Intesa Sanpaolo

Intesa Sanpaolo SpA
logo de Intesa Sanpaolo
illustration de Intesa Sanpaolo

Création 2007
Remplace Sanpaolo IMI et Banca IntesaVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Banca Intesa, San Paolo IMI
Personnages clés Giovanni Bazoli, Andrea Beltratti, Corrado Passera
Forme juridique Société par actions de droit italien (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Action Pink Sheets (ISNPY)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Turin
Drapeau d'Italie Italie
Activité banque
Produits services financiers
Filiales Banca IMI (en), Banca Apulia (en), Cassa di Risparmio di Rieti (d), Carisap (en), Banca Nuova (en), Cassa di Risparmio del Veneto (en) et Banca Fideuram (d)
Effectif 96 892 (2017)
Site web www.intesasanpaolo.com

Fonds propres 47,776 milliards d'€ (2015)
Résultat net 2,739 milliards d'€ (2015)

Intesa Sanpaolo (Borsa Italiana : ISP) est une banque italienne, la première par ordre d'importance. Elle possède plus de 12 millions de clients, dominant le marché italien et bénéficiant d'une forte présence internationale dans l'Europe centrale de l'est ainsi que dans le bassin méditerranéen.

HistoireModifier

Elle a été fondée en 2007 par la fusion de la Banca Intesa et Sanpaolo IMI, qui emploie alors environ 44 000 personnes pour 7 millions de clients et environ 3 200 agences.

En , le gouvernement italien annonce la reprise des activités saines de Banca Popolare di Vicenza et Veneto Banca par Intesa Sanpaolo pour 1 € symbolique, soutenue de manière non précise par l'État italien à hauteur de 4,785 milliards d'euros. Les crédits et obligations définis comme douteux seront regroupés dans une bad bank, garantie par l'État italien à hauteur de 12 milliards d'euros[2],[3].

En , Intesa Sanpaolo annonce l'acquisition de Banque Morval, une banque privée suisse pour un montant estimé entre 150 et 200 millions d'euros[4].

En février 2020, Intesa Sanpaolo annonce l'acquisition de UBI Banca pour 4,9 milliards d'euros. L'accord prévoit la vente de 400 à 500 agences d'UBI Banca à BPER Banca, pour des questions de concurrence[5].

En octobre 2020, la banque annonce le rachat de 69% du capital de la banque privée suisse Reyl[6].

CondamnationsModifier

En juin 2013, Intesa Sanpaolo a accepté de payer 2,9 millions de dollars à l'OFAC afin de solder un litige relatif à une éventuelle violation des sanctions économiques américaines visant l'Iran, Cuba et le Soudan[7].

En décembre 2016, le Department of Financial Services de New York a infligé une amende de 235 millions de dollars à Intesa Sanpaolo pour violation répétée de ses lois anti-blanchiment[8].

En novembre 2017, la Banque centrale irlandaise a sanctionné Intesa Sanpaolo Life dac à hauteur de 1 million d’euros après avoir constaté lors de contrôles des manquements dans ses procédures LCB-FT[9].

RéférencesModifier

Liens externesModifier