Ouvrir le menu principal

Indevillers

commune française du département du Doubs

Indevillers
Indevillers
L'église Saint-Ursanne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Maîche
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Maîche
Maire
Mandat
Claude Schneider
2014-2020
Code postal 25470
Code commune 25314
Démographie
Population
municipale
251 hab. (2016 en augmentation de 3,72 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 48″ nord, 6° 57′ 27″ est
Altitude Min. 473 m
Max. 922 m
Superficie 22,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Indevillers

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Indevillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Indevillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Indevillers

Indevillers est une commune française rurale de montagne, située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

ToponymieModifier

Ayndivillar en 1177 ; Indevillers depuis 1790[1].

Indevillers[2],[3] fait partie de l'arrondissement de Montbéliard. La commune est située à une altitude moyenne d'environ 698 mètres ; elle se situe à 153 km de Strasbourg.

Indevillers est arrosée par le Doubs et appartient au Massif du Jura.

La commune se trouve à proximité du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. La Forêt Hollard est à environ 16 km de la commune.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Sur le territoire de la commune, subsistent quelques vestiges du château de Chauvilliers, ancienne seigneurie de l'évêché de Bâle. Cette seigneurie partagea le destin de la châtellenie de Saint-Ursanne (Suisse). Elle fut engagée à l'amiral Jean de Vienne (seigneur de Roulans) de 1376 à 1384, à la ville de Bâle de 1384 à 1388, aux sires de Neuchâtel en Bourgogne de 1388 à 1426, puis au comte de La Roche (en Montagne) de 1426 à 1436.

Le château avait été bâti au XIIIe siècle pour protéger les terres de l'évêché de Bâle face à la Comté. Il fut assiégé et partiellement ruiné par les Écorcheurs en 1444.

Lors des Guerres de Bourgogne, 2 000 Bourguignons l'assiégèrent en mai 1475, sa garnison n'étant alors composée que de six hommes... Il fut repris peu de temps après par les Confédérés. Ce château ne fut définitivement détruit par les Français de Grancey qu'en 1637.

De nos jours, seul le grand fossé taillé dans le roc laisse imaginer sa grandeur passée[1].

Politique et administrationModifier

 
La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Claude Schneider[4] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 251 habitants[Note 1], en augmentation de 3,72 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
604658709777704799845928893
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
806820754718743690708685606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
537532531447473455396402378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
371304242225195196221225242
2016 - - - - - - - -
251--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Activités de la communeModifier

Les activités de la commune sont situées notamment dans la culture et la production animale, chasse et services annexes, les activités immobilières, la sylviculture et l'exploitation forestière et les industries alimentaires.

Lieux et monumentsModifier

  • Ensemble de petits abris sous roche dénommé les "grottes de l'ermitage"
  • Une source très fraîche et rafraîchissante sourd du rocher dans une petite vasque naturelle.

Ce site fut habité par un ermite dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Des cours d'enseignements étaient donnés par cet ermite aux enfants des villages environnants

  • Église gothique du XVIe siècle qui s'appelle l'église Saint-Ursanne[9]. Elle a été construite de 1842 à 1846.
  • Moulin appelé le Bief de Fuesse[10]. Dans le passé, ce moulin, qui comprend une roue à augets, alimentait plusieurs usines hydrauliques. Il est aujourd'hui en cours de restauration par une association[11] .

Personnalités liées à la communeModifier

Appellations d'origine contrôléeModifier

Indevillers est situé sur le territoire des AOC pour le morbier, le comté et le gruyère.

Catastrophes naturelles et risquesModifier

Parmi les risques naturels et technologiques recensés sur la commune figure la rupture de barrage.

S'agissant des catastrophes naturelles passées, Indevillers a subi des inondations, coulées de boue et mouvements de terrain à la fin du mois de décembre 1999[12].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier