Ouvrir le menu principal

Inhibiteur de tyrosine kinase

médicament antagoniste réversible

Un inhibiteur de tyrosine kinase est un médicament, antagoniste réversible, qui permet le blocage de l’activité de la tyrosine kinase, enzyme impliquée dans le processus de signalisation cellulaire. La tyrosine kinase joue un rôle dans la communication, le développement, la division et la croissance des cellules. Les inhibiteurs de la tyrosine kinase sont donc un type de traitement par inhibiteur du facteur de croissance. On les utilise notamment dans le traitement des cancers.

Sommaire

MécanismeModifier

La tyrosine kinaseModifier

La tyrosine kinase est une enzyme qui joue un rôle essentiel dans la signalisation cellulaire. La plupart de ces enzymes sont des protéines intracellulaires mais certaines d’entre elles sont des récepteurs membranaires comprenant des domaines de liaison extra- et intracellulaires. Elles assurent le transfert (transférase) d’un groupement phosphate de l’adénosine triphosphate (aussi connu sous son abréviation ATP) vers une protéine effectrice qui, elle, est impliquée dans la régulation cellulaire.

Mécanisme d’actionModifier

Les récepteurs à activité tyrosine kinase (RTK) sont des protéines transmembranaires impliquées dans la transduction intracytoplasmique du signal émanant du niveau extracellulaire. Au sein du milieu intracellulaire, d’autres protéines TK jouent également un rôle majeur dans la transduction du signal. L’activation de ces protéines ou récepteurs permet d’induire la prolifération, la croissance cellulaire tumorale, de réprimer l’apoptose, ainsi que de promouvoir l’angiogenèse et la diffusion métastatique.

L’auto-activation des TK liées à l’acquisition d’anomalies génétiques au cours de l’oncogenèse est un phénomène fréquemment observé. Ces éléments justifient le fait que le développement d’inhibiteurs de tyrosine kinase fasse l’objet d’efforts intenses en pharmacologie anticancéreuse. Les inhibiteurs de TK se fixent de manière compétitive sur les sites de liaisons de l’ATP, ce qui permet donc le blocage de l’activation des sites TK. La signalisation cellulaire, impliquée dans le contrôle de la prolifération cellulaire, est alors interrompue. Les cellules cancéreuses sont alors impactées négativement et sont éliminées. Ce blocage peut de même conduire au blocage de l’angiogenèse qui est essentiel à la croissance et propagation des tumeurs.

Exemples d’inhibiteurs TKModifier

Notes et référencesModifier