Incendies de végétation en Australie

Les feux de forêt sont fréquents sur le continent. Ils constituent un fait inhérent au territoire, issus de causes naturelles telles que la foudre ou la sécheresse[1] et d'autre part humaine, utilisés de façon ancestrale par les aborigènes il y a 40 000 ans comme outil de gestion des terres[2] appelé écobuage. Du fait de l'activité humaine, ces feux semblent désormais, intentionnellement ou non, déclenchés par l'homme et son activité[3]. La saison des feux s'étend de juillet à octobre au nord et de janvier à mars au sud.

Le facteur prédominant dans l'éclosion de foyers est la combinaison persistante d'une extrême sécheresse, d'une humidité inférieure à 10 % et de forts vents du nord-ouest ; tous trois sont monnaie courante en Australie. Mais heureusement, la plupart de ces foyers sont rapidement maîtrisés et seul une faible proportion se transforme en méga-incendie d'ampleur nationale. Ces méga-incendies sont hors de contrôle et ne s'arrêtent qu'à la faveur du changement de saison ou par manque de combustible. Le phénomène est tel que le terme « saison des feux » est communément utilisé sur le continent[4].

On définit également les méga-feux par leurs impacts sociaux, économiques et environnementaux, en raison notamment des climats chauds et secs de ce pays. Les grands incendies de brousse sont régulièrement responsables de pertes humaines, sans parler de la faune et de la flore. Par convention ces feux meurtriers sont ainsi nommés d'après le jour de la semaine où ils ont débuté, comme l'incendies du Mercredi des Cendres de 1983 ou les feux de végétation du Samedi noir. Certains d'entre eux se produisent lors de sécheresses ou de canicules, comme celui de 2009 (en), qui a fortement contribué à la force du feu du Samedi noir. Au cours des dernières décennies, les principaux incendies de végétation ont été les incendies du Mercredi des Cendres de 1983, l'incendie du Samedi noir (2009), les incendies de végétation dans les Alpes victoriennes (en) (2003), les incendies de végétation de décembre 2006 et les feux de brousse de 2019-2020.

Impacts environnementaux et sociétauxModifier

Lors des méga-feux, ce sont des centaines d'hectares de parcs nationaux ou de plantations dirigées qui s'envolent en fumée en quelques heures seulement, réduisant à néant le biotope et entraînant par conséquent un appauvrissement de la biodiversité animale et végétale.

La faune forestière subit une forte mortalité et celle qui survit perd son territoire, son habitat et tout l'écosystème qui régissait sa présence. Une partie de cet écosystème s'est adaptée au régime spécifique des feux, telle des coléoptères d'Australie qui y survivent très bien. La flore peut également, à l'image de la flore de type méditerranéenne, se servir de l'incendie pour recoloniser l'espace brûlé. L'acacia s'est ainsi adapté et se sert de la chaleur fournie pour faire germer sa graine[2].Mais leur extension sera limitée par l'apparition d'espèces invasives. De plus la disparition de la micro faune est désastreuse pour l'avenir de ces végétaux. Dans les forêts qui jouxtent les espaces brûlés, la forte température et les fumées causent des problèmes de photosynthèse et de toxicité pour les animaux. La disparition de l'eau est un autre facteur désastreux qui peut faire mourir des millions d'animaux. Mais la pire des conséquences est la réaction en chaîne qui s'installe lorsque les arbres détruits par le feu s'effondrent. En effet, cette chute ouvre certaines parties de la forêt aux rayons brûlants du soleil qui assèchent la végétation et provoquent une accumulation trop importante de combustibles ce qui, par la suite, provoque un fort risque d'incendie. De plus, l'énorme quantité de dioxyde de carbone dégagée lors de la combustion participe encore un peu plus au réchauffement climatique[5].

Les feux ont des conséquences multiples sur la société. L'immensité du territoire australien permet à de nombreux feux d'avoir un caractère non létale pour l'homme. Le feu a davantage de conséquences sanitaires, psychologiques et surtout matérielles et économiques. Outre les indemnités gouvernementales et le coût assuranciel, les feux impactent l'économie du bois. Les plantations subissent les mêmes dommages qu'en Méditerranée à ceci près que les espèces cultivées en Australie ne sont pas adaptées au feu. [5].

Prévention et politique de lutte contre l'incendieModifier

L'Australie a mis en place des programmes de gestion des feux en quatre phases : 1/ Aménagement des terres par brûlage dirigé et installation de coupe-feux 2/ Gestion des bâtiments par l'adaptation des stratégies urbaines 3/ Sensibilisation de la communauté par l'édition de brochures informatives 4/ Avertissement de danger du feu par la création d'un système d'évaluation du danger et des risques[1].

A des fins de coordination interservices[1], le gouvernement a mis en place des bureaux d'étude et d'archivage de ces méga-feux afin d'en tirer le plus de leçons possible et améliorer les méthodes d'intervention[6]. L'étude de ces feux a un caractère internationale par le biais d'organismes tels que la FAO, le PNUE, l'OMS ou encore l'OMM[7].

Il existe notamment un désaccord concernant les eaux qui doivent être utilisées pour éteindre les feux : eau douce ou eau de mer, cette dernière étant plus disponible mais pouvant affecter l'environnement en raison de la présence de sel élevée qu'elle contient. Ainsi, les Verts ne veulent pas que soit utilisée de l’eau de mer pour arroser, mais de l’eau douce pour protéger l’environnement, ce qui pose problème puisque les pompiers manquent d’eau douce. »[8].

Principaux incendies de végétation en AustralieModifier

Depuis 1851, les incendies de végétation en Australie ont fait environ 800 morts et des dégâts estimés à 1,6 milliard de dollars australiens[9]. En termes de coûts, ils arrivent en cinquième position après les sécheresses, les tempêtes, la grêle et les cyclones[10].

Barème et avertissements sur les risques d’incendieModifier

En 2009, un standard d'évaluation des dangers d'incendie : Fire Danger Rating (FDR) a été adopté par tous les États australiens. Pendant la saison des incendies le Bureau of Meteorology (BOM) fournit des prévisions météorologiques pour les risques d'incendies et en considérant les conditions à venir, notamment la température, l'humidité relative, la vitesse du vent et la sécheresse de la végétation, et les autorités déterminent les dangers relatifs au feu en donnant une note quotidienne appropriée, qui fait office de barème. Cette note se trouve à l'entrée des parcs nationaux et sur les routes.

Classement des risques[11],[12]
Catégorie Index danger feu
Catastrophique / Alerte rouge Forêt 100+ Brousse 150+
Extrême Forêt 75–100 Brousse 100–150
Sévère Forêt 50–75 Brousse 50–100
Très haut 25–50
Haut 12–25
Bas à modéré 0–12

