Ouvrir le menu principal
Guerre des Quatre Jours
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Date 2 -
Lieu Haut-Karabagh
Issue

Cessez-le-feu[1]

800 à 2000 hectares de zone-tampon passent sous contrôle azerbaïdjanais
Changements territoriaux Sections Nord (Talish), Nord-Est et Sud de la ligne de contact.
Belligérants
Drapeau du Haut-Karabagh Haut-Karabagh
Drapeau de l'Arménie Arménie
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Commandants
Drapeau du Haut-Karabagh Bako Sahakian (President de la RHK)
Drapeau du Haut-Karabagh Levon Mnatsakanian (Ministre de la défense de la RHK)
Drapeau de l'Azerbaïdjan Ilham Aliyev
(Président de l'Azerbaïdjan, Commandant en chef)
Drapeau de l'Azerbaïdjan Zakir Hasanov (Ministre de la défense)
Drapeau de l'Azerbaïdjan Najmaddin Sadigov (Chef d'État-Major
Drapeau de l'Azerbaïdjan Mais Barkhudarov
(Général-Major, Commandant la zone de front)
Pertes
77 morts[3]
122 blessés[4]
1 disparu[3]
14 chars détruits[4]
+149 morts[5]
+100 blessés
24 chars détruits [6]
2 hélicoptères détruits
4 drones détruits [réf. nécessaire]
Civils : 7 morts au moins[2]

Conflit frontalier au Haut-Karabagh

La guerre des Quatre Jours[7],[8],[9], ou guerre d'Avril, a lieu lors du conflit frontalier au Haut-Karabagh sur la frontière qui sépare la République du Haut-Karabakh et l’Azerbaïdjan.

Sommaire

ContexteModifier

En 1994, un cessez-le-feu met fin à la guerre du Haut-Karabagh qui oppose, d'un côté, les Arméniens du Haut-Karabagh et de l'Arménie et, de l'autre, l'Azerbaïdjan. Cependant aucun traité de paix n'est signé et ponctuellement des escarmouches éclatent les années suivantes sur la frontière[10]. Le cessez-le-feu est régulièrement violé, ce qui entraîne des pertes humaines de part et d’autre de la frontière. Cependant, les affrontements d’avril 2016 constituent la violation la plus grave du cessez-le-feu de 1994 à ce jour.

L’un des éléments expliquant l’offensive, c’est la détérioration de l’économie de l’Azerbaïdjan[11]. Ces affrontements ont été utilisés par les autorités azerbaidjanaises pour détourner l’attention de la population de la hausse des prix et du chômage grandissant provoqués par l’effondrement des prix du pétrole en 2015-2016. [12] 

L’autre élément d’explication est les fait que l’Azerbaïdjan préparait depuis plusieurs années des opérations offensives contre le Haut-Karabagh, comme en témoigne l’accumulation massive de forces militaires.

Le 24 novembre 2015, dans son discours à l’occasion de la session inaugurale de la 5eme législature du parlement azerbaidjanais, le président Ilham Aliyev a déclaré : « notre priorité est d'améliorer notre capacité militaire. Nous avons eu beaucoup de succès dans ce domaine ces dernières années. La capacité de combattre de notre armée augmente. Nous nous munissions des équipements, armes et munitions les plus sophistiqués. L’armée azerbaïdjanaise est aujourd’hui parmi les plus fortes à l'échelle mondiale. Ce processus se poursuit malgré le fait que notre budget a diminué. Cependant, les dépenses militaires sont une question prioritaire, car nécessaires pour le règlement du conflit du Haut-Karabagh et pour la sécurité de notre pays »[13].

DéroulementModifier

Des affrontements éclatent la nuit du 1er au , sur la frontière du Haut-Karabagh, suite à une offensive de l’armée Azerbaidjanaise[14]. Selon Thomas de Waal, analyste à la Fondation Carnegie pour la paix internationale, plus de 20 000 soldats sont présents de chaque côté de la ligne de front[15]. Des chars, de l'artillerie lourde et des hélicoptères sont engagés. L'Azerbaïdjan affirme avoir pris le contrôle du village de Talish et de deux collines, ce que dément l'Arménie[16]. Il s'agit des affrontements les plus sanglants depuis le cessez-le-feu conclu de 1994[10].

Le 3 avril, des tirs d'artillerie continuent d'avoir lieu, malgré l'annonce de l'Azerbaïdjan de « cesser unilatéralement les hostilités »[17].

Le mardi 5 avril, un cessez-le-feu bilatéral est proclamé, réaffirmé le 8 avril, sous l'égide du CICR, en particulier de 15 à 20 heures UTC afin de permettre la recherche des corps de disparus.

L’Azerbaïdjan prétend avoir conquis 2000 hectares de terres[18], tandis que les autorités arméniennes ont suggéré une perte de 800 hectares de terres sans importance stratégique[19].

L'État d'Israël est par ailleurs mis en cause par l'Arménie dans les affrontements. En effet, les Israéliens ont fourni à l'armée azérie plusieurs drones-bombes IAI Harop, dont un a frappé un bus transportant des volontaires arméniens[20]. La chef de fraction à la Knesset Zehava Gal-On déplore par ailleurs le fait que les armes ne doivent « certainement pas [être utilisées] contre les civils, parce qu'il existe une crainte importante que les lois de la guerre aient été violées à l'aide d'armes israéliennes ».

PertesModifier

Les deux camps affirment tous les deux avoir fait des dizaines, voire des centaines de morts chez leurs adversaires[21]. Le 2 avril, l'Arménie affirme avoir fait 200 morts dans les rangs azéris, tandis que l'Azerbaïdjan déclare que 100 soldats arméniens ont été tués, mais ces bilans sont probablement exagérés[22].

Le 2 avril, l'Arménie affirme que 18 de ses militaires ont été tués et environ 35 blessés[10]. De son côté, le ministère azerbaïdjanais de la Défense déclare qu'au moins 12 soldats sont morts et qu'un hélicoptère a été abattu[10].

Le 4 avril, l'Azerbaïdjan annonce la mort de trois autres de ses soldats[15].

Deux civils sont également tués le 2 avril ; un enfant arménien de 12 ans, touché par des tirs d'artillerie, et un civil azéri. Sept civils arméniens blessés[10].

Au jour du 4 avril, selon la presse arménienne, l'Azerbaïdjan aurait perdu une vingtaine de chars de combat dont 6 à 9 détruits, 2 hélicoptères, 4 drones voire plus et une perte importante de troupes au sol. On peut constater que les combats se poursuivent sur le front et qu'il peut s'agir d'une nouvelle guerre, qui pourrait même s'officialiser à la suite des déclarations[Quoi ?] du président arménien[23],[24].

Selon Armenpress, le politologue arménien Hrant Mélik-Chahnazarian a publié sur le site voskanapat.info une lettre émise le 28 avril 2016 par un haut-responsable de l’armée azérie, le général Nedjmedin Sadikov destinée à Zakir Hasanov le ministre de la Défense de l’Azerbaïdjan dans laquelle il faisait état des pertes azéries lors de la « guerre de 4 jours » contre les forces de l’Artsakh (Haut-Karabagh).

Dans cette lettre, N. Sadikov écrit que les pertes de l’armée azérie entre le 2 et le 6 avril lors de la guerre contre les forces arméniennes à la frontière de l’Artsakh sont de 558 soldats azéris tués et 1 293 blessés. Parmi ces blessés, 58 étaient en état d’extrême gravité. A noter que sur le seul front de Talish-Martakert, les pertes azéries étaient de 98 soldats. Du côté arménien les pertes furent de 102 soldats et civils[25].

RéactionsModifier

  •   Russie : La Russie est le premier pays à réagir, Vladimir Poutine appelant « les deux parties à un cessez-le-feu immédiat et à faire preuve de retenue pour éviter qu'il y ait de nouvelles victimes[21] ».
  •   États-Unis : Le secrétaire d’État américain John Kerry condamne « dans les termes les plus forts » les affrontements et presse les deux parties de « respecter strictement le cessez-le-feu[26] ».
  •   Turquie : La Turquie prend le parti de l'Azerbaïdjan, le président Recep Tayyip Erdoğan déclare : « Nous prions pour que nos frères Azerbaïdjanais triomphent de ces combats avec le moins de pertes possibles » et assure que la Turquie soutiendrait l'Azerbaïdjan « jusqu'au bout »[15],[27],[28]. Les incidents interviennent en pleine crise russo-turque, bien que la Russie entretient de bonnes relations à la fois avec l'Azerbaïdjan et l'Arménie, elle est l'alliée historique de l'Arménie où elle dispose de deux bases militaires[29].

RéférencesModifier

  1. Cessez-le feu au Haut-Karabakh, après quatre jours de combats qui ont fait 64 morts, France 24 avec AFP, 5 avril 2016.
  2. Haut-Karabakh, le dessous des cartes, 6 avril 2016.
  3. a et b http://www.armenews.com/article.php3?id_article=124778, Armenews, 14 avril 2016.
  4. a et b 93 Azerbaijani soldiers killed in clashes with Karabakh, PanArmenian.Net, 11 avril 2016.
  5. [1], Meydan.Tv, 19 avril 2016.
  6. http://www.armenews.com/article.php3?id_article=124217
  7. GRAND FORMAT. Le Haut-Karabagh, entre paix et guerre, L'Obs, 13 août 2016.
  8. Alexandre Lévy, Dans le conflit du Haut-Karabakh, le «drone kamikaze» israélien de la discorde, Le Temps, 21 avril 2016.
  9. Gaïdz Minassian, Le Haut-Karabakh peut-il devenir indépendant ?, Le Monde, 1er juin 2016.
  10. a b c d et e Combats meurtriers entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes dans le Karabakh, France 24 avec AFP, 2 avril 2016.
  11. « L'Azerbaïdjan, "bombe à retardement", victime de la baisse des prix du pétrole », sur La Tribune (consulté le 23 juillet 2019)
  12. (en) « The four-day war in Nagorno-Karabakh », sur OSW, (consulté le 23 juillet 2019)
  13. (en) « Official web-site of President of Azerbaijan Republic - NEWS » Speeches », sur en.president.az (consulté le 24 juillet 2019)
  14. « Haut-Karabakh, la poudrière du Caucase », La croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 27 juin 2019)
  15. a b et c Azerbaïdjan: 3e jour de combats meurtriers au Nagorny-Karabakh, AFP, 4 avril 2016.
  16. Combats entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans le Haut-Karabagh, RFI, 2 avril 2016.
  17. Nagorny-Karabakh: les affrontements continuent malgré l’annonce d’un «cessez-le-feu», AFP, 3 avril 2016.
  18. « Le conflit du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan risque-t-il de dégénérer ? », sur IRIS (consulté le 27 juin 2019)
  19. « Karabakh lost 800 ha of land that played no strategic role: Armenia », sur horizonweekly.ca (consulté le 27 juin 2019)
  20. Israël aurait l'intention de livrer des drones supplémentaires à l'armée azérie, i24 news, consulté le 12 avril 2016.
  21. a et b Combats dans le Haut-Karabagh: Vladimir Poutine est très inquiet, RFI, 3 avril 2016.
  22. Benoît Vitkine, Violents combats dans le Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, Le Monde, 4 avril 2016.
  23. (hy) Hovannes Movsisian, « No Letup In Karabakh Fighting », «Ազատ Եվրոպա/Ազատություն» ռադիոկայան,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2016).
  24. Sargssyan Studio - Web & Graphic Design, « Armenian president vows to recognize Karabakh if aggression continues », sur lurer.com (consulté le 4 avril 2016).
  25. Krikor Amirzayan, « L’Azerbaïdjan aurait perdu 558 soldats et compté 1293 blessés lors de la « guerre des 4 jours » en avril 2016 », (consulté le 1er septembre 2017).
  26. Nagorny-Karabakh: la Russie et les Etats-Unis appellent au cessez-le-feu, AFP, 3 avril 2016.
  27. Combats dans le Haut-Karabagh: la Turquie prend fait et cause pour l'Azerbaïdjan, RFI, 3 avril 2016.
  28. Bakou annonce un cessez-le-feu «unilatéral», mais les combats continuent, selon les Arméniens, Le Temps avec agences, 3 avril 2016.
  29. Haut-Karabagh: des propos d'Erdogan font craindre une crise durable, RFI, 4 avril 2016.

Voir aussiModifier

VidéographieModifier

Reportage photographiqueModifier

  • Anush Babajanyan, [En photos Les territoires déchirés du Nagorno-Karabah], Vice news, 20 avril 2016.

Liens externesModifier