Ouvrir le menu principal

Institut français

établissement public français tête de réseau des instituts français dans le monde
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Institut de France.

Institut français
Logo de l'organisation

Devise : « Vivre les cultures »

Situation
Création 2011
Type Établissement public à caractère industriel et commercial
Siège Paris
Coordonnées 48° 51′ 16″ N, 2° 17′ 37″ E
Langue Français
Organisation
Président exécutif Pierre Buhler
Directrice générale déléguée Anne Tallineau
Secrétaire général Clément Bodeur-Crémieux

Site web http://www.institutfrancais.com/

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Institut français

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut français

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Institut français

L’Institut français est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) français, opérateur du ministère chargé des Affaires étrangères et du ministère chargé de la Culture pour l’action culturelle extérieure de la France.

Sommaire

HistoriqueModifier

L'institut est créé par la loi relative à l'action extérieure de l'État du 27 juillet 2010[1] et organisé par le décret n° 2010-1695 du 30 décembre 2010[2]. Il remplace l’association Culturesfrance avec un périmètre d’action élargi et des moyens renforcés.

Après avoir été préfigurateur, à partir de juin 2010, Xavier Darcos en est le premier président exécutif de 2011 à 2015. Depuis août 2017, Pierre Buhler en est le président, succédant à Bruno Foucher, nommé ambassadeur de France au Liban[3].

MissionsModifier

L'Institut français travaille en étroite relation avec le réseau culturel français à l’étranger constitué de 96 instituts français et de 834 Alliances Françaises dans le monde[4]. Le processus de rattachement à l’Institut français des structures culturelles d’une dizaine de missions diplomatiques a été mené à titre expérimental : le Cambodge, le Chili, le Danemark, les Émirats arabes unis (EAU), la Géorgie, le Ghana, l’Inde, le Koweït, le Royaume-Uni, le Sénégal, la Serbie, Singapour et la Syrie[5] sont les pays où est expérimenté de 2011 à 2014 le rattachement à l'Institut français[6],[7], mais il est jugé non concluant et le ministre décide de renoncer à ce projet[8].

En créant l'Institut français, le gouvernement a en effet souhaité confier à une même agence la promotion de l’action culturelle extérieure de la France en matière d’échanges artistiques - spectacle vivant, arts visuels, architecture -, de diffusion dans le monde du livre, du cinéma, de la langue française, des savoirs et des idées. À ce titre, il développe un nouveau programme de diffusion de la culture scientifique.

L’Institut français poursuit les missions d’accueil en France des cultures étrangères, à travers l’organisation de « saisons » ou festivals et de coopération avec les pays du sud, en assurant notamment la gestion du Fonds Sud cinéma, dispositif de soutien au cinéma du sud, en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l'image animée. Il développe un programme de résidences internationales en France comme à l’étranger.

Il assure également de nouvelles missions de formation et professionnalisation des agents du réseau culturel français à l’étranger.

Histoire des instituts et centres culturels françaisModifier

L'Institut français de Florence fut le premier institut créé en 1907 par Julien Luchaire grâce à l’aide de la Faculté des lettres de Grenoble. Par la suite d'autres suivront, tels Athènes en 1907, Barcelone et Naples en 1919, qui joueront un rôle important dans la construction de liens culturels profonds entre la France et chaque pays.

Historiquement les instituts français créés dans la première moitié du XXe siècle sont nés grâce à l'implication d'établissements universitaires, alors que les centres culturels français, créés généralement plus tard, dans la seconde moitié du XXe siècle ou au début du XXIe siècle ont été créés directement par l'État français. Cette différence n'existe plus et les centres culturels adoptent désormais progressivement la dénomination d'institut français.

Certains établissements ont un statut binational, régi par un accord intergouvernemental, notamment en Guinée (Conakry), en Guinée-Bissau (Bissau), au Mozambique (Maputo), en Namibie (Windhoek) ou au Niger (centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey).

Les 100 Instituts français, ainsi que leurs 128 antennes[9] sont des établissements relevant du ministère chargé des Affaires étrangères chargés de promouvoir la coopération culturelle, intellectuelle et audiovisuelle entre professionnels, de présenter la création contemporaine française et francophone pour tous les publics (à commencer par le jeune public), de promouvoir l'enseignement supérieur français auprès des étudiants et enseignants étrangers et d'offrir une offre complète d'enseignement de la langue française.

Ils ont généralement au sein des ambassades de France dont ils dépendent, un statut d'établissement à autonomie financière qui, sans leur conférer la personnalité juridique, donnent à leur directeur la qualité d'ordonnateur et la responsabilité du budget dévolu à l'établissement (dotation du ministère des Affaires étrangères et ressources propres), avec un fonds de réserve non soumis à l'annualité qui permet une programmation pluriannuelle. À partir de 2010, le ministère a mis en œuvre un programme de fusion rassemblant dans chaque pays les différents instituts français préexistant et le service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France dans un institut français unique.

Ils sont financés majoritairement ou partiellement par leurs recettes propres, levées au titre de leur offre de cours de français langue étrangère (structurellement bénéficiaire) et du mécénat (pour ceux ayant une véritable ambition en matière d'ingénierie culturelle). L'impact de l'investissement financier consenti par l'État français pour l'entretien de ce réseau (charges de fonctionnement, charges de personnel) doit ainsi être évalué au cas par cas en fonction de l'effet de levier de son investissement ; l'ensemble du dispositif de coopération culturel français à l'étranger est désormais couvert par des procédures de contrôle de gestion qui permettent, de manière quantitative (et dans une moindre mesure qualitative) d'évaluer le ratio coût/efficacité de ce dispositif).

Par ailleurs les instituts français de recherche à l'étranger (IFRE) dépendent conjointement du ministère chargé des affaires étrangères et du CNRS.

Aujourd'hui, les instituts français et centres culturels français (CCF) constituent des leviers indispensables pour le développement de coopérations en réseau entre professionnels de la culture et de l'enseignement ainsi que pour la promotion de la diversité culturelle et linguistique.

Liste des instituts français dans le mondeModifier

Établissements culturelsModifier

AfriqueModifier

Pays Institut français Villes
  Algérie Institut français d'Algérie Alger, Annaba, Constantine, Oran, Tizi Ouzou, Tlemcen
  Bénin Institut français du Bénin Cotonou, Parakou
  Burkina Faso Institut français du Burkina Faso Bobo-Dioulasso, Ouagadougou
  Cameroun Institut français du Cameroun Douala, Yaoundé
  Cap-Vert Institut français du Cap-Vert Prainha Praia (fermé[10])
  Côte d'Ivoire Institut français de Côte d'Ivoire Abidjan
  République du Congo Institut français du Congo Brazzaville, Pointe-Noire
  Djibouti Institut français de Djibouti Djibouti
  Égypte Institut français d'Égypte Alexandrie, Le Caire, Héliopolis
  Gabon Institut français du Gabon Libreville
  Ghana Institut français du Ghana Accra
  Guinée équatoriale Institut français de Guinée équatoriale Malabo
  Libye Institut français de Libye Benghazi,Tripoli
  Maroc Institut français du Maroc Agadir, Casablanca, El Jadida, Fès, Kenitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger, Tétouan
  Madagascar Institut français de Madagascar Tananarive (Antananarivo)
  Mali Institut français du Mali Bamako
  Mauritanie Institut français de Mauritanie Nouakchott
  Maurice Institut français de Maurice Rose Hill
  Nigeria Institut français du Nigeria Abuja
  République démocratique du Congo Institut français de la République démocratique du Congo Kinshasa, Lubumbashi
  Rwanda Institut français du Rwanda Kigali
  Sénégal Institut français du Sénégal Dakar, Saint-Louis
  Soudan  Soudan du Sud Institut français du Soudan Djouba (Soudan du Sud), Khartoum (Soudan)
  Tchad Institut français du Tchad Ndjamena
  Togo Institut français du Togo Lomé
  Tunisie Institut français de Tunisie Sfax, Sousse, Tunis

AmériquesModifier

Pays Institut français Villes
  Argentine Institut français d'Argentine Buenos Aires
  Chili Institut français du Chili Providencia, Santiago
  Costa Rica Institut français d'Amérique centrale San José
  Haïti Institut français en Haïti Port-au-Prince
  Mexique Institut français d'Amérique latine Mexico
  États-Unis Maison française de Washington Washington
  États-Unis French Institute Alliance Française New York

AsieModifier

Pays Institut français Villes
  Afghanistan Institut français d'Afghanistan Kaboul
  Azerbaïdjan Institut français d'Azerbaïdjan Bakou
  Birmanie Institut français de Birmanie Rangoun
  Cambodge Institut français du Cambodge Battambang, Phnom Penh, Siem Reap
  Chine Institut français de Chine Pékin
  Corée du Sud Institut français de Corée du Sud Séoul
  Émirats arabes unis Institut français des Émirats arabes unis Abu Dhabi
  Géorgie Institut français de Géorgie Tbilissi
  Inde Institut français en Inde New Delhi
  Indonésie Institut français d'Indonésie Bandung, Jakarta, Surabaya, Yogyakarta
  Irak Institut français en Irak Bagdad, Erbil
  Israël Institut français d'Israël Beer-Sheva, Haïfa, Nazareth, Tel Aviv
  Japon Institut français du Japon - Villa Kujoyama Kyoto
  Japon Institut français du Japon   Tokyo, Kyoto, Fukuoka, Osaka, Yokohama
  Palestine Institut français en Palestine Gaza, Jérusalem-Ouest, Jérusalem-Est, Naplouse, Ramallah
  Jordanie Institut français de Jordanie Amman
  Liban Institut français du Liban Beyrouth, Tripoli, Saïda, Deir el-Qamar, Zahlé, Jounieh, Nabatieh, Tyr, Baalbeck
  Ouzbékistan Institut français d'Ouzbékistan Tachkent (fermé[11])
  Qatar Institut français du Qatar Doha
  Singapour Institut français de Singapour Singapour
  Syrie Institut français de Syrie Alep, Damas et Lattaquié (a fusionné en 2003 avec l'Institut français d'archéologie du Proche-Orient et le Centre d'études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain de Beyrouth pour donner l'Institut français du Proche-Orient.)
  Timor oriental Institut français du Timor oriental Dili (antenne de l'Institut français d'Indonésie)
  Turkménistan Institut français du Turkménistan Achgabat
  Viêt Nam Institut français du Vietnam Da Nang, Hanoï, Hô-Chi-Minh-Ville et Hué
  Yémen Institut français du Yémen Sanaa

EuropeModifier

Pays Institut français Villes
  Allemagne Institut français d'Allemagne Aix-la-Chapelle, Berlin, Bonn, Brême, Cologne, Dresde, Düsseldorf, Erfurt, Erlangen, Essen, Francfort-sur-le-Main, Heidelberg, Hambourg, Leipzig, Mayence, Munich, Saxe-Anhalt, Stuttgart
  Autriche Institut français d'Autriche   Vienne, Innsbruck
  Bosnie-Herzégovine Institut français de Bosnie-Herzégovine Banja Luka, Mostar, Sarajevo, Tuzla
  Bulgarie Institut français de Bulgarie Sofia, Varna
  Chypre Institut français de Chypre Nicosie
  Croatie Institut français de Croatie Zagreb
  Danemark Institut français du Danemark Copenhague
  Espagne Institut français d'Espagne Barcelone, Bilbao, Madrid, Saragosse, Séville, Valence
  Estonie Institut français d'Estonie Tallinn
  Finlande Institut français de Finlande Helsinki
  Grèce Institut français de Grèce Athènes, Larissa, Livadiá, Patras, Thessalonique
  Hongrie Institut français de Hongrie Budapest
  Italie Institut français d'Italie Florence, Milan, Naples, Palerme, Rome
  Lettonie Institut français de Lettonie Riga
  Lituanie Institut français de Lituanie Vilnius
  Luxembourg Institut français du Luxembourg Luxembourg
  Macédoine du Nord Institut français de Skopje Skopje
  Monténégro Institut français du Monténégro Podgorica
  Norvège Institut français de Norvège Oslo, Stavanger
  Pays-Bas Institut français des Pays-Bas Amsterdam, Groningue
  Pologne Institut français de Pologne Cracovie, Varsovie
  Portugal Institut français du Portugal Lisbonne
  République tchèque Institut français de République tchèque Prague
  Roumanie Institut français de Roumanie Bucarest, Cluj-Napoca, Iași, Timișoara
  Royaume-Uni Institut français d'Écosse Édimbourg
  Royaume-Uni Institut français du Royaume-Uni Londres
  Russie Institut français de Russie Moscou, Saint-Pétersbourg
  Serbie Institut français de Serbie Belgrade, Niš, Novi Sad
  Slovaquie Institut français de Slovaquie Bratislava
  Slovénie Institut français de Slovénie Ljubljana
  Suède Institut français de Suède Stockholm
  Turquie Institut français de Turquie Ankara, Istanbul, Izmir
  Ukraine Institut français d'Ukraine Kiev, Kharkiv
  Vatican Centre culturel Saint-Louis de France Rome

