Incorruptibles

groupe d'agents du trésor américain qui lutta pour faire respecter la Prohibition à Chicago

Les Incorruptibles (en anglais, The Untouchables) est le surnom qui fut donné par la presse américaine à un groupe d'agents du trésor américain[1] qui lutta pour faire respecter la Prohibition aux États-Unis et plus particulièrement dans la ville de Chicago, au cours des années 1920 et dans la première moitié des années 1930. Ce groupe était sous la direction d'Eliot Ness.

Eliot Ness, chef des Incorruptibles.

HistoriqueModifier

Le XVIIIe amendement à la constitution () et le Volstead Act du , créèrent une situation inédite aux États-Unis d'Amérique, où un produit de consommation courante, l'alcool, ne fut plus disponible que par le biais de la contrebande. De puissants réseaux mafieux virent alors le jour, marqués en particulier du sceau du célèbre Al Capone à Chicago.

Face à la corruption endémique des forces de l'ordre, et de l'inaction coupable du directeur du Bureau of Investigation (futur FBI), John Edgar Hoover, le patron de la chambre de commerce de Chicago Robert Randolph Thompson réussit à convaincre le président des États-Unis Herbert Hoover de recruter un membre du trésor américain travaillant pour le bureau de la prohibition, Eliot Ness, qui regroupa alors des hommes sûrs autour de lui[2].

Cinquante hommes formèrent une équipe de choc, qui fut réduite à quinze, puis enfin neuf. Ils menaient des raids contre les distilleries clandestines et les entrepôts de Capone dans la banlieue de Chicago. Le succès fut rapide (en six mois, Ness déclare avoir détruit pour 1 million de dollars de produits illégaux), et Capone tenta rapidement de corrompre ces hommes. Sa tentative n’ayant pas eu le succès escompté (lors d'écoutes téléphoniques des lieutenants de Capone, Eliot Ness découvrit que deux de ses agents touchaient de l'argent du mafieux ; ces agents démissionneront discrètement[2]), chose rare voire unique, la presse se saisit de l'affaire. Très vite, Ness et ses hommes furent appelés The Untouchables, les Incorruptibles.

Plusieurs tentatives d'assassinat visèrent ces agents, notamment leur chef.

La fin de la prohibition, peu après l'arrestation de Capone, mit fin à l'existence de la cellule, dont Eliot Ness lui-même relata les aventures dans son ouvrage The Untouchables, publié en 1957 quelques mois avant sa mort.

Les Incorruptibles ont fait l'objet d'une attention soutenue des studios de télévision et de cinéma américains. Le film de Brian De Palma, avec Kevin Costner dans le rôle de Ness, fut même oscarisé.

Les onze membres de cette équipe furent :

Dans la culture populaireModifier

LittératureModifier

  • Chicago, le temps des Incorruptibles de Kenneth Allsop paru aux Éditions J'ai lu leur aventure, n°A50/51/52.

FilmographieModifier

Jeux vidéoModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les « T-men », à ne pas confondre avec les « G-men », chers à John Edgar Hoover, le directeur du FBI.
  2. a et b Hélène Harter, Les incorruptibles contre Al Capone, Larousse, 2010
  3. ROBSKY Paul et FRALEY Oscar, Le dernier des incorruptibles, Presses de la Cité Coll. Un Mystère n° 725, (lire en ligne)

Voir aussiModifier