Ouvrir le menu principal

Virus de la grippe A (H3N2)

Virus de la grippe A (H3N2)
Description de l'image Defaut 2.svg.
Classification
Type Virus
Domaine Riboviria
Embranchement Negarnaviricota
Sous-embr. Polyploviricotina
Classe Insthoviricetes
Ordre Articulavirales
Famille Orthomyxoviridae
Genre Alphainfluenzavirus

Espèce

Classification phylogénétique

Position :

Le sous-type H3N2 du virus de la grippe A fait référence aux types de deux antigènes présents à la surface du virus : l'hémagglutinine de type 3 et la neuraminidase de type 2. Le virus de la grippe A est un virus à ARN monocaténaire de polarité négative à génome segmenté (8 segments) qui appartient au genre Alphainfluenzavirus de la famille des Orthomyxoviridae. Le sous-type H3N2 est susceptible d'infecter les oiseaux et les mammifères.

Histoire écoépidémiologiqueModifier

  • La grippe de 1968 a été causée par un virus de sous-type H2N2 réassorti en H3N2.
  • En 2018 le sous-type H3N2 prend de l'importance au cours de la saison grippale aux États-Unis où fin janvier le taux de visites chez les médecins pour cause de grippe avait atteint le 3e plus haut niveau depuis 15 ans.
    Ce H3N2 se montre souvent résistant au vaccin de l'année (alors qu'un sous-type de type AH1N1 circule aussi largement, de même qu'un virus de type B. Le vaccin ne semble protéger que 10 à 20 % environ des vaccinés). En Europe une seconde vague grippale pourrait être du au H3N2.
    Ce virus, en Australie lors de la saison grippale précédente (mi-2017, dans l'hémisphère sud était dans 90 % des cas insensible au vaccin. Le virus retrouvé en 2018 aux États-Unis est proche du virus australien ; les CDC exhortent néanmoins les américains à se faire vacciner car ceci peut réduire la gravité de la maladie. Le dernier cas similaire « pandémique » aux États-Unis était du au virus H1N1 (qui avait entraîné une hausse des visites chez le médecin de 7,7 %). Deux épisodes non-pandémique de pic plus élevé datent de 2003-2004, également lié au virus H3N2 (+ 7,6 % de visites) Dans tous ces cas les plus de 65 ans étaient plus susceptibles d'être hospitalisés[2]. Les 3 virus prévus dans l'hémisphère nord étaient[3] : A/Michigan/45/2015 (H1N1)pdm09-like virus, A/Hong Kong/4801/2014 (H3N2), B/Brisbane/60/2008-like virus (B/Victoria lineage). Les souches significativement actives sont finalement :
  • Influenza B/Phuket/3073/2013 (lignée Yamagata)[4],
  • Influenza A H3N2 A/Hong Kong/4801/2014 et de façon moindre A H1N1 A/Michigan/45/2015[4]

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Virus Taxonomy: 2018b Release », ICTV, (consulté le 15 septembre 2019).
  2. nature (2018) Nasty U.S. flu season continues to intensify ; News écrite par Jon Cohen, publiée le 2018/02/02
  3. Blanton, Lenee; Wentworth, David E.; Alabi, Noreen; Azziz-Baumgartner, Eduardo; Barnes, John; Brammer, Lynnette; Burns, Erin; Davis, C. Todd; Dugan, Vivien G. (2017). "Update: Influenza Activity — United States and Worldwide, May 21–September 23, 2017". MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report. 66 (39): 1043–1051. doi:10.15585/mmwr.mm6639a3. ISSN 0149-2195
  4. a et b « Surveillance de l'influenza : du 28 janvier au 3 février 2018 (semaine de déclaration 5) », sur le site de l'Agence de la santé publique du Canada, (consulté le 15 février 2018)

Voir aussiModifier