Ouvrir le menu principal

Isaac Bashevis Singer

écrivain américain de langue yidich né en Pologne. Prix Nobel 1978
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Singer.
Isaac Bashevis Singer
Description de cette image, également commentée ci-après
Isaac Bashevis Singer
lors du Miami Book Fair International en 1988.
Nom de naissance Yitskhok-Hersh Zynger
Naissance
Leoncin, Drapeau du Royaume du Congrès Royaume de Pologne (Pologne)
Décès (à 88 ans)
Surfside, Floride, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
National Book Award, Children's Literature (1970)
National Book Award (1974)
Prix Nobel de littérature (1978)
Médaille Buber-Rosenzweig (1981)
Auteur
Langue d’écriture Yiddish
Genres

Œuvres principales

  • Yentl
  • Le Magicien de Lublin

Isaac Bashevis Singer (né Yitskhok-Hersh Zynger, en yiddish : יצחק באַשעװיס זינגער) est un écrivain juif polonais naturalisé américain, né le à Leoncin sur le territoire polonais sous l'occupation russe [1] et décédé le à Surfside près de Miami, en Floride.

Auteur de romans en yiddish, il reçoit le prix Louis Lamed à deux reprises, puis le National Book Award en 1970 pour un ouvrage de littérature d'enfance et de jeunesse, puis en 1974 (ex æquo avec Thomas Pynchon). Il reçoit également le prix Nobel de littérature en 1978 « pour son art de conteur enthousiaste qui prend racine dans la culture et les traditions judéo-polonaises et ressuscite l'universalité de la condition humaine. »[2].

BiographieModifier

Isaac Singer naît à Leoncin du rabin père Pinkas Singer, descendant de Baal Chem Tov, le fondateur du hassidisme, et d'une mère elle-même fille de rabbin de Biłgoraj. Il a une sœur et un frère aînés, Hindele Esther (née en 1891) et Joshua (né en 1893), et un jeune frère, Moishe né en 1906. Sa famille se transfère ensuite à Radzymin. Singer passe la grande majorité de son enfance dans la rue Krochmalna à Varsovie, principalement habitée par des Juifs de condition très modeste où il déménage avec sa famille à l'âge de quatre ans. Son père devient à la fois leader spirituel et juge en prenant la présidence d'un beth din (tribunal rabbinique) que l'auteur définit plus tard, dans une nouvelle, comme « une sorte de tribunal qui serait à la fois prétoire, synagogue, salle d'étude et bureau de psychanalyste. »[3]. La maison des Singer est très modeste, les habitants de la rue Krochmalna viennent demander à son père des conseils sur leurs problèmes conjugaux et les querelles familiales. C'est en résolvant ces conflits que Pinkas reçoit de l'argent pour nourrir sa famille. Le petit Isaac se cache pour écouter ces histoires. Au Tribunal de mon père (1966) et De nouveau au tribunal de mon père naîtront de ses souvenirs d'enfance.

Sa sœur Hindele déteste les tâches réservées aux femmes et rêve d'étudier comme ses frères. Singer s'est probablement inspiré d'elle pour créer le personnage de sa nouvelle Yentl, il a dédié un livre à sa mémoire : La séance (1968). Hindele souffrait des nerfs et faisait des crises d'épilepsie. Une fois adulte, elle traduira Dickens et de Shaw en yiddish.

L'écrivain passe son adolescence à Varsovie ou dans la ville de Biłgoraj dans laquelle vit son grand-père[4]. Il poursuit des études dans une école rabbinique où lui est dispensée une éducation traditionnelle et religieuse. Il y apprend l'hébreu moderne et s'intéresse aux préceptes de la kabbale.

Joshua, son frère aîné, destiné à devenir rabbin, se révolte très tôt contre la foi paternelle. En 1914, il coupe ses papillotes et quitte la maison familiale. La révolte de Joshua trouble profondément Isaac. Comme lui, tout en étudiant la Torah, il se plonge à douze ans dans la lecture de Spinoza, Gogol, Dostoïevski et Tolstoï. Joshua se met à écrire des nouvelles et Perles connaît un grand succès en 1920. Il écrit également dans la presse juive, notamment dans le Literarishe Bletter dont il devient en 1923, rédacteur en chef adjoint. Joshua introduit Isaac dans les milieux littéraires et lui obtient une place de correcteur dans ce journal[5].Les deux frères fréquentent le Club des écrivains de Varsovie[3]. Sur l'exemple de son frère, Isaac abandonne le rabbinat pour se consacrer à la littérature et au journalisme[3]. Il commence sa carrière en 1925 en publiant, sous divers pseudonymes, des nouvelles dans des revues yiddish comme Literarische Bleter et en traduisant en yiddish des romans de Knut Hamsun ou encore La Montagne magique de Thomas Mann[3],[4].

En 1929, Isaac a une liaison avec Rachel Poncz. De leur amour, naît Israël. La même année, Pinkas Singer meurt. À présent célèbre dans le milieu littéraire de Varsovie, Joshua devient le correspondant polonais du grand journal américain, le Jewish Daily Forward, et publie Yoshe le fou en 1932. Le public connaît uniquement Isaac en tant que "frère de l'écrivain Joshua Singer". Le pseudonyme d'« Isaac Bashevis Singer », qu'il finit par adopter comme seul nom de plume, lui permet de se distinguer de celui de son frère « Israel Joshua Singer »[4]. Son premier roman La Corne du bélier (Satan in Goray), tableau du judaïsme polonais au XVIIe siècle, paraît en 1932[4].

Si ses ouvrages de jeunesse ont été rédigés en hébreu, il fait vite le choix d'écrire en yiddish, sa langue maternelle. Le yiddish est essentiellement oral mais son travail d'écrivain, qui en fait un inventaire et en reprend les codes et les formules idiomatiques, le transforme en témoignage précieux et en document d'une grande richesse. Plus tard, il donne au quotidien yiddish Jewish Daily Forward et à diverses revues des romans édités en feuilletons et rassemblés postérieurement en volumes dans leur traduction anglaise[4].

Devant l'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne et la montée du climat antisémite en Pologne, il quitte l'Europe pour les États-Unis en 1935, son frère aîné Joshua s’expatrie emmenant sa femme et son fils à New York, puis, en 1935, il fait venir Isaac qui promet à Rachel de la faire venir aux États-Unis avec Israël, leur enfant, qui a 5 ans. Cela ne se produira jamais. Rachel, alors communiste, part en URSS avec son fils. Puis, leur route leur mènera en Palestine.

Les premières années de Singer aux États-Unis sont difficiles. Déraciné, il éprouve des difficultés à s'adapter au mode de vie américain. À New York, les parents juifs n'enseignent plus le yiddish. Mais Singer refuse de laisser mourir sa langue. Le Messie pécheur, son premier roman publié en Amérique, est un échec. Singer vit grâce à son métier de correcteur au Forward tout en continuant à publier des nouvelles dans le même journal. En 1937, il rencontre et épouse Alma Haimann, une Juive originaire de Munich. Ce mariage durera jusqu'à sa mort. En février 1944, Joshua Singer meurt subitement d'une thrombose, et Moishe, son frère cadet, meurt en URSS, vers 1945, après avoir été déporté avec sa mère et son épouse dans le sud du Kazakhstan.

En 1943, Isaac Singer obtient la nationalité américaine et publie La Famille Moskat. Il devient très productif : il aura publié dans le Forward 121 nouvelles dont les célèbres Gimpel le naïf et La Brève journée du vendredi. Les années suivantes Singer publie des romans en feuilleton L'Oncle d'Amérique (1949-1951), Les Ombres de l'Hudson (1957), Le bateau pour l'Amérique (1958), Le magicien de Lublin (1958), L'esclave (1960), Spinoza de la rue du marché (1961) et plus tard, Le manoir (1966) et Le domaine (1969). Singer écrit exclusivement en yiddish. En 1953, Saul Bellow traduit en anglais Gimpel le naïf. La nouvelle connaît un énorme succès et touche un large public. Les œuvres de Singer sont traduites en anglais. C’est à partir de cette traduction qu’elles sont ensuite traduites dans les autres langues. Singer sait que la traduction ne met pas en valeur l'œuvre de l'écrivain. Aussi dès la Famille Moskat, il travaille avec les traducteurs. Il a surveillé chaque traduction de ses œuvres en anglais.

Durant sa carrière il publie dix-huit romans, quatorze livres pour enfants et plusieurs recueils de nouvelles. Son œuvre romanesque, extrêmement riche, puise sa matière dans la Pologne d'antan, l'histoire du peuple juif, le folklore ashkénaze, la mythologie hébraïque, l'exégèse biblique, les souvenirs d'enfance et, dans une moindre mesure, l'expérience américaine[4].

Isaac Bashevis Singer prolonge la tradition disparue des conteurs yiddishs[4]. Ses récits mêlent indistinctement monde quotidien et merveilleux[4]. L'auteur fait cohabiter la satire, dans l'observation des mœurs juives contemporaines, et le surnaturel à travers les fantômes, les démons et les esprits malins qui font de fréquentes apparitions dans ses fictions et jouent un rôle essentiel car ils permettent de ressusciter la culture hébraïque et d'imager les problèmes inhérents à la sexualité[4]. Nombre de ses livres évoquent dans un mélange d'humour, de grotesque, de noirceur et de fantaisie narrative et verbale, la vie des Juifs polonais avant la Seconde Guerre mondiale[4].

Singer étend ensuite sa réflexion littéraire sur la notion de spiritualité et d'identité, faisant de l'individu juif un être en proie aux doutes, déchiré entre le respect de ses traditions et la volonté d'assouvir ses passions dans une société où il cherche à s'imposer sans jamais trouver sa place[4]. Dans ses écrits tardifs, l'auteur outrepasse le cadre de sa communauté originelle pour évoquer les doutes et les névroses de l'homme dans le monde contemporain dont il rapproche la souffrance de celle des animaux. Dans les années 1970, Singer devient d'ailleurs un végétarien militant[6], et établit des liens entre le comportement humain envers le monde animal et celui des nazis durant le second conflit mondial[7].

À la fin de sa vie, il s'affaiblit beaucoup et souffre d'une maladie de la mémoire, un comble pour lui qui a fait de la mémoire son instrument littéraire. Il meurt en 1991 à Surfside, près de Miami, des suites d'un accident vasculaire cérébral.

ŒuvreModifier

RomansModifier

1935 - La Corne du bélier

La Corne du bélier, Paris, Stock, 1962 ; réédition dans une traduction révisée, Paris, Stock, 1979 (ISBN 2-234-01105-1)

1950 - La famille Moskat

La Famille Moskat, Paris, Stock, 1970 ; réédition, Paris, Stock, coll. « Le Cabinet Cospmopolite » no 32, 1978 (ISBN 2-234-00979-0) ; réédition dans une traduction révisée, Paris, Stock, 2012 (ISBN 978-2-234-05879-8) ; réédition, Paris, J'ai lu no 10844, 2014 (ISBN 978-2-290-06872-4)

1949-1951 - L'Oncle d'Amérique 1957 - Ombres sur l'Hudson

Ombres sur l'Hudson, Paris, Mercure de France, 2000 (ISBN 2-7152-2156-8) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 3670, 2002 (ISBN 2-07-042000-0)

1958 - Le bateau pour l'Amérique 1958 - Le Magicien de Lublin

Le Magicien de Lublin, Paris, Stock, 1964 ; réédition dans une traduction révisée, Paris, Stock, 1983 (ISBN 2-234-01612-6) ; réédition, Paris, J'ai lu no 10101, 2012 (ISBN 978-2-290-05492-5)

1961 - Spinoza de la rue du marché 1962 - L'Esclave

L'Esclave, Paris, Stock, 1963 ; réédition dans une traduction révisée, Paris, Rombaldi, 1980 (ISBN 2-231-00468-2) ; réédition, Paris, Stock, coll. « Nouveau Cabinet cosmopolite », 1982 (ISBN 2-234-01584-7)

1966 - Le Manoir

Le Manoir, Paris, Stock, 1968 ; réédition dans une traduction révisée, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 5235, 1979 (ISBN 2-253-02167-9) ; réédition, Paris, Stock, 1994 (ISBN 2-234-04297-6)

1968 - Utzel and his Daughter 1969: Le Domaine

Le Domaine, Paris, Stock, 1971 ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 5347, 1980 (ISBN 2-253-02396-5) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio » no 3088, 1987 (ISBN 2-253-04406-7) ; réédition dans une traduction révisée, Paris, Stock, 1991 (ISBN 2-234-02366-1)

1970 - Joseph and Koza: or the Sacrifice to the Vistula 1972 - Ennemies, une histoire d'amour

Ennemies, une histoire d'amour, Paris, Stock, 1975 ; réédition dans une traduction révisée, Paris, Stock, coll. « Bibliothèque cosmopolite » 1980 (ISBN 2-234-01354-2)

1978 - Shosha

Shosha, Paris, Stock, coll. « Nouveau Cabinet cosmopolite », 1979 (ISBN 2-234-01014-4) ; rréédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio » no 3030, 1983 (ISBN 2-253-03204-2) ; réédition, Paris, Stock, 2007 (ISBN 978-2-234-05989-4) ; réédition, Paris, J'ai lu no 10577, 2013 (ISBN 978-2-290-08090-0)

1980 - Histoire du Baal Shem Tov : à la source du hassidisme

Histoire du Baal Shem Tov : à la source du hassidisme, Paris, Stock, 1983 (ISBN 2-234-01663-0)

1983 - Le Pénitant

Le Pénitent, Paris, Stock, coll. « Nouveau Cabinet cosmopolite », 1984 (ISBN 2-234-01736-X)

1988 - The King of the Fields 1991 - Le Petit Monde de la rue Krochmalna

Le Petit Monde de la rue Krochmalna, Paris, Denoël, 1991 (ISBN 2-207-23885-7)

1992 - Le Certificat, publication posthume

Le Certificat, Paris, Denoël, 1994 (ISBN 2-207-24110-6) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 2686, 1995 (ISBN 2-07-039276-7)

1994 - Meshugah, publication posthume

Mashugah, Paris, Denoël, 1995 (ISBN 2-207-24280-3)

1974 - Keila la Rouge

Keila la Rouge traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-Pierre Bay et Nicolas Castelnau-Bay, Paris; Stock 2018 (ISBN 978-2-234-08126-0)

ThéâtreModifier

  • Teibele and Her Demon (1983)

Recueils de nouvellesModifier

  • Gimpel der Narr und andere Erzählungen (1957)
    Publié en français sous le titre Gimpel le naïf, Paris, Robert Laffont, 1966 ; réédition, Paris, UGE, 10/18 no 1416, 1981 (ISBN 2-264-00343-X) ; réédition, Paris, Denoël, 1993 (ISBN 2-207-24024-X) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 2598, 1994 (ISBN 2-07-038893-X)
  • Spinoza von der Marktstraße (1958)
    Publié en français sous le titre Nouvelles, Paris, Robert Laffont, 1966 ; réédition sous le titre Le Spinoza de la rue du Marché, Paris, Robert Laffont, coll. « Pavillons », 1978 (ISBN 2-221-00175-3) ; réédition, Paris, Denoël, 1997 (ISBN 2-207-24156-4) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 3124, 1998 (ISBN 2-07-040561-3)
  • Short Friday and Other Stories (1963)
    Publié en français sous le titre Le Dernier Démon, Paris, Stock, 1965 ; réédition, Verviers, coll. « Bibliothèque Marabout » no 406, 1972 ; réédition, Verviers, coll. « Bibliothèque Marabout » no 900, 1979
  • The Séance and Other Stories (1968)
    Publié en français de façon partielle avec des nouvelles tirées de A Friend of Kafka and Other Stories sous le titre Le Blasphémateur et autres nouvelles, Paris, Stock, 1973
  • A Friend of Kafka and Other Stories (1970)
    Publié en français de façon partielle sous le titre La Coquette, suivi de Langage indécent et Sexualité en littérature, Paris, Stock, 2012 (ISBN 978-2-85197-243-9)
  • The Fools of Chelm and Their History (1973)
    Publié en français sous le titre Les Sages de Chelm, Paris, Denoël, 1994 (ISBN 2-207-24287-0)
  • A Crown of Feathers and Other Stories (1974) - National Book Award
    Publié en français sous le titre La Couronne de plumes, Paris, Stock, 1976 ; réédition, Paris, UGE, 10/18 no 1531 (ISBN 2-264-00494-0) ; réédition, Paris, Stock, 2009 (ISBN 978-2-234-06257-3)
  • Passions and Other Stories (1975)
    Publié en français sous le titre Passions, Paris, Stock, 1980 (ISBN 2-234-00749-6) ; réédition, Paris, UGE, 10/18 no 1486, 1982 (ISBN 2-264-00434-7)
  • Old Love (1979)
    Publié en français sous le titre Amour tardif, Paris, Stock, 1982 (ISBN 2-234-01521-9)
  • The Collected Stories (1982)
    Publié en français de façon partielle sous le titre Le Beau Monsieur de Cracovie, Paris, Stock, 1985 (ISBN 2-234-01853-6)
  • The Image and Other Stories (1985)
    Publié en français sous le titre Le Fantôme, Paris, Stock, 1988 (ISBN 2-234-02095-6) ; réédition, Paris, Stock, coll. « La Cosmopolite », 2002 (ISBN 2-234-05463-X)
  • The Death of Methuselah and Other Stories (1988)
    Publié en français sous le titre La Mort de Mathusalem, Paris, Stock, 1989 (ISBN 2-234-02167-7)

Littérature d'enfance et de jeunesseModifier

  • Zlateh the Goat and Other Stories (1966)
    Publié en français sous le titre Une histoire de paradis et autres contes, Paris, Stock, 1967 ; réédition dans une traduction révisée sous le titre Zlateh, la chèvre : et autres contes, Paris, Stock, 1978 ; réédition, Paris, Le Livre de poche coll. « Le Livre de poche. Jeunesse » no 4, 1979 (ISBN 2-253-02335-3) ; réédition annotée et commentée, Paris, Larousse, coll. « Petits Classiques Larousse » no 223, 2014 (ISBN 978-2-03-587411-5)
  • Mazel and Shlimazel (1967)
    Publié en français sous le titre Le Lait de la lionne, Paris, Gallimard, coll. « Enfantimages », 1980
  • The Fearsome Inn (1967)
    Publié en français sous le titre L'Auberge de la peur, Paris, Hachette, coll. « Tapis volant », 1980 (ISBN 2-01-007053-4)
  • When Shlemiel Went to Warsaw and Other Stories (1968)
    Publié en français sous le titre Quand Shlemiel s'en fut à Varsovie, Paris, Stock, 1983 (ISBN 2-234-01649-5) ; réédition, Paris, Seuil, 1999 (ISBN 2-02-030721-9)
  • The Golem (1969)
    Publié en français sous le titre Histoire du Golem, Paris, Stock, 1984 (ISBN 2-234-01752-1) ; réédition sous le titre Le Golem, Paris, Seuil, 1997 (ISBN 2-02-030206-3)
  • Elijah the Slave: A Hebrew Legend Retold (1970)
  • Joseph and Koza: or the Sacrifice to the Vistula (1970)
  • Alone in the Wild Forest (1971)
  • The Topsy-Turvy Emperor of China (1971)
    Publié en français sous le titre Histoire du prince Ling Ling, Paris, Stock, 1979 (ISBN 2-234-01180-9)
  • The Wicked City (1972)
  • Why Noah Chose the Dove (1974)
  • A Tale of Three Wishes (1975)
    Publié en français sous le titre Histoire des trois souhaits et autres contes, Paris, Seuil, 2000 (ISBN 2-02-030001-X)
  • Naftali the Storyteller and His Horse, Sus (1976)
    Publié en français sous le titre Naftali le conteur et son cheval Sus, Paris, Stock, 1983 (ISBN 2-234-01244-9) ; réédition, Paris, Seuil, 2006 (ISBN 2-02-062953-4)
  • The Power of Light - Eight Stories for Hanukkah (1980)
  • Yentl the Yeshiva Boy (1983)
    Publié en français de façon partielle sous le titre Yentl, et autre nouvelles, Paris, Stock, 1984 (ISBN 2-234-01713-0) ; nouvelle édition sous le titre Yentl, et autres nouvelles, Paris, Stock, coll. « Bibliothèque cosmopolite », 1998 (ISBN 2-234-04935-0) ; réédition annotée et commentée, Paris, Larousse, coll. « Petits Classiques Larousse » no 180, 2012 (ISBN 978-2-03-586610-3)
  • Stories for Children (1984), recueil de nouvelles
    Publié en français sous le titre Contes, Paris, Stock, 1985 (ISBN 2-234-01852-8)
  • Shrew Todie and Lyzer the Miser and Other Children's Stories (1994), recueil de nouvelles posthume

Écrits autobiographiquesModifier

  • In My Father's Court (1967)
    Publié en français sous le titre Le Confessionnal, Paris, Stock, 1967 ; réédition sous le titre Au tribunal de mon père, Paris, Stock, 1990 (ISBN 2-234-02254-1) ; réédition, Paris, LGF, coll. « Le Livre de poche. Biblio » no 31542, 2009 (ISBN 978-2-253-12667-6)
  • A Day of Pleasure, Stories of a Boy Growing Up In Warsaw (1969) - National Book Award, Children's Literature 1970
    Publié en français sous le titre Un jour de plaisir, Paris, Stock, 1984 (ISBN 2-234-01780-7) ; réédition, Paris, Le Livre de poche coll. « Le Livre de poche. Jeunesse » no 413, 1989 (ISBN 2-01-015219-0)
  • A Little Boy in Search of God (1976)
    Publié en français sous le titre Un jeune homme à la recherche de Dieu, suivi de Un jeune homme à la recherche de l'amour, Paris, Stock, 1981 (ISBN 2-234-01157-4)
  • A Young Man in Search of Love (1978)
    Publié en français sous le titre Un jeune homme à la recherche de l'amour, précédé de Un jeune homme à la recherche de Dieu, Paris, Stock, 1981 (ISBN 2-234-01157-4)
  • Lost in America (1981)
  • Love and Exile (1984)
  • More Stories from My Father's Court (1999), publication posthum
    Publié en français sous le titre De nouveau au tribunal de mon père, Paris, Mercure de France, 2002 (ISBN 2-7152-2255-6) ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio » no 4079, 2004 (ISBN 2-07-031688-2)

Autre publicationModifier

  • The Hasidim (1973)

AdaptationsModifier

Au cinémaModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bien souvent on peut lire que Singer est né le 14 juillet 1904, et parfois que c'était à Radzymin (lointaine banlieue de Varsovie). L'erreur sur son lieu de naissance repose sur le fait que ses parents ont émigré dans cette ville alors qu'il était très jeune. En ce qui concerne la date, le 14 juillet 1904, elle semble avoir été choisie par Singer lui-même, dans le but d'éviter la conscription (il aurait toutefois plusieurs fois admis sa véritable date de naissance, par exemple à son biographe officiel, Paul Kresh (voir Paul Kresh, Isaac Bashevis Singer, The Magician of West 86th Street, A Biography, The Dial Press, New York 1979, p. 390.)
  2. Traduit de l'anglais: « for his impassioned narrative art which, with roots in a Polish-Jewish cultural tradition, brings universal human conditions to life. » (source Site officiel de la Fondation Nobel in « Nobel prize Laureates in literature », partie consacrée à Isaac Bashevis Singer, 1978).
  3. a b c et d Isaac Bashevis Singer sur le site de l'encyclopædia Universalis, consulté le 23 juin 2014.
  4. a b c d e f g h i j et k Isaac Bashevis Singer sur le site de l'encyclopédie Larousse, consulté le 23 juin 2014.
  5. Oriane Jeancourt Galignani, « I.B. Singer de A à Z. », Transfuge,‎ , p. 38-43
  6. « Why is one born? Why does one suffer? In my case, the suffering of animals also makes me very sad. I'm a vegetarian, you know. », entretien avec Newsweek, après avoir gagné le prix Nobel.
  7. « As often as Herman had witnessed the slaughter of animals and fish, he always had the same thought: In their behavior toward creatures, all men were Nazis. The smugness with which man could do with other species as he pleased exemplified the most extreme racist theories, the principle that might is right. » dans son livre Enemies, A Love Story (ASIN: B0000DS8XZ) ( (ISBN 0-374-51522-0)).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier