Ouvrir le menu principal

Institut de recherche en informatique de Toulouse

IRIT
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Coordonnées
Organisation
Direction
Michel Daydé
Organisations mères
Site web
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toulouse
voir sur la carte de Toulouse
Red pog.svg
L'IRIT sur le campus de Rangueil

L'Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT) est une unité mixte de recherche (UMR 5505)[1], situé en France dans le quartier de Rangueil à Toulouse région Occitanie.

HistoireModifier

Il a été fondé en 1990 en partenariat entre l'Université Toulouse 3 - Paul-Sabatier (UT3), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l'Institut national polytechnique de Toulouse et l’Université des Sciences Sociales de Toulouse (UT1) devenue en 2009 Université Toulouse 1 Capitole.

Il est issu de la fusion de 2 URA (Unités de Recherche Associées) du CNRS et de l'Université Paul Sabatier (LSI : Langages et Systèmes Informatiques, dirigé par René Beaufils puis Jean Vignolle et CERFIA (Cybernétique des Entreprises, Reconnaissance des Formes et Intelligence), dirigé par Serge Castan et Guy Pérennou et du CIT (Centre Informatique de Toulouse) de l'Université Paul Sabatier, créé par Michel Laudet, une mise en commun de moyens de recherche souhaité par le conseil régional de Midi-Pyrénées[2]. Il a été dirigé de 1998 à 2011 par Luis Fariñas del Cerro, et est dirigé depuis juillet 2011 par Michel Daydé.

Depuis sa création, il a accueilli des équipes provenant de divers laboratoires des universités toulousaines. Un partenaire nouveau a rejoint les tutelles initiales : l'Université de Toulouse-Le Mirail (Toulouse 2) appelée depuis 2015 Université Toulouse Jean Jaurès (UT2J).

Il réunit (Mai 2019) environ 750 personnes, dont 242 enseignants-chercheurs, 34 chercheurs, 207 doctorants, 13 post-doctorants, et 34 personnels administratifs et techniques (BIATSS). Pour ce qui est du nombre de chercheurs, l'IRIT est la plus importante UMR CNRS, ainsi que le plus grand institut de recherche français en informatique. Il a été évalué[3] A+ par l'AERES en 2010.

RechercheModifier

Depuis janvier 2019, la recherche au sein de ce laboratoire se structure autour de 5 grands sujets scientifiques :

  1. Conception et construction de systèmes (fiables, sûrs, adaptatifs, distribués, communicants, dynamiques…)
  2. Modélisation numérique du monde réel
  3. Concepts pour la cognition et l’interaction
  4. Étude des systèmes autonomes adaptatifs à leur environnement
  5. Passage de la donnée brute à l’information intelligible

6 domaines d’application stratégiques matérialisent les recherches :

  • Santé, Autonomie, Bien-être
  • Ville Intelligente
  • Aéronautique, Espace, Transports
  • Médias Sociaux, Écosystèmes Sociaux Numériques
  • E-éducation pour l’Apprentissage et l’Enseignement
  • Sécurité du Patrimoine et des Personnes

Ainsi qu’une action stratégique :

  • Calcul, Masse de Données, IA

D’un point de vue organisationnel, l'unité est structurée en 7 départements de recherche qui regroupent les 24 équipes du laboratoire :

  • SI : Signaux, Images (Responsable: Denis Kouamé - Équipes : MINDS, SAMoVA, SC et TCI)
  • GD : Gestion des Données (Responsable: Lynda Tamine-Lechani - Équipes : IRIS, PYRAMIDE et SIG)
  • ICI : Interaction, Intelligence Collective (Responsable : Frédéric Amblard - Équipes : ELIPSE et SMAC)
  • IA : Intelligence Artificielle (Responsable : Andreas Herzig - Équipes : ADRIA, LILaC et MELODI)
  • CISO : Calcul Intensif, Simulation, Optimisation (Responsable : Alfredo Buttari - Équipes : APO et REVA)
  • ASR : Architecture, Systèmes, Réseaux (Responsable: Daniel Hagimont - Équipes RMESS, SEPIA, SIERA, T2RS et TRACES)
  • FSL : Fiabilité des Systèmes et des Logiciels (Responsable: Yamine Ait-Ameur - Équipes ACADIE, ARGOS, ICS et SM@RT)

BibliographieModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier