Ouvrir le menu principal
Institut des mondes africains (IMAF)
Histoire
Fondation
Prédécesseur
Cadre
Type
Domaine d'activité
Pays
Coordonnées
Organisation
Direction
Eric Jolly
Organisations mères
Affiliation
Site web

L’Institut des mondes africains (IMAF) est une unité mixte de recherche (UMR CNRS 8171 et IRD 243) interdisciplinaire associant le CNRS, l'Institut de recherche pour le développement (IRD), l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l'université d'Aix-Marseille, l'École pratique des hautes études (EPHE) et l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

L'IMAf est créé le 1er janvier 2014 par la fusion de trois centres de recherche, le Centre d'études des mondes africains (CEMAf), le Centre d'études africaines (CEAf) et le Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen (CHSIM).

Sommaire

Axes de rechercheModifier

Les travaux de l'IMAF portent sur l’ensemble du continent africain et s’ordonnent autour de six axes :

  1. Fabrique et circulation des savoirs
  2. Mondialisations africaines dans la longue durée et globalisations
  3. Pouvoirs, espaces, mémoires (frontières, mobilisation et dissidence, violence, conflits)
  4. Dynamiques religieuses, représentation, expériences
  5. L'art du politique, le politique de l'art
  6. Genre, corps, subjectivités

ÉquipeModifier

En 2015, l’IMAF regroupe 286 membres dont 25 chercheurs (17 CNRS, 6 IRD et 2 émérites), 30 enseignants-chercheurs, 20 ingénieurs, techniciens et administratifs, 30 post-doctorants et autres chercheurs, 12 jeunes docteurs et 169 doctorants.

DirectionModifier

L'IMAF est dirigé par l'anthropologue Eric Jolly. Les directeurs-adjoints sont Sabine Planel (Malher), Marianne Lemaire (Ivry), Jean-Paul Colleyn (Raspail) et Henri Médard (Aix-en-Provence). Véronique Lautier est sa directrice administrative.

Son premier directeur était Pierre Boilley. Marie-Maure Derat et Odile Journet-Diallo ont été directrices adjointes.

Revues de l'IMAFModifier

L’IMAF est impliqué dans plusieurs revues académiques

  • Politique africaine, en collaboration avec Les Afriques dans le Monde (LAM, Bordeaux)[1], publiée par les éditions Karthala[2].
  • Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire, revue en ligne[3].
  • Les Cahiers d'études africaines, créés en 1960[4].
  • Anthropologie et développement, anciennement Bulletin de l'APAD, publiée par l'Association euro-africaine pour l'anthropologie du changement social et du développement (APAD)[5], en ligne sur revue.org[6].

LocalisationModifier

L'IMAF est réparti sur quatre sites :

Collaborations et réseauxModifier

L’IMAF est membre de l'AEGIS, réseau européen de recherche sur l'Afrique.

Il participe au Groupement d'intérêt scientifique «Études africaines en France», réseau pluridisciplinaire du CNRS consacré à l'Afrique[7], dont il abrite le secrétariat.

L'IMAF a participé à l'organisation des 3e journées du Réseau des études africaines (REAf) à Bordeaux, en juillet 2014[8] et co-organise la 6e conférence européenne des études africaines (ECAS 2015) à Paris en juillet 2015[9].

BibliothèquesModifier

La Bibliothèque de recherches africaines (BRA)[10] est située au centre Malher. Elle regroupe plusieurs fonds documentaires spécialisés sur les études africaines (histoire, géographie, anthropologie, sciences politiques…), qu'elle a acquis depuis les années 1960. La spécificité et la richesse de ses collections (imprimés, revues, fonds d'archives,…) attirent de nombreux chercheurs et étudiants tant français qu’étrangers.

La bibliothèque du Centre d'études africaines[11], créée en 1957 et riche de 25 000 monographies et plus de 500 revues, a rejoint en 2011 la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC - 65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris).

À Aix-en-Provence, l'ancienne bibliothèque de l'Institut d'études africaines a intégré la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme.

Notes et référencesModifier