Institut français de mécanique avancée

école d'ingénieurs (intégrée à SIGMA-Clermont)

L’Institut français de mécanique avancée (IFMA) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche ayant existé entre 1991 et 2015 et habilité à délivrer un diplôme d’ingénieur.

IFMA - Institut Français de Mécanique Avancée
LogoIFMA.jpg
Histoire et statut
Fondation
Dissolution
Type
École d'ingénieurs (EPA)
Devise
Advancing together
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
632
Enseignants
124
Enseignants-chercheurs
29
Localisation
Campus
Ville
Pays
Localisation sur la carte de Clermont Communauté
voir sur la carte de Clermont Communauté
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Il a fusionné avec l'école nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand (ENSCCF) pour former l’école d'ingénieurs SIGMA Clermont.

Il était situé à Aubière, à côté de Clermont-Ferrand dans le département Puy-de-Dôme.

HistoriqueModifier

L’institut français de mécanique avancée est créé en 1991 à Aubière sous la forme juridique d’un établissement public à caractère administratif (EPA) [1].

En 2003, l'école met en place un diplôme d'ingénieur par alternance. Elle devient également l'un des membres fondateurs du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) Clermont Université [2].

En 2010, l'IFMA s'associe au groupe des écoles des Mines. Deux ans plus tard, il obtient la certification ISO 9001 sur l'ensemble de son processus et accède aux responsabilités et compétences Élargies (RCE). L'année suivante, il crée son comité développement durable et responsabilité sociétale, et devient membre de l'alliance des grandes écoles Rhône-Alpes (AGERA)[3].

Au , l’école fusionne avec l’école nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand (ENSCCF) pour former l’école d'ingénieurs SIGMA Clermont [4].

FormationsModifier

Diplôme d'ingénieurModifier

L’IFMA proposait une formation d’ingénieurs habilitée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche après l’avis de la commission des titres d'ingénieur (CTI) [5].

La plupart des étudiants étaient issus de classes préparatoires aux grandes écoles (MP, PSI, PT, TSI ou ATS) et passaient donc le concours IFMA, mais l'école recrutait également des étudiants provenant de licence 2 (ex-DEUG), licence 3, master 1 (ex-maîtrise) diplôme universitaire de technologie (DUT) ou brevet de technicien supérieur (BTS) dans le domaine de la mécanique ou du génie industriel [6].

L'école délivrait plusieurs types de diplômes d'ingénieur : par formation initiale (ou classique) [7], par formation par alternance (avec l'ITII Auvergne) [8], par formation continue [9] et par validation des acquis de l'expérience (VAE) [10].

La formation initiale consistait en une formation en tronc commun la première année puis une séparation en trois différents pôles pour les deux autres années [7] :

  • Le pôle machines, mécanique et systèmes (MMS) : orienté vers les mécanismes innovants, les procédés de fabrication et la commande de mécanismes complexes.
  • Le pôle structure et mécanique des matériaux (St2M) : orienté vers la conception des structures, la fiabilité, la caractérisation et l'utilisation des matériaux.
  • Le pôle systèmes industriels et logistiques (SIL) : orienté vers la conception et la conduite de systèmes industriels ainsi que l'organisation et le pilotage de la production.

L'école permettait à ses élèves d'effectuer trois stages en entreprise : un de quatre mois en première année, un de cinq mois en deuxième année et le projet de fin d'études en six mois. Il était possible de réaliser les stages de plus de cinq mois à l'étranger [11].

Par ailleurs, les élèves pouvaient aussi partir dans une université étrangère partenaire pendant un semestre (Europe (Erasmus), Amérique du Nord, Asie, Australie) [12]. Il était également possible d'effectuer une année de césure à l'étranger : six mois de stage en laboratoire de recherche en université et six mois de stage en entreprise. De février 2011 à février 2012, 125 élèves-ingénieurs étaient en année internationale [13].

En partenariat avec l'École supérieure de commerce de Clermont, l'IFMA permettait à ses étudiants d'obtenir un double-diplôme ingénieur-management [14].

Aujourd'hui, l’école d'ingénieurs SIGMA Clermont propose les mêmes formations que l'IFMA, dans les locaux de celui-ci.

MastersModifier

L'IFMA proposait une série de double-diplômes, en partenariat avec différentes écoles [14],[15] :

RechercheModifier

Les travaux de recherches menés par l’IFMA se faisaient dans trois laboratoires [16] :

Vie étudianteModifier

L'IFMA regroupait plus de trente associations et clubs [17],[18] :

  • Le bureau des élèves (BDE).
  • Le bureau des sports (BDS).
  • Le « FizZ » (le foyer de l'IFMA).
  • Clubs de sport : IFMAluge, AIR (riders), IFMAtelot (voile), IFMAnature (randonnée, escalade), IFMA dance, Équipes de rugby, de foot, de volley-ball, de handball, de basket, d'aviron...
  • Clubs mécaniques : Mécation (véhicules de collection), IFMAkart, IFMArobotik, IFMAtechnologies, IFMAviator, IFMA éco challenge, team IRS (automobiles), TIM (deux roues).
  • Associations humanitaires : Téléthon, EDELI (Junior-Entreprise), ACTIS (vulgarisation scientifique), SOUC (voyage humanitaire), Maroc'Ailes (4L Trophy), International Team (accueil étudiants étrangers).
  • Clubs d'art : cours des miracles (théâtre), IFMAlt (dégustation de bière), Gorilla (création de vêtements Ifmaliens), IFM'As de pique, Nunchak'art (dessin), SICom (vidéos), IFMAzik (musique), Macaque déchaîné (journal).
  • Clubs d'organisation : Gala, Remise Des Diplômes, A2I (associations des ingénieurs de l'IFMA).

Anciens élèves célèbresModifier

  • Romain Charles (promotion 2004) - Ingénieur Qualité et Ingénieur de bord, a participé avec succès au programme expérimental russe Mars 500 qui vise à simuler sur Terre le voyage aller et retour d'un équipage vers la planète Mars entre et .

Notes et référencesModifier

  1. Décret no 91-1251 du 16 décembre 1991 portant création et organisation de l’Institut Français de Mécanique Avancée
  2. Décret no 2008-503 du 28 mai 2008 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Clermont Université »
  3. « Dates clés et perspectives - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  4. Décret no 2015-1760 du 24 décembre 2015 portant création de l'Ecole d'ingénieurs SIGMA Clermont
  5. Arrêté du 16 janvier 2009 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé
  6. « Candidats - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  7. a et b « Formation ingénieur IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  8. « Ingénieur IFMA par apprentissage », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  9. « Formation continuée IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  10. « Validation des acquis de l'expérience IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  11. « Relations industrielles - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  12. « Mobilité internationale - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  13. « Année de césure internationale - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  14. a et b « Doubles diplômes en management - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  15. « Masters scientifiques - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  16. « Laboratoire de recherche - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  17. « Les clubs et associations - IFMA », sur ifma.fr (consulté le 22 août 2016)
  18. Plaquette alpha IFMA, 2015-2015, 15 p. (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier