Ouvrir le menu principal
Intolérance au lactose
Description de cette image, également commentée ci-après
Digestion du lactose en galactose (1) et glucose (2). Elle ne se fait pas complètement chez les personnes connaissant une diminution de leur production de lactase.
Spécialité EndocrinologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 E73
CIM-9 271.3
OMIM 223100 150220
DiseasesDB 7238
MedlinePlus 000276
eMedicine 187249 et 930971Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine med/3429  ped/1270
MeSH D007787
Symptômes Douleur abdominale, flatulence, diarrhée, ballonnement abdominal (en), nausée, vomissement et BorborygmeVoir et modifier les données sur Wikidata
Causes Alimentation et absence (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Traitement Lactase et abstinenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Patient UK Lactose-intolerance-pro

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’intolérance au lactose est un ensemble de symptômes gênants provoqués par la difficulté ou l'incapacité à digérer le lactose (« sucre de lait ») à cause de l’absence ou de la diminution de la production par l'organisme d’une enzyme digestive, la lactase.

La baisse de la production de lactase à l'âge adulte est la plus fréquente en Asie de l'Est ou en Afrique équatoriale[1], où le lait est traditionnellement moins consommé. À l'inverse, cette baisse est plus rare en Europe, dans les Amériques (du fait de l'origine européenne d'une part importante de la population), en Inde, au Moyen-Orient, en Afrique de l'Est et au Sahel[2], où le lait a été anciennement inclus dans l'alimentation. Ainsi, en Europe du Nord, environ 5 % des adultes seulement connaissent une baisse de leur production de lactase alors que, dans certains pays d'Asie de l'Est, elle concerne plus de 90 % de la population[1].

Chez une partie de ces adultes, cette baisse du taux de lactase sera suffisamment importante pour provoquer une intolérance au lactose. Dans ce cas, les symptômes sont généralement des flatulences, mais l'intolérance au lactose peut également provoquer des diarrhées, des crampes abdominales, voire aller jusqu'à des céphalées et des vomissements dans les cas les plus graves[3]. L'intolérance au lactose ne doit pas être confondue avec l'allergie aux protéines de lait, aux conséquences beaucoup plus graves.

Sommaire

OrigineModifier

La baisse de l'activité lactasique après le sevrage est un caractère ancestral antérieur à la révolution néolithique qui a conduit à la domestication des animaux produisant du lait. En effet, avant la domestication des chèvres et des brebis — il y a environ 11 000 ans — des vaches — il y a environ 10 500 ans — des chamelles — il y a environ 3 000 ans — et des yaks — il y a environ 2 500 ans — l'homme ne consommait pas de lait à l'âge adulte. Ce phénomène concerne encore aujourd'hui la majorité de la population humaine avec de très fortes disparités d'une région à une autre. Au-delà des humains, cette forte baisse de production de la lactase concerne l'ensemble des mammifères[4].

Or, à la suite de la domestication des animaux producteurs de lait, les mutations génétiques du gène qui régule la production de lactase se sont propagées dans les régions où la consommation de lait à l'âge adulte s'est le plus répandue, de sorte que les populations concernées continuent à produire cet enzyme à l'âge adulte[4]. À titre d'illustration, 95 % des Européens du nord ne connaissent pas de baisse de l'activité lactasique[1]. La mutation s'est en effet répandue rapidement il y a près de 10 000 ans à travers la population néolithique d'Europe du Nord et d'Europe centrale où la saison de croissance des céréales, introduites à partir du Croissant fertile est plus courte, ce qui favorise la consommation complémentaire de lait qui se conserve mieux dans ces régions froides[5]. Au contraire, dans les régions où la consommation de lait est restée faible ou absente, les individus dont la production de lactase diminue à la fin de la petite enfance sont beaucoup plus nombreux.

La baisse de la production de lactase est donc très inégale au sein de la population humaine et son intensité modérée ne provoque généralement pas de trouble. Pour seulement une partie de la population concernée par cette diminution, la capacité de digestion du lactose est suffisamment altérée pour que la consommation de lait occasionne des symptômes gênants : c'est ce qu'on appelle l'intolérance au lactose.

SymptômesModifier

Les symptômes apparaissent généralement entre 30 minutes et 2 heures après l'ingestion de la nourriture contenant du lactose[3] et leur survenue dépend de la quantité de lactose absorbée[3]. En effet, pour que les symptômes d'une malabsorption surviennent, la quantité de lactose ingérée doit dépasser le taux de lactase restant de manière suffisante pour occasionner des troubles. Ce taux de lactase varie fortement d'un individu à l'autre. Les symptômes digestifs sont en général simplement des ballonnements et des flatulences mais le déficit en lactase peut donner lieu à des diarrhées, des douleurs abdominales, des inflammations de la muqueuse intestinale, voire des maux de tête et des vomissements dans les cas les plus sévères. La fraction de lactose non digéré qui parvient au côlon est fermentée par les bactéries coliques qui produisent des acides gras volatils (acide lactique, acide acétique…), des gaz (hydrogène H2, dioxyde de carbone CO2, méthane CH4), une acidification qui affecte le fonctionnement des cellules intestinales et un appel d'eau à l'origine des symptômes digestifs[6].

MécanismeModifier

 
La β-galactosidase une enzyme lactase responsable de l'hydrolyse du lactose.

Le lactose est un glucide se trouvant quasi exclusivement dans le lait des mammifères. Il est dégradé dans le tube digestif par une enzyme appelée lactase qui le dissocie en galactose et en glucose. Elle est présente chez tout le monde durant l’enfance, mais, chez certaines personnes, la production se tarit à l’âge adulte. L'assimilation du lactose par l'individu se trouve alors réduite également. Le lactose excédentaire reste ainsi dans le tube digestif et est métabolisé par certains germes avec production de gaz et de certains composants expliquant les symptômes. Le déficit n’est cependant jamais absolu, permettant l’absorption d’une quantité limitée de lait sans que le sujet ne développe de symptômes.

Rarement, le déficit en lactase est congénital (de naissance), entraînant une intolérance au lait dès le plus jeune âge. On doit distinguer cette forme peu fréquente de celle de certains grands prématurés, secondaire à l’immaturité du tube digestif et dont l’évolution est favorable assez rapidement avec le temps.

L'intolérance au lactose peut découler d'une maladie cœliaque ou d'une gastro-entérite, la destruction des villosités intestinales entraînant secondairement la diminution de la sécrétion de lactase[7],[8]. Ce type d'intolérance temporaire peut également être causée par d'autres affections virales[9]. Dans ces cas, elle peut durer parfois plusieurs semaines et ne s'estomper qu'une fois la muqueuse intestinale guérie.

DiagnosticModifier

Il est le plus souvent évident devant la description des signes. Mais il peut se confondre avec l'allergie aux protéines du lait de vache[10]. Il semble que l'appréciation du statut d'intolérance par les consommateurs soit très subjective[11]. En cas de doute, on peut en provoquer à nouveau les signes en faisant absorber du lactose. Le test peut être sensibilisé par la mesure de la concentration en hydrogène de l’air expiré, qui augmente après absorption de lactose si le sujet est un intolérant vrai[12].

SolutionsModifier

La science n'offre actuellement pas de solution contre l'intolérance au lactose[13]. Il y a divers degrés d'intolérance selon la quantité de lactase produite par l'individu. Les personnes souffrant d'intolérance doivent éviter de consommer du lactose dans des quantités qui excèdent leur capacité d'absorption. Si, en théorie, la solution la plus simple est d'exclure de son alimentation une partie des produits contenant du lactose, l'utilisation répandue de celui-ci dans l'industrie agro-alimentaire peut rendre son éviction difficile au quotidien, même si elle reste possible (elle est notamment pratiquée par les végétaliens, qui ne consomment pas de produits laitiers de façon générale).

En règle générale, les yaourts et laits fermentés avec Streptococcus thermophilus, Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus et Lactobacillus acidophilus (mais non avec Bifidobacterium bifidum), ainsi que les fromages, sont mieux tolérés, car le lactose y est déjà partiellement hydrolysé par les bactéries. La teneur en lactose des fromages est très variée, ceux à privilégier sont les fromages à pâte dure et ceux à pâte pressée cuite qui contiennent seulement des traces de lactose[14] (<0,01%), quand les fromages à pâte fraîche, les fromages fondus de grandes surfaces et les fromages "minceurs" sont les plus riches en lactose (jusqu'à 6% de lactose)[15]. L’absorption d'une quantité modérée de lait (entre 12 et 15 g de lactose, soit l’équivalent d'une tasse) se passe, en règle générale, sans problème[16], même si des symptômes apparaissent chez certains suite à des prises de moins de 6 grammes de lactose[17].

La prise de comprimés de lactase permet une meilleure absorption et la diminution ou la disparition des symptômes[18]. En France, elle a été réservée un temps aux formes infantiles où l’éviction du lait pourrait entraîner des problèmes de dénutrition mais elle est désormais accessible à la population adulte. Aux États-Unis, au Canada et ailleurs dans le monde, ces comprimés sont en vente libre dans les pharmacies[19],[20] sur internet et, en Suisse, en grandes surfaces.

Il existe des laits et produits laitiers délactosés. Dans ces produits (lait, yoghourt, fromage frais, etc.), le lactose est déjà hydrolysé. La teneur en protéines et calcium de ces produits est identique à celle des produits laitiers normaux, leur usage et utilisation culinaire aussi. Le problème de l'intolérance au lactose n'est cependant pas clairement mis en avant pour le marketing de ces produits[21]. Le lait délactosé a une saveur sucrée un peu plus intense que le lait non modifié[22], sa valeur nutritive reste la même. Cela permet aux personnes intolérantes au lactose d'accéder au lait.

L'augmentation progressive des doses de lait pourrait également établir une meilleure tolérance de celui-ci[9].

ÉpidémiologieModifier

On observe des différences importantes selon les régions du monde. On estime qu'environ 75 % de la population mondiale adulte présenterait une baisse de la capacité à digérer le lactose[23]. L'Europe possède la plus forte concentration de population adulte ne connaissant pas de diminution de sa capacité à digérer le lactose.

En Europe, l'intolérance concerne surtout les populations immigrées et leurs descendants. La baisse de la capacité à digérer le lactose concernerait un cinquième ou un quart de la population européenne et la presque totalité de la population asiatique adulte[4],[24].

Régimes sans lactoseModifier

À l'instar des régimes sans gluten, certains régimes sans lactose deviennent populaires dans les pays occidentaux. Leur essor est permis par le développement de laits délactosés, mais aussi de « laits végétaux », naturellement sans lactose et dont la composition nutritionnelle diffère sensiblement de celle des laits animaux.

Le recours aux laits végétaux non infantiles fait courir un risque grave de malnutrition aux nourrissons. Ainsi, un nourrisson est mort de malnutrition en Belgique en 2014 après avoir été nourri avec un lait de ce type par des parents ayant préjugé sans avis médical que leur enfant était allergique au lactose[25]. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) rappelle toutefois que ce ne sont pas uniquement les laits végétaux non infantiles qui font courir des risques de malnutrition aux nourrissons mais les laits non infantiles en général et rappelle que « En l'absence d’allaitement ou en complément de celui-ci, seules les préparations pour nourrissons ou les préparations de suite, autorisées par la réglementation, peuvent couvrir les besoins nutritionnels de l'enfant »[26].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) A.C. Bulhões, H.A.S. Goldani, F.S. Oliveira, U.S. Matte, R.B. Mazzuca1 and T.R. Silveira, « Correlation between lactose absorption and the C/T-13910 and G/A-22018 mutations of the lactase-phlorizin hydrolase (LCT) gene in adult-type hypolactasia », Brazilian Journal of Medical and Biological Research, vol. 40, no 11,‎ , p. 1441–1446 (DOI 10.1590/s0100-879x2007001100004, lire en ligne) :

    « Adult-type hypolactasia is characterized by a fall of lactase activity levels to 5 to 10% of birth levels occurring during childhood and adolescence. The condition affects more than 75% of the population worldwide, with regional frequencies ranging from nearly 5% in northern Europe to more than 90% in some Asian and African countries »