Liste des incendies de végétation majeursModifier

Tableau des principaux incendies de végétation en Australie (par ordre chronologique)
Feu Lieu Superficie brûlée
(1 ha ≈ 2,5 acres)
Date Morts Propriétés endommagées
Jeudi noir (en) Victoria ≈ 5 millions d'hectares (ha) ~12 environ 1 million de moutons et des milliers de têtes de bétail[13],[14].
Mardi rouge (en) Victoria 260 000 ha 12 2 000 édifices[14].
Incendies de végétation de 1926 (en) Victoria janvier - mars 1926 60 1 000[15],[16].
Vendredi noir (en) Victoria 2 millions ha décembre 1938 – janvier 1939, avec un maximum le 71 3 700
Incendies de végétation de 1944 (en) Victoria ~1 million ha 14 janvier au 14 février 1944 15–20 environ 500 maisons[14].
Incendies de végétation de 1951-1952 Victoria Été 1951–1952 au moins 10[17]
Dimanche noir (en) Australie-Méridionale 2
Incendies de végétation de 1961 en Australie-Occidentale (en) Australie-Occidentale 1 800 000 ha janvier-mars 1961 0 160 maisons[18].
Incendies de végétation de 1962 Victoria 14–16 janvier 1962 32 450 maisons[15].
Incendie de végétation de Chatsbury (en) Nouvelle-Galles du Sud 5–14 mars 1965 3 59 maisons.
Feux de Tasmanie de 1967 (en) Tasmanie ~264 000 ha 7 février 1967 62 1 293 maisons[14].
Incendies de forêt des Monts Dandenong Victoria 1 920 ha 53 maisons et 10 autres bâtiments.
Incendie de végétation de 1969 Victoria 23 230 maisons[15].
Feux de brousse de 1974-1975 Australie 117 000 000 ha été 1974-1975 3 [19],[20]
Incendies de végétation des districts ouest Victoria 103 000 ha 4 116 maisons et 340 bâtiments.
Incendies de végétation d'Australie-Occidentale de 1978 Australie-Occidentale 114 000 ha 2 6 bâtiments.
Incendie de végétation de Sydney de 1979 Sydney et environs 5 28 maisons détruites et 20 endommagées[21].
Incendie de végétation de 1980 à Waterfall Waterfall (en), Nouvelle-Galles du Sud >1 million ha 5 pompiers 14 maisons[22].
Incendies du Mercredi des Cendres de 1983 Australie-Méridionale et Victoria 418 000 ha 75 environ 2 400 maisons.
Incendie de végétation du Central Victoria Victoria 50 800 ha 3 plus de 180 maisons.
Feux de 1994 de la côte Est (en) Nouvelle-Galles du Sud 400 000 ha[23] 4 225 maisons.
Incendie de végétation de Wooroloo Australie-Occidentale 10 500 ha 0 16 maisons, centre pénitentiaire.
Incendie de forêt de Dandenongs Victoria 400 3 41 maisons[24].
Incendie de végétation de Lithgow Nouvelle-Galles du Sud 2[24]
Feux de forêt de Perth et de la région du Sud-Ouest Australie-Occidentale 23 000 ha 2 (21 blessés) 1 maison.
Feux de végétation de Linton (en) Victoria 5
Noël noir (en) Nouvelle-Galles du Sud 300 000 ha 0 121 maisons.
Feux de végétation de 2003 à Canberra (en) Canberra 160 000 ha[14] 18–22 janvier 2003 4 presque 500 maisons[24].
Incendies alpins de végétation de l'Est du Victoria (en) Victoria plus de 1,3 million ha 8 janvier – 8 mars 2003 3 41 maisons.
Incendie de Tenterden Australie-Occidentale 20 000 ha 2 Cultures, propriétés et bétail.
Feux de végétation de la péninsule Eyre (en) Australie-Méridionale 145 000 ha 10–12 janvier 2005 9 93 maisons
Incendies de végétation de 2006 sur la côte centrale Central Coast, Nouvelle-Galles du Sud Jour de l'an 2006
Jail Break Inn fire (en) Junee, Nouvelle-Galles du Sud 30 000 ha[25] Jour de l'an 2006 0 environ 20 000 têtes de bétail, 7 maisons, 7 moissonneuse-batteuses et quatre cabanons. Environ 1 500 km de clôtures endommagées[26].
Incendies de végétation de 2005 à Victoria Victoria 160 000 ha décembre 2005 – janvier 2006 4 57 maisons, 359 bâtiments agricoles[27].
Incendies de végétation du mont Lubra (en) Victoria 184 000 janvier 2006 2
Incendie de végétation de Pulletop (en) Wagga Wagga, Nouvelle-Galles du Sud 9 000 0 2 500 moutons et 6 têtes de bétail, 3 véhicules, 2 bâtiments, environ 50 km de clôtures.
Incendie de la Great Divides Victoria 1 048 000 ha – mars 2007 1 51 maisons
Incendies de végétation australiens de 2006-2007 (en) septembre 2006 – janvier 2007
Feu de forêt de Dwellingup Australie-Occidentale 12 000 ha 0 16
Incendie de végétation de Kangaroo Island (en) Australie-Méridionale 95 000 ha 6 au 14 décembre 2007 1
Parc national Boorabbin (en) Australie-Occidentale 40 000 ha 3 Lignes à haute tension, fermeture de la Great Eastern Highway pendant 2 semaines.
Incendies de végétation du Victoria de 2009 Victoria plus de 450 000 ha 7 février 2009 – 14 mars 2009 173[28] plus de 2 029 maisons et 2 000 autres structures.
Incendie de végétation de Toodyay Australie-Occidentale plus de 3 000 ha 0 38
Incendie de végétation du Lake Clifton Australie-Occidentale plus de 2 000 ha 0 10 maisons.
Feu de forêt de Roleystone Kelmscott Australie-Occidentale plus de 1 500 ha 6 au 8 février 2011 0 72 maisons détruites, 32 endommagées. Effondrement du Pont de Buckingham (en) sur la Brookton Highway (en).
Feu de broussailles et forêts de Margaret River Australie-Occidentale 4 000 ha 0 34 maisons détruites, comprenant la Wallcliffe House (en)[29].
Feux de savanne de Carnarvon Australie-Occidentale plus de 800 000 ha - 0 11 baux pastoraux (clôtures, irrigation, points d'eau, fourrage).
Incendies de végétation de Tasmanie en 2013 (en) Tasmanie plus de 20 000 ha 1 Au moins 170 bâtiments.
Incendie de végétation de Warrumbungle Nouvelle-Galles du Sud 54 000 ha 0 Au moins 53 maisons, 118 hangars, du bétail et de la machinerie agricole[30].
Feux de brousse de 2013 en Nouvelle-Galles du Sud Nouvelle-Galles du Sud plus de 100 000 ha - 1 (infarctus) au moins 248 édifices[31], 109 endommagés à Springwood, Winmalee et Yellow Rock (Nouvelle-Galles du Sud, Blue Mountains) (en)[32],[33].
Incendie de végétation de Sampson Flat (en) Australie-Méridionale 20 000 ha 2 janvier - 9 janvier 2015 0 27 maisons, 140 dépendances
Feu de forêt de O'Sullivan de 2015 à Northcliffe Australie-Occidentale 98 923 ha 29 janvier 2015 - fin février 2015 0 2 habitations, 5 abris agricoles et des milliers d'hectares de forêt de production (karri et jarrah) ou de parcs nationaux.
Feu de forêt de Lower Hotham de 2015 à Boddington Australie-Occidentale 52 373 ha janvier 2015 0 1 habitation, 1 hangar agricole, 1 pont et des milliers d'hectares de forêt de production (jarrah) ou de parcs nationaux
Feux de broussailles de 2015 à Esperance Australie-Occidentale Plus de 200 000 ha Octobre - novembre 2015 4 Une dizaine d'habitations et de bâtiments communaux (Scaddan), 15 000 têtes de bétail, 5 réserves naturelles et une grande partie du parc national de Cap Aride.
Perth Hills bushfire complex - Solus Group Australie-Occidentale 10 016 ha 15 au 24 novembre 2015 0 Forêt de production de jarrah et parc naturel.
Incendie de la Pinède (en) Australie-Méridionale Plus de 85 000 ha 25 novembre - 2 décembre 2015 2 470+ bâtiments
Feu de forêt de Murray Road de 2016 à Waroona et Harvey[34] Australie-Occidentale 69 165 ha Janvier 2016 2 181 habitations et des milliers d'hectares de réserve (Lane Poole) et de forêt de production (jarrah).
Feux de brousse de 2019-2020 Australie
Nouvelle-Galles du Sud
16 800 000 ha Août 2019 (en cours) 25 2 500 bâtiments ont été touchés, dont 1300 habitations, et plus d'un milliard d'animaux ont péri.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bushfires in Australia » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c Emergency management Australia (2003) « La prévention des feux de forêt en Australie », Dossier préparé pour la Campagne Mondiale des Nations Unies (2000) sur le thème “La prévention des catastrophes, l’Éducation et la Jeunesse”.
  2. a et b Bowman, D.M.J.S. (1998), « The impact of Aboriginal landscape burning on the Australian biota », New Phytologist, Vol 140/3:385-410.
  3. FAO (2007), « Fire management - global assessment 2006 », FAO Foresty Paper, Rome, Vol 151:97-101.
  4. Cheney, N.P. (1990) « La gestion actuelle des incendies de forêt en Australie », Revue Forestière Française, Vol 42/1:368-374.
  5. a et b Nasi, R., Dennis, R., Meijaard, E., Applegate, G. et Moore, P., (2002), « Les incendies de foret et la diversité biologique », Unasylva, Rome, Vol 53 2002/2 :36-40.
  6. Attiwill, P.M. et Adams, M.A. (2012), « Mega-fires, inquiries and politics in the eucalypt forests of Victoria, south-eastern Australia », Forest Ecology and Management, article in press.
  7. Goldammer, J.G. (2003) « Coopération internationale pour la gestion des incendies de forêts » Outcomes of the International Wildland Fire Summit, Sydney, Australie, 8 octobre 2003.
  8. Marc Le Menn, « Origine des feux en Australie : quand les pompiers s’en mêlent ! », sur Boulevard Voltaire, (consulté le 16 janvier 2020)
  9. (en) « Summary of Major Bush Fires in Australia Since 1851 »
  10. (en) « EMA Disasters Database », Emergency management Australia
  11. (en)« Fire Bans » [« Interdictions de faire du feu »], sur www.cfs.sa.gov.au (consulté le 26 octobre 2013)
  12. (en)« Total Fire Ban and Current Fire Danger Map - NSW Rural Fire Service », sur www.rfs.nsw.gov.au (consulté le 26 octobre 2013)
  13. Black Thursday
  14. a b c d et e (en)ABS 1301.0 – Year Book Australia, 2004. Australian Bureau of Statistics. 24 mars 2006
  15. a b et c (en) « Major bushfires in Victoria », Archive Internet Archive du 3 août 2008, sur Department of Sustainability and Environment, Victoria
  16. (en) « SE Victoria (incl Gippsland & Dandenongs): Bushfires », Archive Internet Archive du 23 octobre 2007, sur Emergency Management Australia - Disasters database.
  17. (en) Alec H. Chisholm, The Australian Encyclopaedia, vol. 2, Sydney, Halstead Press, , p. 207
  18. (en) H. Matthews, Karridale Bush Fires 1961, Karridale Progress Association Inc., (ISBN 978-0-9871467-0-0)
  19. (en) « New South Wales, December 1974 Bushfire - New South Wales » [archive du ], sur Australian Institute for Disaster Resilience, Government of Australia (consulté le 13 janvier 2020) : « roughly around 117 million ha. »
  20. "In 1974-75 [...] fires burnt over 117 million hectares or 15 per cent of the total land area of this continent." https://www.abs.gov.au/Ausstats/abs@.nsf/0/6C98BB75496A5AD1CA2569DE00267E48
  21. (en) « Bushfire – Sydney and Region:1 décembre 1979 », Attorney-General's Department (Australie)
  22. (en) « 1979 – 1980, Sydney and Region bushfire », Ministry for Police and Emergency Services,
  23. (en)"Bushfires – Get the Facts « Copie archivée » (version du 16 janvier 2013 sur l'Internet Archive)". Attorney-General's Department.
  24. a b et c Norther Daily Leader, "Some past bushfires in Australia, p. 3, 10 février 2009
  25. (en) « Bushfire threat eases in NSW », The Sydney Morning Herald,
  26. (en) NSW Department of Primary Industries, « Generous support coming in for farmers affected by bushfires », New South Wales Government,
  27. (en)http://home.iprimus.com.au/foo7/firesum.html
  28. « Victoria Police - Press conference: Bushfires death toll revised to 173 », sur www.police.vic.gov.au, (consulté le 5 janvier 2015)
  29. (en) « Rain could help damp down WA bushfires », ABC News,
  30. (en) Jodie Van de Wetering, « A timeline of the Coonabarabran bushfires », ABC (Western Plains),
  31. (en) « Update – Damage assessment and fire investigation », New South Wales Rural Fire Service,
  32. (en) « Watch and Act – Linksview Road Fire, Springwood (Blue Mountains) 19/10/13 11:40 », NSW Rural Fire Service,
  33. (en) James Madden, « Firestorm destroys NSW communities as hundreds of homes could be lost », The Australian
  34. Fergusson, Euan: Report of the Special Inquiry into the January 2016 Waroona Fire (“Reframing Rural Fire Management”), Government of Western Australia, Volume 1: Report, 29 April 2016.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier