Isaac Munroe St. John

Isaac Munroe St. John
Isaac Munroe St. John
Isaac M. St. John

Naissance
Augusta, État de Géorgie
Décès (à 52 ans)
White Sulphur Springs, État de Virginie-Occidentale
Mort au combat
Allégeance Drapeau des États confédérés d'Amérique États confédérés
Grade Union army 1st lt rank insignia.jpg 1er Lieutenant (armée de Walker)
Confederate States of America General-collar.svg Brigadier général
Années de service 1861 – 1865
Commandement
Conflits Guerre de Sécession
Autres fonctions Ingénieur civil

Isaac Munroe St. John ( - ) est un brigadier général de l'armée des États confédérés au cours de la guerre de Sécession. Il est avocat, rédacteur en chef d'un journal et ingénieur civil avant la guerre de Sécession et ingénieur civil après elle. En tant qu'ingénieur, il travaille pour la compagnie de chemin de fer de Baltimore et de l'Ohio (principalement au Maryland) et la compagnie de chemin de fer de Blue Ridge en Caroline du Sud avant la guerre de Sécession. Après la guerre, il travaille pour le chemin de fer de Louisville, Cincinnati et Lexington dans le Kentucky ; pour la ville de Louisville, dans le Kentucky; et la compagnie de chemin de fer de Chesapeake et de l'Ohio (principalement en Virginie et Virginie-Occidentale).

Avant la guerreModifier

Isaac M. St. John naît le à Augusta, en Géorgie[1],[2] .Il s'installe à New York, New York avec ses parents, Isaac Richards St. John et Abigail Richardson Munroe St. John[3], et fréquente l'école Poughkeepsie Collegiate. Il est diplômé de l'Université de Yale en 1845 et devient avocat[4]. En 1847, St. John devient le rédacteur en chef du Baltimore Patriot. Il est ingénieur civil avec la compagnie du chemin de fer de Baltimore et de l'Ohio entre 1848 et 1855. Il part ensuite en Caroline du Sud où il devient ingénieur et chef de la construction pour la compagnie des chemins de fer de Blue Ridge entre 1855 et 1861[5].

Guerre de SécessionModifier

Isaac M. St. John commence la guerre de Sécession comme soldat dans le fort Hill Guards de la Caroline du Sud en [6]. Le , il est ingénieur dans l'armée de la Péninsule. En , il est le chef des ingénieurs du brigadier général John B. Magruder à Yorktown, en Virginie, lors de la campagne de la Péninsule avec le grade de capitaine. Le , St. John devient le chef du bureau du salpêtre[7] et de l'exploitation minière, une fonction qui détient jusqu'au . À cette fonction, il produit des fournitures cruciales pour l'armement, y compris la poudre à canon et des métaux pour l'armée confédérée, même lorsque le blocus de l'Union des ports du Sud devient de plus en plus efficace. Entre autres choses, il trouve des grottes de calcaire contenant du salpêtre dans le sud des Appalaches[8]. Il est nommé commandant, dans l'artillerie confédérée, le [9] et le lieutenant colonel du corps du salpêtre et de l'exploitation minière, le .

St. John démissionne du bureau du salpêtre et de l'exploitation minière le , parce que le sénat confédéré l'accuse de protéger les insoumis. Sa démission est refusée, et les accusations se révèlent être fausses. Il est promu colonel le .

Le , par une loi spéciale du congrès confédéré, St. John est promu brigadier-général et nommé commissaire général de subsistance en raison des compétences en approvisionnement. Il résout certains problèmes d'approvisionnement à travers des acquisitions directes, mais ses innovations arrivent trop tard dans la guerre pour avoir un impact significatif.

St. John est libéré sur parole à Thomasville, en Géorgie le et est rapidement gracié le , après avoir prêté le serment de l'amnistie, le [10].

Après la guerreModifier

Après la guerre, St. John est ingénieur en chef du chemin de fer de Louisville, Cincinnati et Lexington de 1866 à 1869. Ensuite, il est ingénieur de la ville pendant deux ans de Louisville, au Kentucky.  Il devient ingénieur pour le chemin de fer de Chesapeake et de l'Ohio et, finalement, le chef du département de l'exploitation minière et de l'ingénierie.

Isaac Munroe St. John meurt le à The Greenbrier à White Sulphur Springs, en Virginie-Occidentale. Il est enterré au cimetière de Hollywood, à Richmond, en Virginie.

Voir aussiModifier

NotesModifier

  1. Eicher, John H., and David J. Eicher.
  2. Warner, Ezra J. Generals in Gray: Lives of the Confederate Commanders.
  3. Heidler, David S. and Jeanne T. Heidler.
  4. Boatner, Mark Mayo, III.
  5. Hall, James O. "St. John, Isaac Munroe" in Historical Times Illustrated History of the Civil War, edited by Patricia L. Faust.
  6. Sifakis, Stewart.
  7. This word also is spelled Niter in some sources and in the Wikipedia article on this substance.
  8. McPherson, James M. Battle Cry of Freedom: The Civil War Era.
  9. [:en:Emory_M._Thomas|Thomas, Emory M.] The Confederate Nation, 1861–1865.
  10. Heidler, 2000, p. 1847 says that he was captured with the fall of Richmond, Virginia, and briefly incarcerated but Eicher, 2001, p. 512, Warner, 1959, p. 267, and Hall, 1988, p. 651 say he was captured at Thomasville after accompanying Confederate President Jefferson Davis's party after the evacuation of Richmond on April 2, 1865.

BibliographieModifier

  • Boatner, Mark Mayo, III. The Civil War Dictionary. New York: McKay, 1988. (ISBN 978-0-8129-1726-0). First published 1959 by McKay.
  • Eicher, John H., and David J. Eicher, Civil War High Commands. Stanford: Stanford University Press, 2001. (ISBN 978-0-8047-3641-1).
  • Hall, James O. "St. John, Isaac Munroe" in Historical Times Illustrated History of the Civil War, edited by Patricia L. Faust. New York: Harper & Row, 1986. (ISBN 978-0-06-273116-6).
  • Heidler, David S. and Jeanne T. Heidler. "St. John, Issac Munroe." In Encyclopedia of the American Civil War: A Political, Social, and Military History, edited by David S. Heidler and Jeanne T. Heidler. New York: W. W. Norton & Company, 2000. (ISBN 978-0-393-04758-5). pp. 1846–1847.
  • McPherson, James M. Battle Cry of Freedom: The Civil War Era. Oxford History of the United States. New York: Oxford University Press, 1988. (ISBN 978-0-19-503863-7).
  • Sifakis, Stewart. Who Was Who in the Civil War. New York: Facts On File, 1988. (ISBN 978-0-8160-1055-4).
  • Thomas, Emory M. The Confederate Nation, 1861–1865. New York: Harper & Row, 1979. (ISBN 978-0-06-014252-0)..
  • Warner, Ezra J. Generals in Gray: Lives of the Confederate Commanders. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1959. (ISBN 978-0-8071-0823-9).