Ouvrir le menu principal

Au sein du christianisme, l'infaillibilité de l'Église est une croyance que le Saint-Esprit protège l'Église d'erreurs qui corrompraient ses doctrines essentielles. Cette croyance est reliée, mais n'est pas la même, que l'indéfectibilité de l'Église qui est la croyance que l'Église est indéfectible, c'est-à-dire qu'elle demeure et demeurera l'institution du salut fondée par Jésus-Christ jusqu'à la fin du monde.

Église catholiqueModifier

Article connexe : Infaillibilité pontificale.

L'Église catholique enseigne que Jésus-Christ est la Parole de Dieu devenue chair et est ainsi la source de la Révélation divine. Le contenu de cette Révélation divine de Jésus-Christ constitue le « dépôt de la foi » et est contenue dans les Écritures saintes et dans la Tradition sacrée. Le Magistère de l'Église est l'autorité en matière de foi dans l'Église catholique. La théologie catholique divise les fonctions de ce magistère en deux catégories : le magistère sacré qui est infaillible et le magistère ordinaire qui est faillible. Le magistère sacré infaillible inclut les déclarations extraordinaires d'un pape agissant ex cathedra, celles d'un concile œcuménique ainsi que celles du « magistère ordinaire et universel ». En effet, malgré son nom, le « magistère ordinaire et universel » fait partie du magistère sacré qui est infaillible.

Dans la constitution Lumen Gentium, le Concile Vatican II parle ainsi de infaillibilité de l'Église :

Marchant à travers les tentations, les tribulations, l’Église est soutenue par la vertu de la grâce de Dieu, à elle promise par le Seigneur pour que, du fait de son infirmité charnelle, elle ne défaille pas à la perfection de sa fidélité mais reste de son Seigneur la digne Épouse, se renouvelant sans cesse sous l’action de l’Esprit Saint jusqu’à ce que, par la croix, elle arrive à la lumière sans couchant.[1]

Notes et référencesModifier

  1. « Lumen gentium », sur www.vatican.va (consulté le 11 janvier 2018)