Ouvrir le menu principal
Indigènes du Mexique

Populations significatives par région
Population totale 25 000 000 [1]
Autres
Langues Náhuatl, langues mayas, langues mixtèques et autres 59 langues indigènes, mais aussi l'espagnol.
Ethnies liées amérindiens

Les Mexicains qui sont considérés comme des indigènes du Mexique sont ceux d'ascendance indigène préhispanique (antérieure à la colonisation espagnole du Mexique) et qui continuent à former un groupe ethnique partageant notamment une langue indigène et des coutumes différentes du reste de la population mexicaine[2]. L'État mexicain reconnaît leur existence et leur importance en se définissant comme une nation multiculturelle fondée sur ses « peuples autochtones » dans le second article de sa Constitution[3]. Selon le dernier recensement national, en 2015, sur un total de 25 millions considérés comme indigènes selon leur culture au Mexique[1], environ 11 millions vivaient dans un foyer indigène situé dans une zone géographique majoritairement indigène, environ 7 millions d'entre eux parlaient une des 72 langues indigènes nationales[2],[4] tandis qu'environ 9 millions ne parlaient aucune langue indigène et 400 mille ne se considéraient pas eux-mêmes indigènes[5]. Les groupes indigènes les plus peuplés sont les Nahuas, les Mayas yucatèques, les Mayas tzeltals (es), les Mixtèques, les Tzotzils, les Zapotèques et les Otomis[6]. Les États mexicains où le pourcentage de population indigène est le plus élevé sont Oaxaca, le Chiapas et le Yucatán[2],[7].

Sommaire

DéfinitionModifier

Dans le deuxième article de sa constitution, le Mexique est défini comme une nation "multiculturelle" reconnaissant les divers groupes ethniques qui le constituent et où les peuples autochtones constituent le fondement initial[8].

Le nombre de Mexicains autochtones est jugé sur la base des critères politiques énoncés dans le deuxième article de la constitution mexicaine. Le recensement mexicain ne mentionne pas l'appartenance ethnique raciale, mais seulement l'appartenance ethnique des communautés autochtones qui préservent leurs langues, leurs traditions, leurs croyances et leurs cultures autochtones[9].

La catégorie des indigènes peut être définie de manière étroite en fonction de critères linguistiques incluant uniquement les personnes parlant l'une des 89 langues indigènes du Mexique. Il s'agit de la catégorisation utilisée par l'Institut national de la statistique du Mexique. Il peut également être défini de manière large pour inclure toutes les personnes qui s'identifient comme appartenant à un groupe culturel autochtone, qu'elles parlent ou non la langue du groupe autochtone auquel elles s'identifient. Cela signifie que le pourcentage de la population mexicaine défini comme "autochtone" varie en fonction de la définition appliquée; Les activistes de la culture ont qualifié de "génocide statistique" l'utilisation de la définition étroite du terme aux fins de recensement[10],[11].

Le deuxième article de la constitution reconnaît aux peuples autochtones du Mexique le droit de libre détermination. Selon cet article, les peuples autochtones se voient accorder entre autres :

  • le droit de décider des formes internes d'organisation sociale, économique, politique et culturelle;
  • le droit d'appliquer leurs propres systèmes normatifs de réglementation tant que les droits de l'homme et l'égalité des sexes sont respectés;
  • le droit de préserver et d'enrichir leurs langues et leurs cultures;
  • le droit d'élire des représentants devant le conseil municipal de leur territoire;

En outre, la loi sur les droits linguistiques des langues autochtones reconnaît 89 langues autochtones en tant que "langues nationales" ayant la même validité que l'espagnol dans tous les territoires où elles sont parlées[12]. Selon l'Institut national de la statistique, de la géographie et du traitement des données (INEGI), environ 6.6% de la population parle une langue autochtone, soit environ la moitié de celles identifiées comme autochtones[13]. La reconnaissance des langues autochtones et la protection de leurs cultures sont accordées non seulement aux groupes ethniques indigènes du territoire mexicain moderne, mais également aux autres groupes indigènes nord-américains ayant émigré des États-Unis au Mexique au XIXe siècle[14] et ceux qui ont immigré du Guatemala dans les années 1980[15].

DémographieModifier

 
Pourcentage de population autochtone du Mexique par État en 2015
 
États mexicains par pourcentage d'indigènes, 2010.
 
États mexicains par population autochtone totale, 2010.

PopulationModifier

Selon la Commission nationale pour le développement des peuples indigènes (CDI), 25 694 928 autochtones ont été signalés au Mexique en 2015, ce qui représente 21,5% de la population du Mexique[16]. Il s'agit d'une augmentation importante par rapport au recensement de 2010, dans lequel les Mexicains autochtones représentaient 14,9% de la population et 15 700 000 habitants[17]. La plupart des communautés autochtones jouissent d'une certaine autonomie financière et politique en vertu de la législation "usos y costumbres" (uses et coutumes), qui leur permet de régler les problèmes internes relevant du droit coutumier.

La population autochtone du Mexique a augmenté au cours des dernières décennies à la fois en chiffres absolus et en pourcentage de la population. Cela s'explique en grande partie par une plus grande auto-identification en tant qu'autochtone, ainsi que par le fait que les femmes autochtones ont un taux de natalité supérieur à celui de la moyenne mexicaine. Les peuples autochtones sont plus susceptibles de vivre dans des zones rurales que la moyenne mexicaine, mais beaucoup résident dans des zones urbaines ou suburbaines, en particulier dans les États du centre du Mexique, Puebla, Tlaxcala, le district fédéral et la péninsule du Yucatán.

Selon le CDI, les États qui comptent le plus grand pourcentage de population autochtone sont les suivants: Yucatán (65,40%), Quintana Roo (44,44%) et Campeche (44,54%), la plupart d'entre eux étant Mayas; Oaxaca avec 65,73% de la population, les groupes les plus nombreux étant les peuples mixtèques et zapotèques; Chiapas en a 36,15%, la majorité étant des mayas tzeltal et tzotzil; Hidalgo avec 36,21%, la majorité étant Otomi; Puebla avec 35,28% et Guerrero avec 33,92%, principalement des Nahua et les États de San Luis Potosí et Veracruz abritent une population de 19% d'autochtones, principalement des groupes Totonac, Nahua et Teenek (Huastec).

ÉtatsModifier

La majorité de la population autochtone est concentrée dans les États du centre et du sud. Selon le CDI, les États qui comptent le plus grand pourcentage de population autochtone en 2015 sont :

RéférencesModifier

  1. a et b (es) JOSÉ NOÉ RIZO AMÉZQUITA ("21,5% de 119 530 573 population totale du Mexique en 2015"), « Población Indígena en cifras », Boletín CONAMED - OPS,‎ juillet - août 2017, p. 8 (lire en ligne)
  2. a b et c INEGI, Hablantes de lengua indígena en México.
  3. Constitution politique des États-Unis du Mexique, article 2 : « La Nation relève d’une composition multiculturelle fondée sur la base des peuples autochtones. Ces derniers sont les descendants des populations ayant vécu sur le territoire national avant la colonisation et qui conservent totalement ou partiellement leurs institutions sociales, économiques, culturelles et politiques » (traduction officielle par Francisco Tortolero Cervantes).
  4. INEGI, Censo de Población y Vivienda 2010.
  5. (es) Diario Oficial de la Federación, Programa Especial de los Pueblos Indígenas 2014-2018, 30 avril 2014.
  6. (es) INEGI, Lenguas indígenas en México y hablantes (de 3 años y más) al 2015.
  7. (es) Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas, Programa Especial de los Pueblos Indígenas 2014–2018, 2014
  8. (es) « CONSTITUCIÓN POLÍTICA DE LOS ESTADOS UNIDOS MEXICANOS », Diaro oficial de la federación,‎ (lire en ligne)
  9. (es) INPI | Instituto Nacional de los Pueblos Indígenas, « Indicadores Socioeconómicos de los Pueblos Indígenas de México, 2015. », sur gob.mx (consulté le 18 mai 2019)
  10. Knight (1990:73-74)
  11. Bartolomé (1996:3-4)
  12. (es) « LEY GENERAL DE DERECHOS LINGÜÍSTICOS DE LOS PUEBLOS INDÍGENAS », Diario oficial de la federación,‎ (lire en ligne)
  13. (es) Instituto Nacional de Estadística y Geografía (INEGI), « Lengua indígena », sur Censos y conteos. Población y Vivienda, (consulté le 18 mai 2019)
  14. (es) Mager Hois et Elisabeth Albine, « Migración transfronteriza de los kikapú y sus efectos de identidad », Multidisciplina, vol. 0, no 18,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  15. (es) Mónica Palma Mora, « Destierro y Encuentro. Aproximaciones al exilio latinoamericano en México 1954-1980 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM. Les Cahiers ALHIM, no 7,‎ (ISSN 1777-5175, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  16. (es) Encuesta Intercensal - Panorama sociodemografico de México 2015, Instituto Nacional de Estadística y Geografía, (ISBN 978-607-739-718-2, lire en ligne)
  17. (es) Proyecciones de indígenas de México y de las entidades federativas 2000-2010, Mexico, Consejo Nacional de Población, , 59 p. (ISBN 970-628-848-1, lire en ligne)