Immigration en Suède

L'immigration est un phénomène démographique qui encadre l'histoire de la Suède. Depuis plusieurs années le SCB fournit des données très précises sur le nombre d'immigrés et leurs descendants directs[1].

Statistics Sweden (SCB) Immigrés en violet et émigrés en rouge par an (2000–2017).

En 2019, 19,5 % de la population suédoise (un peu plus de 2 millions de personnes sur une population de 10,3 millions) est née à l'étranger (dont 11,5 % hors d'Europe) et, en incluant les personnes nées en Suède d'au moins un parent né à l'étranger, 33,1 % de la population a une origine étrangère (15,8 % d'origine européenne et 17,3 % d'origine ou partiellement d'origine non européenne)[2].

Le pourcentage de personnes nées à l'étranger était de 14,7 % en 2010 et 11,3 % en 2000. Cette évolution illustre l'importance de l'immigration dans la croissance démographique de la Suède. En 2015, au cours de la crise migratoire, environ 160 000 individus ont demandé l'asile politique en Suède[3]. Les immigrés en Suède se concentrent principalement dans les zones urbanisées de Svealand et Götaland ; les immigrés viennent en majorité d'autres pays nordiques (Finlande, Norvège, Danemark), des pays de l'Est de l’Europe (Pologne, ex-Yougoslavie, Hongrie, Roumanie), du Moyen-orient (Irak, Iran, Liban, Syrie, Turquie) et de la corne de l'Afrique (Somalie, Éthiopie, Érythrée)[2].

En 2018, environ un quart des 115 000 nouveau-nés avaient au moins un parent né hors d'Europe[4].

HistoriqueModifier

La nation suédoise fut un pays d’émigration jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale (près d'1,5 million de Suédois émigrèrent aux États-Unis vers la 2e moitié du XIXe siècle), puis une nation d’immigration après la Seconde Guerre mondiale. Les Finlandais constituent la première grosse vague d’immigration en Suède contemporaine. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, près de 70 000 jeunes Finlandais fuirent leur pays en raison de l’invasion soviétique. 15 000 d’entre eux restèrent en Suède après la guerre, et d’autres y retournèrent à leur âge adulte. Les difficultés d’après-guerre en Finlande poussèrent ensuite un grand nombre de chômeurs finlandais vers la prospère économie suédoise des années 1950 et 1960. Au plus fort du phénomène, 400 000 Finlandais vivaient en Suède, mais à la suite de la première crise pétrolière en 1973 le taux de chômage augmenta alors que la Finlande bénéficiait de ses relations commerciales avec l’URSS. Depuis, le nombre de Finno-Suédois a chuté sous la barre des 200 000.

Les interventions soviétiques en Hongrie en 1956, puis à Prague en 1968, entraînèrent l’arrivée des premiers réfugiés politiques. Les déserteurs américains refusant d’aller se battre au Viêt Nam trouvèrent souvent refuge parmi les Suédois. Du temps du Premier ministre social-démocrate Olof Palme fut mise en place une « politique d'immigration volontariste » notamment pour les réfugiés politiques[5]. Après le coup d’État de 1973 au Chili et l’apparition d’autres dictatures militaires en Amérique du Sud, ceux-ci se mirent à dominer le flux migratoire vers la Suède, y compris en provenance d’Iran, d’Irak et de Palestine. 135 000 réfugiés arrivés au cours des conflits yougoslaves se trouvent toujours dans le pays. Plus récemment, la Suède accueille des milliers de migrants (80 000 en 2014[6]) dont des réfugiés syriens qui ont fui la guerre civile syrienne. Depuis , la Suède accorde l'asile permanent à tous les réfugiés syriens qui en font la demande. C’est le premier pays européen à fournir des titres de séjour permanents aux réfugiés syriens.

