Ouvrir le menu principal

L'Indian Removal Act (en français : « loi sur le déplacement des Indiens » ou « loi sur la déportation des Indiens »)[1],[2] est une loi des États-Unis, proposée par le président Andrew Jackson, votée par le Congrès les et et signée par le président le , qui ordonne la déportation des Amérindiens vivant dans les territoires situés entre les treize États fondateurs et le Mississippi vers un territoire situé au-delà de ce fleuve. Elle concernait 60 000 personnes.

Politique américaine à l'égard des AmérindiensModifier

Cette loi représente une rupture dans l'attitude officiellement adoptée par les colons américains à l'égard des premiers occupants du sol. Jusqu'en 1800, 98 % des Blancs vivent sur 7 % du territoire américain, à l'est des Appalaches, sans gêner les vingt millions d'Amérindiens qui vivent à l'ouest. De 1806 à 1830, 50 tribus seront déportées, sous la menace d'expéditions punitives[3]. À l'est, les États-Unis tolèrent les Amérindiens, jusqu'en 1830, pour autant qu'ils adoptent un mode de vie « civilisé », c'est-à-dire l'abandon du nomadisme, la pratique de l'agriculture, l'abandon de la propriété collective des terres et l'adoption de la démocratie. Ces conditions, et la pression exercée autant par les colons que par les États, poussèrent des dizaines de tribus à émigrer vers l'ouest. En 1830, les cinq tribus vivant encore à l'est du Mississippi vivaient toutes selon les principes considérés aux États-Unis comme civilisés, et étaient désignées collectivement par le nom des Cinq tribus civilisées : Cherokees, Séminoles, Choctaws, Creeks et Chickasaws. Le déplacement de ces tribus des terres qu'elles occupaient est l'un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle de 1828, qui porte Andrew Jackson au pouvoir. Il fait donc présenter la loi le devant le Sénat, qui l'approuve à 28 voix contre 19[4], puis le devant la Chambre des représentants[5] et, à la suite de son adoption à 103 voix contre 97[6], il la signe le [7]. L'un des opposants fut le trappeur Davy Crockett.

RésistanceModifier

Elias Boudinot, un des dirigeants des Cherokees, s'est opposé à cette loi sur le plan politique, en s'adressant aux Blancs, et a créé pour cela le journal Cherokee Phoenix, qui est sorti 260 fois, de 1828 à 1834, avec 30 % de sa pagination en cherokee, afin de lutter contre l'assimilation culturelle de son peuple.

Application de la loiModifier

La Cour suprême des États-Unis considéra que les tribus amérindiennes étaient des nations souveraines (Cherokee Nation v. Georgia (en), 1831), et que les lois des États ne pouvaient s'appliquer à ces tribus (Worcester v. Georgia (en), 1832). Le président Jackson est réputé, sans doute à tort, pour avoir répondu, à la suite de ces condamnations : « Le juge Marshall a pris une décision, qu'il la fasse appliquer ». Mais il est clair qu'il ne défendit pas les tribus contre les décisions des différents États[8].

Le gouvernement mena d'abord des négociations, mais seule une faible partie des peuples concernés était prête à partir à des centaines de kilomètres pour s'établir dans une réserve. C'est l'armée américaine qui finalement mena une véritable déportation des Amérindiens, avec rassemblements préliminaires dans des forts, concentration dans des camps vastes et convoyage.

Cette déportation, particulièrement brutale, s'effectua à marches forcées. Des milliers d'Amérindiens sont morts tout au long du parcours, notamment chez les Cherokees. Ce déplacement est surnommé la Piste des Larmes.

VoteModifier

Le , le Sénat adopte la Loi sur l'expulsion des Indiens par 28 voix contre 19. Le , la Chambre des représentants vota la loi par 101 voix contre 97[9]. Le 28 mai 1830, la loi sur l'expulsion des Indiens fut promulguée par le président Andrew Jackson[10].

Notes et référencesModifier

  1. Angela A. Gonzales, « Jeux de hasard et dépossession : bénéficiaires et victimes du développement de l'industrie amérindienne du jeu », Revue internationale des sciences sociales, no 175,‎ , p. 133–144 (ISSN 0304-3037, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017).
  2. Aïssatou Sy-Wonyu, « La consolidation des frontières et le traité Webster-Ashburton (1825-1842) », dans Aïssatou Sy-Wonyu, Les États-Unis et le monde au 19e siècle, Armand Colin, , 320 p. (ISBN 9782200266929).
  3. Déclin des Nations Indiennes aux États-Unis
  4. (en) Register of Debates, House of Representatives, A Century of Lawmaking for a New Nation: U.S. Congressional Documents and Debates, 1774 - 1875, 21st Congress, 1st Session, p. 383.
  5. (en) Register of Debates, House of Representatives, A Century of Lawmaking for a New Nation: U.S. Congressional Documents and Debates, 1774 - 1875, 21st Congress, 1st Session, p. 993.
  6. (en) Register of Debates, House of Representatives, A Century of Lawmaking for a New Nation: U.S. Congressional Documents and Debates, 1774 - 1875, 21st Congress, 1st Session, p. 1135.
  7. (en) The Library of Congress, Primary Indian Removal Act, Documents in American History.
  8. Remini 2001, p. 257.
  9. (en) « TO ORDER ENGROSSMENT AND THIRD READING OF S. 102. -- Senate Vote #104 -- Apr 24, 1830 », sur GovTrack.us (consulté le 22 avril 2019).
  10. (en) « TO PASS S. 102. (P. 729). -- House Vote #149 -- May 26, 1830 », sur GovTrack.us (consulté le 22 avril 2019).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Ronald N. Satz, American Indian policy in the Jacksonian era, Norman, Red River Books, (1re éd. 1974), 343 p. (ISBN 978-0-8061-3432-1, OCLC 834468503, lire en ligne).
  • (en) Robert V. Remini, Andrew Jackson and his Indian Wars, .

Articles connexesModifier

Lien externeModifier