Ouvrir le menu principal

Innu Nikamu

Innu Nikamu
Genre Festival de musique
Lieu Mani-Utenam
Coordonnées 50° 12′ 45″ nord, 66° 11′ 39″ ouest
Période Fin juillet - début août
Date de création 1985
Site web www.innunikamu.ca
Logo

Innu Nikamu (en Innu-aimun « L'Amérindien Chante ») est un festival autochtone qui a lieu à chaque année à Mani-Utenam sur la Côte-Nord au Québec au mois d'août depuis 1985. L’édition 2015 était la 31e. Les artistes rassemblés au sein de cet évènement, pour certains de nationalité autochtone, sont conteurs, chanteurs, musiciens, compositeurs.

Sommaire

DescriptionModifier

Ce festival regroupe des autochtones de plusieurs nations à travers l'Amérique. C'est le plus important festival de musique autochtone au Québec[1] et l'un des plus importants en Amérique du Nord[2]. Plusieurs grands artistes y ont d'ailleurs participé tels que le duo Florent Vollant et Claude McKenzie du groupe Kashtin, Blue Rodeo, Samian, Willie Dunn, William-Mathieu Mark, James Nuna, et plusieurs artistes d'Amérique Centrale et du Sud. La tarification ainsi que les heures d’ouverture et de fermeture sont variables selon la journée qui influence l’achalandage. Les visiteurs se procurent les billets à l’entrée du site, le jour-même.

HistoireModifier

Le festival est né en 1984[2] de l'idée de Florent Vollant et Philippe Mckenzie. D'abord dirigé par Sylvain `Putu` Vollant, puis par Kim Fontaine, ce festival a permis à plusieurs artistes autochtones de profiter de cette vitrine de la culture autochtone, de former une relève dans la musique, la danse et diverses autres activités durant le festival[3].

Au commencement du festival, les artistes qui se produisaient étaient autochtones mais 95 % d’entre eux ne chantaient pas dans leur langue d’origine. Au fil du temps, ils se sont tournés graduellement vers des prestations artistiques en langue autochtone, mettant un peu plus de côté les langues française et anglaise[4]. Depuis 2013, le festival accueille aussi des artistes non autochtones parmi lesquels Simple Plan, Zachary Richard, Vincent Vallières et Paul Daraîche[2].

Le festival a fait l’objet de documentaires réalisés par le cinéaste innu Kevin Bacon-Hervieux: Innu Nikamu : La grande tradition (2016)[5] et Innu Nikamu, Chanter la résistance (2017)[2].

Le site du festivalModifier

Le site a une capacité de 5000 personnes et il est situé à proximité du Chemin du Roy, la route 138. Ce site est le lieu d’établissement de l’ancien pensionnat autochtone Notre-Dame-de-Maliotenam. Plusieurs enfants autochtones y sont morts de la maladie dont la tuberculose[6]. Le bâtiment principal a été démoli en 1982. Certains des débris ont été transportés autre part mais l'autre partie a été ensevelie, ce qui transparait actuellement sur le relief du terrain.

ServicesModifier

Les visiteurs retrouvent sur le site du festival un service de restauration. Un stationnement et des équipements sanitaires sont mis à leur disposition. Des mesures de sécurité sont entreprises par le comité d’organisation du festival. Une trousse de premiers soins est accessible. Il existe aussi une équipe de sécurité présente de jour comme de nuit sur le site toute la durée du festival.

Édition 2015Modifier

L’édition 2015 du festival Innu Nikamu s’est déroulée du 30 juillet au 02 août. La programmation était constituée des évènements et artistes suivants : Concours INNUSTAR, Matthew Vachon, Bryan André, Cérémonie d’ouverture, Vincent Vallières, Kashkun, Ben Jr Einish, Tshishapeu Vachon, Geoffrey Aster, Laurent Mckenzie, Laura Niquay, George Leach, Bears of legend, Violent Ground, KZO, DJ Benny, Samedi des jeunes ∕ Concours INNUSTAR, Élie Mark, Eastern Sound Singers, Uashau Stone, Kenikuen Mark, A Tribe Called Red, Spectacle pyromusical, Nimuk Kanapé, Uasheshkun, Dimanche Makusham, Pierrot Jr Fontaine, Willy Nab, Rodrigue Fontaine, Tipatshimum (David Penashue), Elisapie, Derek Miller, Florent Vollant.

Édition 2014Modifier

La programmation était constituée des évènements et artistes suivants : Louis-Jean Cormier, Samian, Kaïn, Kashtin, Shauit, Petapan, Northern Voice, Guy Bélanger, Sabrina Paton, Eadsé, Willy Mitchell, Jean-Paul Bellefleur, Bobby Couture, Joachim Benuen, David Hart, Bill St-Onge, CerAmony, Beatrice Deer, Violent Ground, Philippe Mckenzie, Les Frères Grégoire, Shaushiss Fontaine, Goliath Vachon, Spencer St-Onge, Bozo St-Onge, Bernard Fontaine, Meshikamau, Stéphane Wapistan, Sakay Ottawa, Pako Ottawa, Maten, Akinisie Sivuarapik, Sylvia Cloutier, Sylvester Mestokosho.

Édition 2013Modifier

La programmation était constituée des évènements et artistes suivants : Zachary Richard, Florent Vollant, Imahue, David Hart, Uashau Stone, Pinaskin, Kathia Rock, Raphaël Picard, Grégoire Boys, Northern Voice, Ti-John Ambroise, Mike O’Cleary, Shaman Boyz, Nimuk Kanapé, Edmund Benuen, Laura Niquay, Frédéric Fontaine, Léo Grégoire, Kashkun, Mishta Shipu, Scott-Pien Picard.

Édition 2012Modifier

La programmation était constituée des évènements et artistes suivants : Bryan André, Irvin Blais, Petapan, Bill St-Onge, Meshikamau, Innutin, René Weizineau, Laurent Mckenzie, Arthur Petiquay, Shaushiss Fontaine, Atshuk Grégoire, Ben Jonas, Goliath Vachon, James Nuna, Tshinanu, Napess Vollant, Max Rich, Ka Peshtentishet, Samuel Mathias Mark.

Notes et référencesModifier

  1. https://www.journaldequebec.com/auteur/alexandre-cantin, « Mani-Utenam: place au festival innu Nikamu », sur Le Journal de Québec, (consulté le 3 août 2018).
  2. a b c et d Anne-Marie Yvon, « Innu Nikamu, un festival sous le signe de la continuité », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 3 août 2018).
  3. « Le Festival Innu Nikamu • Autochtone Canada » (consulté le 26 juin 2015)
  4. « Innu Nikamu : sur les traces d'un pionnier • Radio-Canada » (consulté le 1er décembre 2015)
  5. Catherine Poisson, « Le long combat d'Innu Nikamu, l'irréductible festival de musique autochtone », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 3 août 2018)
  6. « Pensionnats autochtones : des survivants veulent des actions concrètes d'Ottawa • Radio-Canada » (consulté le 1er décembre 2015)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier