Incendie de Cork

incendie de la ville de Cork durant la guerre d'indépendance irlandaise, 1920

L'incendie de Cork a eu lieu dans la nuit du 11 au , au cours de la guerre d'indépendance irlandaise. Il est déclenché par les forces britanniques. Il fait suite à une embuscade de l'armée républicaine irlandaise (IRA) contre une patrouille de l'Auxiliary Division dans la ville, blessant 12 membres de celle-ci dont un mortellement. En représailles les Auxies, les Black and Tans et les soldats britanniques pillent et brûlent de nombreux bâtiments du centre-ville. De nombreux civils déclarent avoir été battus, tirés et volés par les forces britanniques. Les pompiers témoignent que les forces britanniques entravent leurs tentatives de s'attaquer aux incendies par l'intimidation, en coupant leurs tuyaux et en leur tirant dessus.

Travailleurs nettoyants la St Patrick's Street de Cork après l'incendie.

Plus de 40 locaux commerciaux, 300 propriétés résidentielles, l'hôtel de ville et la bibliothèque Carnegie sont détruits par l'incendie. Plus de 3 millions de livres de dégâts (l'équivalent de 172 millions d'euros aujourd'hui) ont été infligés, 2 000 personnes sont sans emploi et beaucoup d'autres deviennent sans abri. Deux volontaires de l'IRA non armés ont été abattus dans le nord de la ville.

Les forces britanniques ont exercé d’autres représailles sur les civils irlandais pendant la guerre, mais l’incendie de Cork a été l’un des plus importants. Le gouvernement britannique a d'abord nié que ses forces avaient déclenché les incendies et a accusé l'IRA. Plus tard, une enquête de l’armée britannique a conclu qu’une compagnie de l'Auxiliary Division était responsable.

SourcesModifier