Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ircam.
Ne doit pas être confondu avec l’Ircam de Paris.
Institut royal de la culture amazighe
Logo IRCAM.gif
Logo de l'Ircam.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Objectif
Promotion de la culture amazighe (berbère) et développement de la langue amazighe
Siège social
Pays
Coordonnées
Langue
Organisation
Fondateur
Président
Site web

L’Institut royal de la culture amazighe ou Ircam (en amazighe : ⴰⵙⵉⵏⴰⴳ ⴰⴳⴻⵍⴷⴰⵏ ⵏ ⵜⵓⵙⵙⵏⴰ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ (Asinag Ageldan n Tussna Tamazight) est un institut académique de l'État marocain chargé de la promotion de la culture amazighe et du développement de la langue amazighe (berbère).

L'institut a son siège à Rabat, capitale du Maroc. Il a été fondé par le dahir (décret royal) no 1-01-299 du [1] et annoncé le même jour par le roi Mohammed VI dans son discours d'Ajdir[2]. Il dispose d'une indépendance administrative et financière.

PrésentationModifier

TifinaghModifier

Article détaillé : Tifinagh.

L'Ircam a un rôle précurseur dans l'adoption du tifinagh pour la transcription des langues berbères au Maroc.

Le système de transcription adopté, contrairement au tifinagh originel conservé par les Touaregs qui est un abjad, est un alphabet composé de 33 caractères s'inscrivant dans la continuité du « néo-tifinagh » élaboré dans les années 1970 par des militants kabyles[3].

Notes et référencesModifier

  1. [PDF] « Dahir no 1-01-299 du 29 rajab al khaïr 1422 (17 octobre 2001) portant création de l'Institut royal de la culture amazighe », Bulletin officiel du royaume du Maroc, no 4948,‎ , p. 1074-1076 (ISSN 0851-1217).
  2. Discours prononcé à Ajdir Izayane, petite bourgade dans la province de Khénifra, au pays des Zayans. « Le prix de la culture amazighe : des poètes et des penseurs récompensés », sur maghress.com, Le Matin, (consulté le 16 mai 2012).
  3. S. Chaker, L'écriture berbère : libyque et tifinagh, INALCO (lire en ligne)

Voir aussiModifier