Établissements de recherche IFREModifier

OrganisationModifier

Présidents exécutifsModifier

Période Nom Notes
2011-2015 Xavier Darcos Préfigurateur dès 2010
Janvier-mai 2015 Antonin Baudry Démissionnaire « pour poursuivre des projets personnels »[12].
Mai-décembre 2015 Denis Pietton (tr) Mort en fonction[13].
2016-2017 Bruno Foucher[14] Nommé ambassadeur au Liban
depuis 2017 Pierre Buhler[3]

Directrices générales déléguéesModifier

Période Nom
2011-2014 Sylviane Tarsot-Gillery
Depuis 2014 Anne Tallineau

Secrétaires générauxModifier

Période Nom
2011-2013 Laurence Auer
2013-2014 Pierre Colliot[15]
2014-2016 Nicolas Gomez[16]
Depuis mars 2016 Clément Bodeur-Crémieux[17]

ÉvènementsModifier

La nuit des idéesModifier

L'événement déclencheur est le Blackmarket for Useful Knowledge and Non-Knowledge n°18 [18], organisé par la plateforme artistique Council, provoquant 150 dialogues et exercices pour rétrécir et étendre l'humain, le 21 novembre 2015, au Musée de l'Homme à Paris, sur le thème : devenir terriens[18].

Le 26 janvier 2017, la Nuit des idées[19], initiée par l'Institut français[20], propose un vaste débat international d'idées sur une thématique renouvelée chaque année :

  • 2017 : un monde commun[21],
  • 2018 : l'imagination au pouvoir[22].

L'opération se déroule presque en simultané dans une cinquantaine de pays, mais également sur l'internet.

Notes et référencesModifier

  1. « Loi n° 2010-873 du 27 juillet 2010 relative à l'action extérieure de l'État »
  2. « Décret n° 2010-1695 du 30 décembre 2010 relatif à l'Institut français »
  3. a et b Antoine Oury, « Pierre Buhler, nouveau président de l'Institut français », sur ActuaLitté,
  4. « Infographie du Ministère des Affaires étrangères » (consulté le 14 février 2015)
  5. L’expérimentation en Syrie est ajournée en raison du contexte politique
  6. (fr) [PDF] « 14e session de l'assemblée des Français de l'étranger - Commission des affaires culturelles de l'enseignement de l'audiovisuel » (consulté le 30 mai 2011), p. 18
  7. (fr) « Bilan stratégique du rapport annuel de performances - Programme n°209 : Solidarité à l’égard des pays en développement », sur performance-publique.gouv.fr
  8. L'expérimentation de l'Institut français ne sera pas étendue dans Le Monde du 23 octobre 2013
  9. « Liste des Instituts français et de leurs antennes - Data.gouv.fr », sur www.data.gouv.fr (consulté le 15 mars 2019)
  10. « Fermeture de l'Institut français du Cap-Vert - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 5 novembre 2016)
  11. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/ouzbekistan/la-france-et-l-ouzbekistan/
  12. « Denis Pietton, futur président de l'Institut français », sur ActuaLitté le 10 juin 2015
  13. « Décès de Denis Pietton, "gentleman diplomate" et ex-ambassadeur au Liban », L'Express, 8 décembre 2015.
  14. « Bruno Foucher, ambassadeur à Téhéran, nommé président de l'Institut français » sur le site de La Croix, en ligne le 13 janvier 2016
  15. « Pierre Colliot nommé secrétaire général de l'Institut français : actualités », sur livreshebdo.fr, (consulté le 7 février 2013)
  16. Manon Quinti, « Nicolas Gomez nommé secrétaire général de l'Institut français », sur livreshebdo.fr,
  17. Cécile Mazin, « Clément Bodeur-Crémieux nommé secrétaire général de l’Institut français », sur ActuaLitté, (consulté le 11 mars 2016)
  18. a et b http://www.council.art/files/Dossier%20de%20presse%20Blackmarket%20(1).pdf
  19. http://www.institutfrancais.com/fr/actualites/la-nuit-des-idees-2017-les-grands-rendez-vous-en-france
  20. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Aides-demarches/Appels-a-projets/Nuit-des-Idees-2018-appel-a-contributions
  21. https://www.lanuitdesidees.com/fr/archives/
  22. https://www.lanuitdesidees.com/fr/

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :


Articles connexesModifier

Les autres opérateurs principaux de l'action extérieure de l'État 

Lien externeModifier