Ouvrir le menu principal

Insurrection viennoise d'octobre 1848

dernier soulèvement de la Révolution autrichienne de 1848

DéroulementModifier

Pour des articles plus généraux, voir Printemps des peuples, Révolution de Mars et Révolution autrichienne de 1848.

La contagion révolutionnaireModifier

Les premiers troubles révolutionnaires éclatent à Vienne le . L'agitation commence de manière assez bon enfant par une manifestation d'étudiants et de bourgeois libéraux devant la Diète en solidarité avec les demandes hongroises. Les troubles s'étendent rapidement. La troupe se montre incapable de ramener le calme et fait feu sur les manifestants : on compte une cinquantaine de morts. Vienne connaît alors la première insurrection armées de son histoire[1]. L'agitation prend un tour plus social : destruction d'usines et d'entreprises accusées de favoriser le chômage. Le pouvoir est obligé de lâcher du lest. Le prince Klemens Wenzel von Metternich doit abandonner la direction des affaires sans délai[2]. L'Empire entreprend des réformes libérales.

Le , le gouvernement proclame une « constitution provisoire » (un peu sur le modèle de la Constitution accordée aux Belges en 1831), qui établit le bicaméralisme et le suffrage censitaire. Les émeutes du , puis celles du amènent la cour impériale à s'installer provisoirement à Innsbruck. Au mois de juillet, un nouveau parlement est élu[3]. Durant l'été, l'autorité du gouvernement continue de faiblir[4].

L'émeuteModifier

 
Combat sur le pont Taborbrücke à Leopoldstadt le 6 octobre 1848 – Bonaventura Emler (1831-1862) – Combats entre la Garde nationale et les étudiants d'une part, et le régiment Nassau de l'autre.

Le , alors que les troupes impériales s'apprêtent à quitter à Vienne pour réprimer la Révolution hongroise, une foule de sympathisants de la cause hongroise composée d'ouvriers, d'étudiants et de soldats mutinés tente d'empêcher leur départ. Alors que les émeutes de mars avaient été le fait de bourgeois libéraux, les événements d'octobre sont plutôt le fait d'ouvriers. Cet incident dégénère en combats de rue d'une grande violence : l'Arsenal est pillé ; le sang est versé jusque dans la cathédrale Saint-Étienne et le ministre de la Guerre, le comte Theodor Baillet von Latour, est lynché par la populace. Son cadavre mutilé reste plusieurs heures pendu à un réverbère[5].

La fuite de l'empereurModifier

Le , l'empereur Ferdinand Ier et sa cour, rentrés d'Innsbruck au mois d'août, se replient à Olmütz sous la protection du prince Alfred de Windisch-Graetz et d'une troupe de 7 000 soldats[6]. La Cour s'installe à Olmütz le . Deux semaines plus tard, le Parlement est déplacé à Kremsier en Moravie. La ville de Kremsier — et non Olmütz — a été choisie par sécurité et afin de mieux pouvoir surveiller les parlementaires[7]. Une partie de la bourgeoise viennoise déserte la ville et se met en sécurité dans les environs de Vienne ou suit l'empereur à Olmütz, qui devient le centre de l'empire pour plusieurs mois[6]. La violence du effraie une bonne partie de la population[8].

La répressionModifier

 
La ligne de défense de Nussdorf (aujourd'hui un quartier de Vienne) après la victoire des troupes impériales, fin octobre 1848.

Sous le commandement des généraux Windisch-Grätz et Josip Jelačić, les troupes autrichiennes et croates contre-attaquent en encerclant Vienne le , puis en bombardant la ville à partir du , puis en prenant d'assaut la Innere Stadt le . Près de deux mille personnes sont tuées lors des combats. À l'exception du général polonais Józef Bem, qui réussit à prendre la fuite, les hommes qui ont organisé la résistance (Wenzel Messenhauser, le journaliste Alfred Julius Becher, Hermann Jellinek et le député radical allemand Robert Blum[9] sont jugés puis exécutés au mois de novembre.

La défaite de l'insurrection viennoise marque la fin de la Révolution de 1848 en Autriche, mais la révolution hongroise n'est finalement battue qu'en été 1849.

ConséquencesModifier

Cet événement provoque la perte des acquis de la Révolution du mois de mars et fait entrer l'empire d'Autriche, sous la conduite du prince Felix zu Schwarzenberg, dans une phase de réaction autoritaire : le « néo-absolutisme »[10], qui dure jusqu'en 1859[11].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

AnnexesModifier

SourceModifier