  2. (en) Ingram CJ, Mulcare CA, Itan Y, Thomas MG, Swallow DM, « Lactose digestion and the evolutionary genetics of lactase persistence », Hum Genet, vol. 124, no 6,‎ , p. 579–91 (DOI 10.1007/s00439-008-0593-6)
  3. a b et c Ameli Santé - Site de l'assurance maladie - Intolérance au lactose - 10 septembre 2015
  4. a b et c Jean-Baptiste Paquel, « Le lait, cet aliment réservé aux mutants », BE Danemark, ADIT, no 19,‎ (lire en ligne)
  5. (en) J. Burger, M. Kirchner, B. Bramanti, W. Haak & M. G. Thomas, « Absence of the lactase-persistence-associated allele in early Neolithic Europeans », PNAS, vol. 104, no 10,‎ , p. 3736-3741 (DOI 10.1073/pnas.0607187104).
  6. (en) T. H. Vesa, P. Marteau & R. Korpela, « Lactose intolerance », Journal of the American College of Nutrition, vol. 19,‎ , p. 165S-175S (DOI 10.1080/07315724.2000.10718086).
  7. Lactose Intolerance Can Be A Symptom Of Gluten Intolerance
  8. V. Ojetti, G. Nucera, A. Migneco et al., « High prevalence of celiac disease in patients with lactose intolerance », Digestion, vol. 71,‎ (PMID 15775678, résumé)
  9. a et b (en) Shinjini Bhatnagar et Rakesh Aggarwal, « Lactose intolerance », BMJ, no 334,‎ , p. 1331-1332 (DOI 10.1136/bmj.39252.524375.80, résumé)
  10. (en) Olivier CE, Lorena SLS, Pavan CR, Santos RAPG, Lima RPS, Pinto DG, Silva MD, Zollner RL., « Is it just lactose intolerance? », Allergy and Asthma Proceedings, vol. 33, no 5,‎ , p. 432-6 (PMID 23026186, résumé)
  11. A. Marteau et Ph. Marteau, « Entre Intolérance au Lactose et Maldigestion », Cah. Nutr. Diét.,‎ (lire en ligne)
  12. (en) MM Hermans, RJ Brummer, AM Ruijgers & Stockbrugger RW., « The relationship between lactose tolerance test results and symptoms of lactose intolerance », Am J Gastroenterol, vol. 92, no 6,‎ , p. 981-4. (PMID 9177514)
  13. « Lactose intolerance - Treatment », sur NHS UK (consulté le 11 aout 2017).
  14. Table des contenus en lactose des principaux produits laitiers
  15. Fodmapedia, « Le guide du fromage fodmap et intolérants au lactose », magazine,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Shaukat A, Levitt MD, Taylor BC et al., « Systematic review: Effective management strategies for lactose intolerance », Ann Intern Med, vol. 152,‎ , p. 797-803 (lire en ligne)
  17. (en) « Scientific Opinion on lactose thresholds in lactose intolerance and galactosaemia », EFSA Journal, vol. 8, no 9,‎ , p. 1777 (ISSN 1831-4732, DOI 10.2903/j.efsa.2010.1777, lire en ligne, consulté le 7 juin 2019)
  18. (en) MS Medow, KD Thek, LJ Newman, S Berezin, MS Glassman & SM Schwarz, « β-galactosidase tablets in the treatment of lactose intolerance in pediatrics », American journal of diseases of children, vol. 144, no 11,‎ , p. 1261-4. (ISSN 0002-922X, résumé)
  19. Site Lactaid Canada
  20. (en) Site Lacteeze Australie
  21. "M. L. est un lait facile à digérer car il contient seulement 0,5 % de lactose".
  22. Présentation sur l'intolérance au lactose de Wolfgang Werner de l'Académie de Montpellier
  23. (en) W. Steven Pray, « Lactose intolerance: the norm among the world’s peoples », Am J Pharm Educ., vol. 64,‎ , p. 205-207 (lire en ligne [PDF])
  24. (en) T. Sahi, « Genetics and epidemiology of adult-type hypolactasia », Scand J Gastroenterol Suppl, no 202,‎ , p. 7-20 (PMID 8042019)
  25. Laurence Moisdon, « Belgique : un bébé est mort après avoir été nourri au lait végétal », sur www.allodocteurs.fr, .
  26. Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, « Quels laits pour l'alimentation des moins d'un an ? », sur www.anses.fr (consulté le 1er novembre 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier