Inondation de Nîmes du 3 octobre 1988

L'inondation de Nîmes du est un épisode méditerranéen qui provoqua de forts cumuls de pluie à Nîmes, dans le Gard. Cette catastrophe naturelle a causé une dizaine de morts et sinistré 70 communes autour de Nîmes[1].

Inondation de Nîmes du 3 octobre 1988
Image dans Infobox.
Localisation
Pays
Régions affectées
Coordonnées
Caractéristiques
Type
Date de formation
2 octobre 1988
Date de dissipation
3 octobre 1988
Conséquences
Nombre de morts
11
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Occitanie
voir sur la carte d’Occitanie
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg

Cette inondation a marqué la mémoire locale et est régulièrement commémorée[2],[3],[4]. On estime que la période de retour de l'événement est d'environ 100 ans[5].

Situation météorologiqueModifier

Dans la nuit du 2 au et le matin du 3, des bandes orageuses ont traversé l'est de la France dans un épisode méditerranéen. Le taux de précipitations était de 50 mm ou plus par heure sur une période de moins de 12 heures, donnant l'équivalent de 6 mois de pluie, concentrés sur Nîmes[1]. À la station météorologique de Nîmes-Courbessac, c'est 263 mm qui sont tombés dans la nuit du 2 au 3, puis 228 mm jusqu'à 13 h. À Nîmes-Kennedy, 311 mm sont tombés la nuit, puis 210 mm jusqu'à 13 h. Le plus intense taux de précipitations relevé est de 420 mm au Mas-de-Ponge, sur les hauteurs de la ville, entre h et 11 h 30 le . Cette valeur, déjà énorme, est en réalité sous-estimée, car le pluviomètre a débordé au cours de l’épisode[1]. Par contre, les pluies sont tombées sur un secteur localisé car à Nîmes-Garons, au sud-est de la ville, il n'y a eu que seulement 35 mm[1].

L’agglomération nîmoise, située au confluant de cadereaux[6], est particulièrement soumise au risque d'inondations par ruissellement. Les premières indications sur les inondations de Nîmes remontent au XIVe siècle. Les chroniques historiques font état notamment de 2 catastrophes majeures équivalentes à celle du  : le et le [7].

ImpactModifier

On a alors dénombré 10[1] ou 11 morts, dont 2 pilotes d'hélicoptères qui portaient secours, 45 000 sinistrés, un total de 70 communes autour de Nîmes furent par la suite classées en zone de catastrophe naturelle[3]. Les dégâts furent estimés à plus de 600 millions d'euros[3],[8].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Catastrophe de Nîmes - Pluies extrêmes en France métropolitaine », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  2. « Nîmes se souvient des inondations du 3 octobre 1988 », sur France Bleu, (consulté le )
  3. a b et c « [VIDEO] Nîmes : retour sur les dramatiques inondations du 3 octobre 1988 », sur midilibre.fr (consulté le )
  4. « [VIDEO] Inondations : Nîmes, 3 octobre 1988, personne n'a oublié », sur midilibre.fr (consulté le )
  5. « Base de données historiques sur les inondations », sur bdhi.developpement-durable.gouv.fr/
  6. « INONDATION A NIMES du lundi 3 octobre 1988 », sur nemausensis.com (consulté le )
  7. Desbordes M. Durepaire P. Gilly J. Cl., Masson JM., Maurin Y., 3 octobre 1988, Inondations sur Nîmes et sa région, Editions Lacour,
  8. « Inondation (Languedoc-Roussillon) | IHMEC : Mémoire Des Catastrophes » (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier