à American Speedy, menant l’entreprise hors de la faillite, pour devenir rentable et l’une des plus grandes franchises d’impression dans le monde[21].

En avril 1999, Thomas est devenu le premier Afro-Américain élu au Conseil des gouverneurs de la Bourse de Chicago[22]. Il a servi jusqu’en 2002.

Exécutif en NBAModifier

Après avoir pris sa retraite, Thomas est devenu copropriétaire et vice-président exécutif de l’expansion des Raptors de Toronto en 1994. En 1998, il quitte l’organisation à la suite d’un différend avec la nouvelle direction au sujet de la direction de la franchise et de ses responsabilités futures[23]. Pendant son mandat de quatre ans avec l’équipe, les Raptors ont sélectionné lors de différentes draft NBA Damon Stoudamire, Marcus Camby et Tracy McGrady.

À la télévisionModifier

Après avoir quitté les Raptors, Thomas est devenu commentateur à la télévision (d’abord en tant qu’analyste principal de match avec Bob Costas et ensuite en tant que membre de l’équipe du studio) pour la NBA sur NBC. Il a également travaillé sur un plateau de trois personnes avec Costas et Doug Collins.

Le 19 décembre 2012, NBA TV a annoncé que Thomas commencerait à travailler le 21 décembre 2012, en tant que membre du comité d’analystes du studio[24]. On a également annoncé que Thomas deviendrait un collaborateur régulier pour NBA.com.

Continental Basketball AssociationModifier

Thomas est devenu le propriétaire de la Continental Basketball Association (CBA) de 1998 à 2000. En 1999, il a fondé Enlighten Sports Inc, un groupe de développement Web, spécialisé dans le marketing sportif.

Lors de son passage à la CBA, Thomas a lancé des partenariats avec Enlighten Sports, l’Université du Colorado et la CBA. Les nouveaux sites Web ont permis aux fans de regarder des web-émissions de matchs en direct, d’utiliser des graphiques en direct, de discuter avec les joueurs et plus encore. Thomas a également lancé un partenariat entre la CBA et SEASONTICKET.com afin d’offrir des vidéos et des scores personnalisés aux fans dans tout le pays et d’être un portail pour le vote de la All-Star League. Thomas avait prévu que le streaming serait l’avenir des informations et du divertissement[25].

Thomas a acheté la CBA pour 10 millions de dollars, et en 2001, la ligue a été contraint de faire faillite. Peu de temps après le commissaire de la NBA, David Stern, a décidé de créer sa propre ligue de développement, le NBDL, pour remplacer la CBA[26].

Carrière d'entraîneurModifier

Pacers de l'IndianaModifier

De 2000 à 2003, Thomas a entraîné les Pacers de l'Indiana, succédant à Larry Bird, qui a déjà conduit les Pacers au titre de la conférence Est. Thomas a essayé d’élever de jeunes talents tels que Jermaine O'Neal, Jamaal Tinsley, Al Harrington, et Jeff Foster. Mais sous Thomas, les Pacers n’ont pas pu rester au niveau alors qu’ils traversaient la transition d’une équipe dominée par les vétérans et expérimentée en playoffs, à une équipe plus jeune et moins expérimentée. Lors des deux premières saisons de Thomas avec les Pacers, l’équipe a été éliminée au premier tour par les 76ers de Philadelphie et les Nets du New Jersey.

Au cours de sa dernière année avec les Pacers, Thomas les a guidés vers un bilan de 48-34 en saison régulière et a entraîné l’équipe de la conférence Est au NBA All-Star Game 2003. En tant que 3e de conférence, les Pacers ont été éliminés au premier tour des playoffs par les Celtics de Boston. Avec des talents florissants tels que Jermaine O'Neal, Brad Miller, Ron Artest, Al Harrington et Jamaal Tinsley, ainsi que le leadership vétéran de Reggie Miller, certains ont perçu le manque d’expérience de Thomas en tant qu'entraîneur. Pendant l'intersaison, Bird revient aux Pacers en tant que président des opérations de basket-ball, et son premier acte consiste à remplacer Thomas par Rick Carlisle[27].

Knicks de New YorkModifier

Le 22 décembre 2003, les Knicks de New York ont embauché Thomas comme président des opérations de basket-ball[28]. Thomas n’a finalement pas réussi avec l'effectif des Knicks et la base de fans. À la fin de la saison 2005-2006, les Knicks avaient la plus grosse masse salariale de la ligue et le deuxième pire bilan. Il a échangé plusieurs futurs choix de draft à Chicago dans un accord pour Eddy Curry, ce qui s’est avéré être deux choix de loterie dans des projets riches en talent comme LaMarcus Aldridge, et Joakim Noah.

Le 22 juin 2006, les Knicks ont congédié l’entraîneur Larry Brown, et le propriétaire James Dolan l’a remplacé par Thomas, à la condition qu’il montre des progrès évidents.

Au cours de la saison suivante, les Knicks ont été mêlés à une bagarre avec les Nuggets de Denver que Thomas aurait provoquée en ordonnant à ses joueurs de commettre une faute flagrante dans la raquette[29]. Il n’a pas été condamné à une amende ni suspendu; le commissaire de la NBA, David Stern, a déclaré qu’il ne se fiait qu’à des « renseignements définitifs » lorsqu’il distribuait des sanctions[30]. Plus tard dans la saison, neuf mois après que Dolan eut exigé des progrès, les Knicks ont signé à nouveau Thomas pour un contrat sur plusieurs années[31]. Après que Thomas eut obtenu la prolongation, les Knicks sont brusquement tombés des playoffs NBA à un résultat lamentable en fin de saison.

Lors de la draft de la NBA en 2007, Thomas a fait un autre échange, en acquérant Zach Randolph, Fred Jones et Dan Dickau des Trail Blazers de Portland pour Steve Francis et Channing Frye.

Thomas a également aggravé les problèmes de plafond salarial des Knicks en signant des contrats d’exception de niveau intermédiaire avec des joueurs marginaux comme Jerome James et Jared Jeffries. Aucun des deux joueurs n’a eu de temps de jeu significatif et les deux étaient souvent blessés et très inefficaces lorsqu’ils étaient sur le terrain.

Malgré les critiques constantes qu’il a reçues des fans des Knicks, Thomas a affirmé qu’il n’avait pas l’intention de partir jusqu’à ce qu’il ne renverse la tendance, et a prédit qu’il mènerait les Knicks à un titre, affirmant que son objectif était de laisser derrière lui un "héritage de championnat" avec les Knicks, comme il l’avait fait pour les Pistons de Détroit. Cette prédiction a été accueillie avec un scepticisme général[32].

Le 2 avril 2008, Donnie Walsh a été présenté pour remplacer Thomas comme président des opérations de basket-ball pour les Knicks. Walsh ne se prononça pas définitivement sur la question de savoir si Thomas serait retenu à quelque titre que ce soit.

Un soir après que les Knicks aient égalé un record de 59 défaites et ont terminé leur saison, des nouvelles ont éclaté lorsque Thomas avait été informé qu’il ne reviendrait pas en tant qu’entraîneur des Knicks la saison suivante. Il a été officiellement "réaffecté" le 18 avril 2008[33]. Thomas a affiché un pourcentage de victoires de 34,1% en tant qu’entraîneur des Knicks, cinquième plus bas dans l’histoire de l’équipe. Dans le cadre de l’accord de réaffectation, Thomas devait servir de consultant auprès de l’équipe, relevant directement de Walsh et interdit d’avoir des contacts avec les joueurs des Knicks[34].

Panthers de FIUModifier

Le 14 avril 2009, Thomas a accepté une offre pour devenir entraîneur de basket-ball des Panthers de FIU, remplaçant Sergio Rouco après cinq saisons de défaites[35]. Il annonce qu'il reverse son salaire à l'université[35].

Après avoir affiché un bilan de 7-25 lors de sa première saison avec les Panthers, le 6 août 2010, Thomas a annoncé qu’il acceptait un poste de consultant pour les Knicks de New York, tout en conservant son poste d’entraîneur à FIU[36]. Selon le New York Daily News, "presque tous les grands médias ont critiqué l’annonce de l’embauche de Thomas", et cela a provoqué un "tollé public" parmi les fans. Dans un revirement le 11 août, Thomas a annoncé qu’il ne travaillerait pas avec les Knicks parce que les deux emplois enfreignaient les règlements de la NBA[37].

Thomas a terminé sa deuxième saison à FIU avec un bilan de 11-19. Le 6 avril 2012, l'université a congédié Thomas après qu’il a obtenu un bilan de 26-65 en trois saisons. Sous la direction de Thomas, les Panthers n’ont jamais gagné plus de 11 matchs en une saison[38].

En , il est pressenti comme remplaçant de son ancien coéquipier Joe Dumars en tant que général manager des Pistons de Détroit[39]. Mais cette rumeur du New York Daily News est démentie le lendemain par Tom Gores (en), le propriétaire des Pistons[40].

Président en WNBAModifier

Liberty de New YorkModifier

Ami de James Dolan, propriétaire du Madison Square Garden, des Knicks de New York, il est nommé en mai 2015 président de l'équipe WNBA Liberty de New York, dont son ancien coéquipier Bill Laimbeer est l'entraîneur, qui reste alors sur deux saisons sans play-offs (15 victoires pour 19 défaites lors de la saison WNBA 2014[41]). Sa nomination est contestée par l'entraîneuse WNBA Anne Donovan qui rappelle que Thomas avait été poursuivi pour harcèlement sexuel en 2007 quand il était président et entraîneur des Knicks de New York[42].

RecordsModifier

Records sur un matchModifier

Les records personnels d'Isiah Thomas sont les suivants[43] :

Type de statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points 47 @ Nuggets de Denver 43 @ Lakers de Los Angeles
Paniers marqués 19 Cavaliers de Cleveland 18
Paniers tentés 35 @ Celtics de Boston 33 @ Hawks d'Atlanta
Paniers à 3 points réussis 5 2 fois 5 Knicks de New York
Paniers à 3 points tentés 11 Knicks de New York 7
Lancers francs réussis 16 2 fois 14
Lancers francs tentés 20 @ Bulls de Chicago 17 3 fois
Rebonds offensifs 5 3 fois 6 2 fois
Rebonds défensifs 11 2 fois 9 2 fois
Rebonds totaux 11 3 fois 12 Celtics de Boston
Passes décisives 25 Mavericks de Dallas 16 3 fois
Interceptions 7 @ Pacers de l'Indiana 6 @ Lakers de Los Angeles
Contres 3 4 fois 2 6 fois
Balles perdues 10 @ Hawks d'Atlanta 8 @ Celtics de Boston
Minutes jouées 51 2 fois 53 Hawks d'Atlanta
  • Double-double : 459 (417 en saison régulière, 42 en playoffs) (au 19/04/1994)
  • Triple-double : 7 (5 en saison régulière, 2 en playoffs) (au 19/04/1994).

Autres recordsModifier

  • Inscrit 25 points en un quart-temps (le 3e quart-temps) malgré une blessure à la cheville lors du 6e match des NBA finals 1988. Il termine le match avec 43 points[44].
  • Inscrit 16 points en 94 secondes dans le 4e quart-temps lors d'un match des playoffs en 1984 face à Bernard King des Knicks de New York[8].
  • Lors de la saison 1984-1985, il termine premier en passes décisives avec une moyenne de 13,9 passes par match.
  • Avec 1 861 interceptions durant sa carrière, il se classe en 14e position au terme de la saison 2013-2014[45].
  • Avec 9 061 passes décisives durant sa carrière, il se classe en 7e position au terme de la saison 2013-2014[46].
  • Avec un total 18 822 points durant sa carrière, il se classe en 53e position au terme de la saison 2013-2014[47].

PalmarèsModifier

Universitaire
En franchise
Distinctions personnelles

StatistiquesModifier

JoueurModifier

Saison régulièreModifier

Champion NBA
Leader statistique de la saison

gras = ses meilleures performances

Statistiques en saison régulière

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1981-1982 Détroit 72 72 33.8 .424 .288 .704 2.9 7.8 2.1 .2 17.0
1982-1983 Détroit 81 81 38.2 .472 .288 .710 4.0 7.8 2.5 .4 22.9
1983-1984 Détroit 82 82 36.7 .462 .338 .733 4.0 11.1 2.5 .4 21.3
1984-1985 Détroit 81 81 38.1 .458 .257 .809 4.5 13.9 2.3 .3 21.2
1985-1986 Détroit 77 77 36.2 .488 .310 .790 3.6 10.8 2.2 .3 20.9
1986-1987 Détroit 81 81 37.2 .463 .194 .768 3.9 10.0 1.9 .2 20.6
1987-1988 Détroit 81 81 36.1 .463 .309 .774 3.4 8.4 1.7 .2 19.5
1988-1989 Détroit 80 76 36.6 .464 .273 .818 3.4 8.3 1.7 .3 18.2
1989-1990 Détroit 81 81 37.0 .438 .309 .775 3.8 9.4 1.7 .2 18.4
1990-1991 Détroit 48 46 34.5 .435 .292 .782 3.3 9.3 1.6 .2 16.2
1991-1992 Détroit 78 78 37.4 .446 .291 .772 3.2 7.2 1.5 .2 18.5
1992-1993 Détroit 79 79 37.0 .418 .308 .737 2.9 8.5 1.6 .2 17.6
1993-1994 Détroit 58 56 30.2 .417 .310 .702 2.7 6.9 1.2 .1 14.8
Carrière 979 971 36.3 .452 .290 .759 3.6 9.3 1.9 .3 19.2
All-Star Game 12 10 28.9 .571 .400 .771 2.5 8.8 2.8 .0 16.8

PlayoffsModifier

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1984 Détroit 5 5 39.6 .470 .333 .771 3.8 11.0 2.6 1.2 21.4
1985 Détroit 9 9 39.4 .500 .400 .758 5.2 11.2 2.1 .4 24.3
1986 Détroit 4 4 40.8 .451 .000 .667 5.5 12.0 2.3 .8 26.5
1987 Détroit 15 15 37.5 .451 .303 .755 4.5 8.7 2.6 .3 24.1
1988 Détroit 23 23 39.6 .437 .295 .828 4.7 8.7 2.9 .3 21.9
1989 Détroit 17 17 37.2 .412 .267 .740 4.3 8.3 1.6 .2 18.2
1990 Détroit 20 20 37.9 .463 .471 .794 5.5 8.2 2.2 .4 20.5
1991 Détroit 13 11 33.5 .403 .273 .725 4.2 8.5 1.0 .2 13.5
1992 Détroit 5 5 40.0 .338 .364 .786 5.2 7.4 1.0 .0 14.0
Carrière 111 109 38.0 .441 .346 .769 4.7 8.9 2.1 .3 20.4

EntraîneurModifier

NBAModifier

Équipe Année Saison régulière Playoffs
Victoires Défaites % Classement Victoires Défaites % Résultat
Indiana 2000-2001 41 41 50,0 4e en division Centrale 1 3 25,0 Défaite au premier tour, 76ers de Philadelphie
Indiana 2001-2002 42 40 51,2 4e en division Centrale 2 3 40,0 Défaite au premier tour, Nets du New Jersey
Indiana 2002-2003 48 43 58,5 2e en division Centrale 2 4 33,3 Défaite au premier tour, Celtics de Boston
New York 2006-2007 33 49 40,2 4e en division Atlantique - - - Non qualifié
New York 2007-2008 23 59 28,0 5e en division Atlantique - - - Non qualifié
Total 187 223 45,6 5 10 33,3

UniversitéModifier

Équipe Année Saison Conférence Classement Après-saison
Victoires Défaites % Victoires Défaites %
FIU 2009-2010 7 25 21,9 4 14 22,2 6e -
FIU 2010-2011 11 19 35,5 5 11 31,3 6e -
FIU 2011-2012 8 21 26,7 5 11 31,3 5e -
Total 26 65 28,6 14 36 28,0

FilmographieModifier

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Isiah Thomas | Biography & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 30 avril 2020)
  2. (en-US) « Isiah Thomas », sur Encyclopedia
  3. (en-US) Matt VanHouten, « Isiah Lord Thomas III (1961- ) », (consulté le 30 avril 2020)
  4. (en) « Isiah Thomas back in N.Y. as Liberty president », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  5. (en-US) Sam Goldaper, « N.b.a. Draft: For Nets, First Round Was First Rate », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 juin 2020)
  6. (en) NBA com Staff, « 1982 NBA All-Star recap », sur NBA.com (consulté le 22 juin 2020)
  7. (en) « Year-by-year NBA All-Rookie Teams », sur NBA.com (consulté le 22 juin 2020)
  8. a et b Bastien Fontanieu, « Quand Isiah Thomas plantait 16 points en 90 secondes face aux Knicks, un miracle de 1984 », sur TrashTalk, (consulté le 22 juin 2020)
  9. (en-US) Ian Thomsen, « Ian Thomsen: Isiah blasts Magic Johnson over criticisms in new book », sur Sports Illustrated (consulté le 22 juin 2020)
  10. a et b (en) NBA com Staff, « Top NBA Finals moments: Thomas scores 25 in quarter on injured ankle », sur NBA.com (consulté le 22 juin 2020)
  11. (en) « Lakers Capture the Elusive Repeat », sur www.webcitation.org (consulté le 22 juin 2020)
  12. « Il y a 30 ans, les Pistons remportaient leur premier titre de champion NBA », sur Basket USA (consulté le 22 juin 2020)
  13. Par Vincent Schoepfer, « Le Magnéto #11 - Saison 1989 - 1990 : Isiah Thomas, si petit, tellement grand », sur QiBasket, (consulté le 22 juin 2020)
  14. (en-US) « SPORTS PEOPLE: BASKETBALL; Thomas Ends on Injury », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 juin 2020)
  15. « Les Maillots Retirés - Isiah Thomas, meilleur joueur des Detroit Pistons », sur PistonsFR | Actualité des Detroit Pistons en France, (consulté le 22 juin 2020)
  16. a b et c (en) Jack McCallum, Dream Team: How Michael, Magic, Larry, Charles, and the Greatest Team of All Time Conquered the World and Changed the Game of Basketball Forever, , 384 p. (ISBN 9780345520500, lire en ligne), chap. 14 (« The committee and the dream team »), p. 134-135
  17. Théophile Haumesser, « Magic au sujet d'Isiah Thomas « La plus grosse déception de ma vie » », sur basketsession.com,
  18. a b et c (en) « SPORTS PEOPLE: BASKETBALL; Suspension for Malone », sur nytimes.com,
  19. (en) « HOME », sur Isiahint (consulté le 22 juin 2020)
  20. a et b (en) « Medical District development clears key hurdle », sur Crain's Chicago Business, (consulté le 22 juin 2020)
  21. « Basketball Star Takes Shot At Printing Business | The Seattle Times », sur archive.seattletimes.com (consulté le 22 juin 2020)
  22. « CHX Announces Board of Governors’ Election Results », sur web.archive.org, (consulté le 22 juin 2020)
  23. « ESPN Classic - Isiah defied the odds », sur www.espn.com (consulté le 22 juin 2020)
  24. (en) « Isiah Thomas to join NBA TV as studio analyst », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  25. « SEASONTICKET.com and the Continental Basketball Association Bring Online Video Highlights to Fans », Business Wire,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2015)
  26. « CBA Museum - The Isiah Thomas Years (1999-2001) », sur web.archive.org, (consulté le 22 juin 2020)
  27. (en) « Pacers fire coach Isiah Thomas », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  28. (en-US) Liz Robbins, « Knicks Fire Layden as President and Hire Isiah Thomas », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 juin 2020)
  29. (en) « Knicks felt disrespected that Nuggets starters were in », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  30. (en) « Melo gets 15-game suspension for throwing punch », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  31. (en) « Better Knicks net Thomas extension », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  32. « Isiah Thomas predicts a title », Daily News, New York,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « Isiah Thomas fired as coach of New York Knicks », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  34. (en) « Report: Isiah barred from talking to Knicks players », sur ESPN.com, (consulté le 22 juin 2020)
  35. a et b « FIU Hires Isiah to be Head Coach », CBS,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2009)
  36. « Isiah Thomas Officially Returns to New York Knicks Two Years After Scandal-Marred Exit From Garden », New York Daily News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2011)
  37. « Isiah Thomas Renegs on Consultant Job with Knicks », New York Daily News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 février 2011)
  38. « FIU fires Isiah Thomas after 3 seasons », SI.com,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 6 avril 2012)
  39. Dimitri Kucharczyk, « Detroit : Isiah Thomas pour remplacer Joe Dumars ? », sur basketusa.com, (consulté le 2 mars 2014)
  40. Fabrice Auclert, « Les Pistons ne veulent pas d'Isiah Thomas », sur basketusa.com,
  41. Arnaud Gelb, « Isiah Thomas fait son retour comme dirigeant à New York… mais en WNBA », basketusa.com, (consulté le 5 mai 2015)
  42. John Altavilla, « Sun's Anne Donovan Not Happy Liberty Hired Isiah Thomas », courant.com, (consulté le 14 mai 2015)
  43. « Isiah Thomas Career Bests and Rankings, Detroit Pistons, News, Rumors, NBA Stats, NCAA Stats, Events Stats, Game Logs, Awards - RealGM », sur basketball.realgm.com (consulté le 22 juin 2020)
  44. (en) « Lakers Capture the Elusive Repeat  », sur nba.com
  45. « NBA & ABA Career Leaders and Records for Steals », sur basketball-reference.com
  46. « NBA & ABA Career Leaders and Records for Assists », sur basketball-reference.com
  47. « NBA & ABA Career Leaders and Records for Points », sur basketball-reference.com