Ouvrir le menu principal

Isaac

personnage de la Bible et du Coran, fils d'Abraham et de Sarah
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Isaac et Isaac (homonymie).
Isaac
Description de cette image, également commentée ci-après
Le sacrifice d'Isaac (vers 1603),
huile sur toile réalisée par Le Caravage

יצחק

Activité principale
Patriarche de la Bible
Ascendants
Abraham (père)
Sarah (mère)
Conjoint
Descendants
Famille
Ismaël
Zimran
Yokshan
Medan
Madian
Ishbak
Shouah

Isaac (en hébreu : יצחק (SBL) Yiṣḥāq; (API) /jisˤħa:q/) il rira ; hébreu moderne: (API) /jitsˈχak/; en arabe : إسحاق (isHāq) (DMG) Isḥāq ; (API) /ʔisˈħaːq/ est un prénom masculin d'origine hébraïque. C'est aussi un personnage de la Bible (chapitre de la Genèse) et du Coran. Il est le fils d'Abraham et de Sarah. Il est le mari de Rébecca, le père de Jacob et d'Ésaü, et le demi-frère d'Ismaël.

Sommaire

Récit bibliqueModifier

La naissanceModifier

Un jour, alors qu'Abraham a 99 ans et demi, Dieu lui apparaît et lui propose de renouveler son alliance par la circoncision[1]. Il lui promet de nombreux descendants, parmi lesquels des rois qui régneront sur le pays de Canaan[2]. Il prédit que sa femme Sarah, qui a 90 ans et n'a pas d'enfant, accouchera dans un an d'Isaac[3], ce qui fait rire Abraham[4], et que cette alliance passera par Isaac[5]. Un jour qu'Abraham accueille chez lui trois hommes, Dieu apparaît, et l'un des étrangers réitère l'annonciation de la grossesse de Sarah. Sarah l'entend et rit à cette idée[6].

Isaac naît un an après. Son nom signifie en hébreu « il rira ». Il est circoncis à l'âge de huit jours[7], son père Abraham étant âgé de 100 ans[8]. Isaac grandit, est sevré et Abraham fait un grand festin[9]. Peu après le sevrage d'Isaac, Abraham chasse, sur la demande de Sarah, son autre fils Ismaël qu'il a eu d'Agar, pour qu'Isaac n'ait pas à partager l'héritage avec Ismaël[10].

Le « sacrifice » d'IsaacModifier

Article détaillé : Ligature d'Isaac.

Un jour, Dieu dit à Abraham d'offrir Isaac en holocauste sur le Mont Moriah[11]. Abraham fend des bûches, et part avec Isaac, un âne et deux serviteurs[12]. Après trois jours de marche[13], il dit aux serviteurs de garder l'âne, et qu'il va se prosterner plus loin avec son fils[14]. Il charge Isaac des bûches[15]. Un midrash dit que ces deux serviteurs sont Éliézer de Damas et Ismaël fils d'Agar, et qu'ils se querellent pour savoir lequel des deux va être héritier d'Abraham après la mort d'Isaac[16]. Sur la route, Isaac demande où est l'agneau qui sera brûlé, et Abraham répond qu'il s'en remet à Dieu[17]. Une fois arrivés, Abraham élève un autel, dispose les bûches et lie son fils au bûcher[18]. Alors qu'il tend la main pour immoler Isaac[19], un ange, convaincu de la crainte que Dieu lui inspire, crie à Abraham d’épargner Isaac[20]. Un bélier[21], qu'Abraham voit pris au piège dans un fourré, est sacrifié à sa place[22],[23].Dans la mythologie grecque: Athamas de Béotie tend la main pour immoler son fils Phrixos mais Héraclès envoyé par Zeus crie à Athamas d'épargner son fils et le bélier appelé Chrysomallos envoyé par Zeus apparaît alors[24].

Mariage d'IsaacModifier

Sarah meurt âgée de 127 ans[25]. Un jour, Abraham, vieilli[26], demande à son plus ancien serviteur[27] de ramener de son pays une femme de sa famille pour Isaac[28]. Le serviteur part pour Aram avec dix chameaux chargés de présents[29] et en revient avec Rébecca, une cousine d'Isaac. Dès leur retour, Isaac aime et épouse Rébecca[30].Isaac est âgé de 40 ans lorsqu'il épouse Rébecca[31]. Puis il enterre son père Abraham avec Ismaël dans la grotte de Makpéla, à côté de sa mère Sarah[32]. Lorsqu'il a 60 ans[33], Rébecca lui donne deux fils jumeaux[34]: Ésaü(l'aîné) qui devient un chasseur habile et Jacob plus calme restant sous des tentes[35]. Isaac préfère Ésaü car il aime le gibier[36].

Pour fuir une famine, Isaac et Rébecca vont à Guérar chez le roi Abimélech[37]. Isaac fait passer Rébecca pour sa sœur[38] mais Abimélech s'en rend compte et en fait le reproche à Isaac[39] Isaac s'enrichit mais les habitants de Guérar le jalousent[40] et comblent les puits creusés par les serviteurs d'Abraham[41] puis sur la demande du roi, Isaac va habiter dans l'oued de Guérar[42]. Isaac débouche les puits creusés aux jours d'Abraham et comblés par les Philistins[43] et en creuse de nouveaux, de plus en plus loin de Guérar, les deux premiers appelés Eseq et Sitna qui sont successivement contestés par les habitants et le troisième appelé Rechoboth qui n'est pas contesté[44] . Il gagne Beer-Sheva, où Dieu lui renouvelle l'alliance conclue avec son père Abraham[45]. Il s'y installe, bâtit un autel et creuse un puits[46]. Abimélech le rejoint et conclut une alliance avec Isaac, qu'il juge béni de Dieu[47]. Des midrashim identifient cet Abimélech à Benmélech fils de l'Abimélech rencontré par Abraham[48],[49].

Bénédiction d'IsaacModifier

 
Isaac bénissant Jacob
huile sur toile de Govaert Flinck, 1638

Isaac vieillit et devient aveugle, alors il appelle son fils aîné Ésaü qui s'exécute[50]. Il lui demande de chasser du gibier et de lui faire un plat savoureux car il veut le bénir[51]. Pendant l'absence d'Ésaü parti chasser[52] à l'instigation de sa mère Rébecca[53], Jacob se présente devant Isaac revêtu des vêtements[54] et sous le nom[55] d'Ésaü, amenant deux bons chevreaux du troupeau cuisinés par sa mère[56]. Isaac reconnaît la voix de Jacob mais se ravise en prenant les mains de Jacob[57], recouvertes d'une peau de chevreau[58] et velues comme celles d'Ésaü[59]. Isaac mange et boit[60], puis Jacob embrasse Isaac qui reconnaît l'odeur d'Ésaü à ses habits qui exhalent la senteur des champs[61]. Il bénit Jacob âgé de 63 ans[62], et le fait chef de sa fratrie et de ses biens. Isaac comprend la supercherie de Jacob[63] lorsque Ésaü revient de la chasse[64] et se présente devant lui pour obtenir sa bénédiction[65]. Ésaü réclame une autre bénédiction[66] mais son père Isaac lui dit qu'il vivra de son épée et servira son frère puis que plus tard il brisera son joug[67].

Isaac et Rébecca n'aiment pas les deux femmes hittites d'Ésaü[68], alliances interdites par le Deutéronome[69]. A l'instigation de Rébecca[70], Isaac envoie Jacob à Aram, dans la maison de Betouel, épouser une fille de son beau-frère Laban, après l'avoir béni comme successeur d'Abraham[71].

Isaac meurt âgé de 180 ans à Mambré, près de Hébron et est enterré par Ésaü et Jacob[72] dans le caveau familial de la grotte de Makpéla[73]. Flavius Josèphe dit qu'Isaac meurt âgé de 185 ans et non pas de 180 ans[74].

Tradition juiveModifier

La tradition juive de la Brith milah veut que l'on soit circoncis à l'âge de 8 jours, comme Isaac.

L'épisode biblique encore appelé sacrifice d'Isaac dans le christianisme est connu dans le judaïsme sous le nom de ligature d'Isaac (עקדת יצחק, 'akedat itshak en hébreu) parce que ce dernier n'a pas été immolé et parce que Dieu ne prononce à aucun moment les mots « tuer » ou « sacrifice ».

D’après Rachi, dans cet épisode, il est écrit que Dieu demanda à Abraham le sacrifice de son fils « unique » en parlant d’Isaac parce qu'il est vraiment le premier-né de sa femme Sarah, alors qu'Ismaël n'est autre que le fils d'Agar, la servante égyptienne de Sarah. C’est la raison pour laquelle Dieu dit à Abraham « ton fils unique » en parlant du fils (Isaac) de son épouse légitime Sarah.

Dans la tradition juive, alors qu'Abraham représente la charité (midat hahessed), Isaac représente la rigueur (midat hadin). Isaac n'a jamais quitté de sa vie la Terre d'Israël.

La tradition identifie la grotte de Makpéla, où Isaac est enterré, avec le Tombeau des Patriarches qui est un lieu saint du judaïsme.

Isaac dans l’islamModifier

Isaac apparaît plusieurs fois dans le Coran[75], souvent après Ismaël.

Dans le Coran, l’histoire du sacrifice d'Abraham ne mentionne pas le nom du fils sacrifié, et n’indique pas qu'il s’agit de son propre fils. Plus tard, des érudits de l'islam comme Ibn Kathir ont apporté des arguments pour montrer que le sacrifice envisagé par Abraham était celui d’Ismaël. Selon les écrits, Dieu demanda à Abraham le sacrifice de son fils « unique » et Ismaël étant aîné, il serait donc le « fils unique » jusqu'à la naissance d'Isaac. C'est actuellement l’interprétation courante en Islam.

Isaac fait partie des prophètes de l’islam ; c’est un patriarche qui a porté le message du monothéisme. Il est souvent associé à son père Abraham ou à son frère Ismaël. Sa naissance est racontée surtout dans la sourate XI, versets 71 à 73, mais aussi dans d'autres sourates[76].

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. Gn 17,10-14
  2. Gn 17,4-9
  3. Gn 17,16
  4. Gn 17,17
  5. Gn 17,19
  6. Gn 18,1-15
  7. Gn 21,4
  8. Gn 21,5
  9. Gn 21,8
  10. Gn 21,9-1O
  11. Gn 22,1-2
  12. Gn 22,3
  13. Gn 22,4
  14. Gn 22,5
  15. Gn 22,6
  16. Midrash Sepher Hayashar, édition Lazarus Goldschmidt, Berlin 1923, pages 76 et 77
  17. Gn 22,7-8
  18. Gn 22,9
  19. Gn 22,10
  20. Gn 22,11-12
  21. Thomas Römer, Dieu obscur : Cruauté, sexe et violence dans l'Ancien Testament, éd. Labor et Fides, p. 60, extrait en ligne
  22. Dictionnaire encyclopédique du judaïsme [détail des éditions], 1996, p. 83
  23. Gn 22,13
  24. La légende d'Athamas et de Phrixos, Alexander Haggerty Krappe, Revue des Études Grecques 1924/37-173, pages 381 à 389
  25. Gn 23,1
  26. Gn 24,1
  27. Gn 24,2
  28. Gn 24,4
  29. Gn 24,10
  30. Gn 24,67
  31. Gn 25,20
  32. Gn 25,9-10
  33. Gn 25,26
  34. Gn 25,24-26
  35. Gn 25,27
  36. Gn 25,28
  37. Gn 26,1
  38. Gn 26,7
  39. Gn 26,8-11
  40. Gn 26,13-14
  41. Gn 26,15
  42. Gn 26,16-17
  43. Gn 26,18
  44. Gn 26,19-22
  45. Gn 26,23-24
  46. Gn 26,25
  47. Gn 26,26-31
  48. Midrash Leqah Tobh Genèse, édition Salomon Buber, Vilna 1880, page 126
  49. Midrash Sépher Hayashar, édition Lazarus Goldschmidt, Berlin 1923, page 84
  50. Gn 27,1
  51. Gn 27,3-4
  52. Gn 27,5
  53. Gn 27,8
  54. Gn 27,15
  55. Gn 27,18-19
  56. Gn 27,9
  57. Gn 27,22
  58. Gn 27,16
  59. Gn 27,23
  60. Gn 27,25
  61. Gn 27,26-27
  62. Bible dans la traduction du Rabbinat avec le commentaire de Rachi, traduction Jacques Kohn. Note du verset 9 du chapitre 28 de la Genèse
  63. Gn 27,35
  64. Gn 27,30
  65. Gn 27,34
  66. Gn 27,38
  67. Gn 27,40
  68. Gn 26,34-35
  69. Dt 7,3
  70. Gn 27,46
  71. Gn 28,1-5
  72. Gn 35,27-29
  73. Gn 49,31
  74. Antiquités judaïques, Flavius Josèphe, livre 1, XXII:1
  75. Voir notamment la sourate XIV, 39, la sourate II, 125-140, et la sourate XXXVII, 112.
  76. Voir sourate XIX, 49, sourate XXIX, 27.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens vers le récit bibliqueModifier

Livre de la Genèse

  • Chapitre 18 (1-15) Chênes de Mamré, annonce de la naissance d'Isaac
  • Chapitre 21 Naissance d'Isaac, conflit de Sarah avec Agar et Ismaël, promesses de Dieu envers Ismaël
  • Chapitre 22 Sacrifice d'Isaac, renouvellement de l'alliance
  • Chapitre 24 Mariage d'Isaac et de Rebecca
  • Chapitre 25 Fin de la vie d'Abraham, naissance de Ésaü et de Jacob, vente du droit d'aînesse
  • Chapitre 26 Famine, Isaac craint pour sa vie et fait passer sa femme pour sa sœur auprès d'Abimélec, mariage d'Ésaü
  • Chapitre 27 Jacob trompe son père avec la complicité de sa mère, bénédiction du fils ainé sur Jacob, Ésaü veut tuer son frère Jacob
  • Chapitre 28:1-9 Rivka, la femme d'Isaac, envoie Jacob se réfugier chez Lavan son oncle.
  • Chapitre 35:27-29 Mort d'Isaac

Liens vers les ParashaModifier

  • Vayera, וירא Genèse 18:1-22:24
  • Haye Sarah, חיי שרה Genèse 23:1-25:18
  • Toledot, תולדות Genèse 25:19-28:9
  • Vayetze, ויצא Genèse 28:10-32:3
  • Vayishla'h, וישלח Genèse 32:4-36:43