Institut Lemonnier

Institut Lemonnier
Généralités
Création 1926
Pays France
Académie Académie de Caen
Coordonnées 49° 11′ 29″ nord, 0° 21′ 04″ ouest
Adresse 60, rue d'Hérouville
Caen
Site internet http://www.institut-lemonnier.fr
Cadre éducatif
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Calvados
(Voir situation sur carte : Calvados)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Caen
(Voir situation sur carte : Caen)
Point carte.svg

L'Institut Lemonnier est un lycée technologique, professionnel et agricole privé situé à Caen, en Normandie. Il a été créé par les Salésiens en 1926, rue Pigacière, après avoir été un orphelinat et un institut professionnel. Depuis 1962, l'Institut Lemonnier est situé rue d'Hérouville à Caen.

FormationsModifier

Voici la liste des filières générales et technologiques, professionnelles et agricoles proposées par l'établissement :

Filière générale et technologiqueModifier

  • Seconde générale et technologique : Sciences de l’Ingénieur ou Création et Innovation Technologiques
  • Bac général spécialité Sciences de l’Ingénieur
  • BAC STI2D Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable

OptionsModifier

En classe de terminale :

  • Énergies et Environnement (EE)
  • Systèmes d’Information et Numérique (SIN)
  • Innovation Technologique et Eco-Conception (ITEC)

De la seconde à la terminale : option mathématiques en anglais en section européenne

Énergie et informatiqueModifier

  • BTS Électrotechnique
  • BTS Fluides, Énergies, Domotique option : Froid et Conditionnement d’Air
  • BTS Systèmes Numériques option : Informatique et Réseaux
  • Classe Préparatoire aux Grandes Écoles ATS

Maintenance, automatismes et robotiqueModifier

  • BTS Maintenance des Systèmes en formation scolaire et en apprentissage
  • BTS Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques
  • Licence professionnelle Conception et Supervision des Systèmes Automatisés
  • Licence professionnelle en apprentissage Mécatronique et robotique industrielle
  • Classe Préparatoire aux Grandes Écoles ATS

Filière ProfessionnelleModifier

3e d’orientation professionnelleModifier

3e Prépa Métiers

AutomobileModifier

  • CAP Maintenance des Matériels Espaces Verts
  • CAP Réparation des carrosseries
  • CAP Peinture
  • BAC PRO Maintenance Véhicule option : voitures particulières

BoisModifier

  • CAP Menuisier Fabricant de Menuiserie, Agencement et mobilier
  • BAC PRO Technicien Menuisier Agenceur
  • CAP Ebénisterie
  • Brevet des Métiers d’Art (Ebénisterie)
  • CAP Constructeur Bois en école de production

Énergie et informatiqueModifier

  • BAC PRO MELEC Métiers de l’ELectricité et de ses Environnements Connectés
  • BAC PRO TFCA Technicien du Froid et du Conditionnement de l’Air

Maintenance et automatismesModifier

  • BAC PRO MEI Maintenance des Équipements Industriels

Filière de la Nature et du VivantModifier

Orientation professionnelleModifier

4eet 3e

PaysageModifier

  • CAP Jardinier Paysagiste
  • BAC PRO Aménagements Paysagers

Vente et commerceModifier

  • BAC PRO Technicien Conseil Vente en produits de jardin
  • BTS Technico Commercial en produits alimentaires et boissons

LaboratoireModifier

  • BAC PRO Laboratoire Contrôle Qualité

Productions horticolesModifier

  • CAP Productions Horticoles
  • BAC PRO Conduite de Productions Horticoles

Service à la personneModifier

  • CAP Services Aux Personnes et Vente en Espace Rural

HistoireModifier

L’orphelinat ou l’œuvre LeveneurModifier

Le 2 février 1842, un orphelinat est fondé par l'abbé Le Veneur dans la paroisse Saint-Gilles. Implanté dans une ancienne ferme de l'abbaye aux Dames, l'établissement est présenté comme une « colonie agricole et industrielle ». Il vise à sortir les enfants pauvres de la misère et éviter qu'il tombe dans la mendicité. Situé au nord de la place Saint-Gilles, dans un enclos de 3 hectares de jardins et de terres labourables, l'orphelinat se compose de quatre bâtiments organisés autour d'une grande cour. Malgré le soutien des autorités publiques, l’établissement Le Veneur connait rapidement d'importantes difficultés financières, ce qui n’empêche pas l'abbé Le Veneur d'agrandir l’établissement. Les conditions de vie sont lamentables.[1]

Lors de l'épidémie de choléra de 1873, l'orphelinat est durement éprouvé. En décembre 1875, la commission de surveillance du travail des enfants de Caen inspecte pour la première fois l’établissement. Selon le rapport, l'orphelinat est «un genre de perversion de la charité». Le soutien à l'établissement faiblit et en 1876, le préfet organise une première visite surprise de l'orphelinat. Le rapport de cette inspection est très critique. Les conditions d'hygiène sont affreuses et les enfants travaillent jusqu'à dix heures par jour, laissant trop peu de temps pour l’étude. À la suite d'un rapport de l'inspecteur d'académie de Caen, un arrêté préfectoral du 16 octobre 1880 ordonne la fermeture de l’établissement. L'orphelinat Saint-Gilles est transformé en école industrielle. Elle ferme en 1924.

Un accord fut rapidement conclu et l’œuvre de Guernesey se transporta à Caen, rue Pigacière, en prenant, par reconnaissance, le nom de «Institut Professionnel Monseigneur Lemonnier».

Une école dans l’ouest de la FranceModifier

Les Salésiens avaient répondu, dès 1890, à l’appel du clergé de Dinan (Côtes du Nord) en y créant une œuvre de charité qui, souhaitée depuis longtemps, devint aussi très vite une maison de vocations.

Les lois sur les Congrégations en 1901-1903, les ont obligés à transférer cette maison à Guernesey où elle est restée jusqu’en 1926.

A cette époque, poussés par les difficultés économiques et attirés aussi par l’esprit de tolérance qui, depuis la guerre de 1914-1918, avait succédé au sectarisme, les Salésiens décidèrent de chercher une réimplantation de leur œuvre sur le sol français.

Les étroites relations entre les îles anglo-normandes et la Normandie ont orienté les recherches vers le diocèse de Bayeux et la ville de Caen.

L’Evêque du Diocèse était Monseigneur Thomas-Paul-Henri Lemonnier (1906-1927) qui a été heureux de pouvoir confier aux Salésiens les bâtiments de l’œuvre Leveneur dont il était devenu propriétaire et qui était à l’abandon.

Ecole à CaenModifier

C’était là un titre pour l’avenir, car en 1926, cette œuvre n’était qu’une petite école secondaire de 80 élèves environ, auxquels n’étaient adjoints que quelques apprentis : cordonniers, tailleurs, menuisiers et jardiniers. Le total de ces derniers en 1926, ne dépassait pas 20... mais c’était le noyau de ce qui allait devenir «l’institut Lemonnier».

À la rentrée 1927, il y avait 200 élèves.

En effet, les besoins de la région en écoles d’apprentissage amenèrent la création, dans le cadre de la Loi ASTIER du 25 juillet 1919, d’ateliers divers comme menuiserie, mécanique générale, électricité, ainsi que les activités de jardinage, qui se  développèrent jusqu’en 1944.

Après la destruction des bâtiments par les bombardements du 6 juin 1944, I’école secondaire fut transférée en Bretagne. Seule, reprit vie l’école professionnelle qui fonctionna et se développa jusqu’en 1961/1962 dans des baraquements et des préfabriqués.

1962… Une école toujours neuveModifier

En 1962 enfin, les 500 élèves purent s’installer dans les nouveaux bâtiments qui se construisaient rue d’Hérouville. L’institut Lemonnier abrite aujourd’hui environ 1500 élèves dont 200 internes.

Depuis son ouverture en 1962, l’institut Lemonnier n’a pas cessé de se moderniser et d’adapter ses locaux aux générations qui se sont succédé.

Quelques datesModifier

1986 : construction du bâtiment des étudiant de BTS.

1996 : construction d’une serre pédagogique.

2012 : inauguration de deux nouveaux pôles techniques : bois, sciences et techniques, implantés sur la cour, ainsi que des nouveaux espaces sportifs : terrains engazonné et synthétique, piste...

2017 :

  • inauguration du nouveau pôle automobile. Le pôle d’enseignement supérieur est implanté alors dans l’aile ouest.
  • création de vestiaires, d’une salle de tennis de table et d’un dojo au sous-sol du gymnase.
  • vente des anciens ateliers et destruction en 2018 pour une implantation d’un nouveau quartier appelé «les jardins Don Bosco», un clin d’œil à l’établissement qui marque encore de son empreinte le quartier de la rue d’Hérouville.

2018 :

  •  inauguration de nouveaux espaces pédagogiques : ateliers bois et maçonnerie, laboratoire, point de vente pédagogique... au lycée agricole.
  •  aménagement et modernisation du foyer.

Septembre 2018 : Le lycée agricole de Saint-Gabriel-Brécy rejoint le lycée agricole de l’institut Lemonnier avec deux nouvelles formations : Production horticole et service à la personne. L’institut Lemonnier est désormais sur deux sites : rue du Prieuré à Saint-Gabriel-Brécy et rue d’Hérouville à Caen.

2018-2019 : construction de 5 salles de classe au-dessus des vestiaires au lycée agricole.

2019-2020 : L’institut Lemonnier propose des formations en apprentissage et par la voie scolaire, dite « initiale » : Du CAP au Baccalauréat Professionnel, Général ou Technologique, BTS, Licence Pro et Prépa

Notes et référencesModifier

  1. Michel Boulet, Les enjeux de la formation des acteurs de l'agriculture 1760-1945: actes du colloque : ENESAD 19-21 janvier 1999, Educagri Editions, (ISBN 978-2-84444-086-0), p. 104