Parmi les raisons de l'attractivité de la Suède sont évoqués « son généreux système social » et « sa réputation de tolérance »[6]. La Suède a apporté des contributions remarquables à la protection internationale des réfugiés au cours des dernières décennies, notamment grâce à un système d'asile et d'accueil bien établi, un engagement de longue date en faveur de la réinstallation des réfugiés, et des efforts d'intégration globaux[7].[source secondaire souhaitée]

Entre 2000 et 2016, le nombre de personnes nées à l'étranger a augmenté de 80 % en moyenne[8]. En 2016, il est rentré près de 122 000 étrangers venant d'un pays situé hors d'Europe, alors que seulement 13 000 personnes sont sorties du territoire, donnant un solde migratoire de 109 000 personnes[8]. Alors qu'au début des années 60, sur les 4 % des personnes nées à l'étranger, presque toutes étaient d'origine européenne et principalement des pays nordiques, en 2016, la majorité des migrants vient de pays non européens (Afghanistan, Iran, Irak, Syrie, Somalie, Érythrée). En 2017, la population d'origine étrangère sur deux générations est sans doute la plus importante de l'Union européenne en termes relatifs avec 30,6 % (17 % sur une génération)[8]. Dans les communes d'au moins 200 000 habitants, la proportion de populations d'origine étrangère (les immigrés et la génération née en Suède d'au moins un parent né à l'étranger) est passée de 34,3 % en 2002 à 44.3 % en 2016[8].

Les premières remises en cause du modèle immigrationniste suédois surviennent dans les années 2000-2010 avec des émeutes dans les banlieues de Stockholm[5], puis avec différentes affaires de harcèlement sexuel par les jeunes réfugiés[9]. En 2015, le pays demeure, en comparaison de ses voisins tel le Danemark, tenant d'une politique très favorable à l'immigration[10]. Pourtant, les limites de ce système se font sentir ces dernières années : le manque de capacité d’accueil, les temps d’attente interminables pour accéder à des services fournis par l’État, ou encore la montée des populismes engendrent des tensions au sein de la société et de l’échiquier politique[11].[source secondaire souhaitée] Si, en 2015, la Suède avait accueilli le plus de réfugiés par habitant en comparaison des autres pays de l'Union européenne, leur intégration est considérée en 2020 comme un échec, tout comme l'ensemble de la politique européenne des réfugiés[12].

Ainsi, en 2022, après de violentes émeutes qui ont fait plus de 100 blessés parmi les policiers, la Première ministre Magdalena Andersson déclare que la Suède n'a pas réussi à intégrer le grand nombre d'immigrants qu'elle a accueillis au cours des deux dernières décennies, ce qui a conduit à des sociétés parallèles et à la violence des gangs. La Suède a rendu plus stricte sa politique en matière d'immigration depuis qu'elle a accueilli plus de personnes par habitant que tout autre pays de l'Union européenne lors de la crise migratoire de 2015[13].

Population de la Suède par pays de naissanceModifier

Population de la Suède par pays de naissance[14]
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021
Population totale en Suède 9 555 893 9 644 864 9 747 355 9 851 017 9 995 153 10 120 242 10 230 185 10 327 589 10 379 295 10 452 326
  Suède 8 082 637 8 111 371 8 143 804 8 174 753 8 210 656 8 243 192 8 274 616 8 307 856 8 332 564 8 361 823
Population totale née à l'étranger 1 473 256 1 533 493 1 603 551 1 676 264 1 784 497 1 877 050 1 955 569 2 019 733 2 046 731 2 090 503
  Syrie 27 510 41 748 67 671 98 216 149 918 172 258 185 991 191 530 193 594 196 077
  Irak 127 860 128 946 130 178 131 888 135 129 140 830 144 035 146 048 146 440 146 769
  Finlande 163 867 161 129 158 488 156 045 153 620 150 877 147 883 144 561 140 337 136 607
  Pologne 75 323 78 175 81 697 85 517 88 704 91 810 92 759 93 722 93 762 95 076
  Iran 65 649 67 211 68 436 69 067 70 637 74 096 77 386 80 136 81 301 83 122
  Somalie 43 966 54 221 57 906 60 623 63 853 66 369 68 678 70 173 70 184 70 087
  Afghanistan 21 484 25 144 28 443 31 267 34 754 43 991 51 979 58 780 60 858 62 803
  Ex-Yougoslavie 69 269 68 554 67 892 67 190 66 539 65 877 65 124 64 349 63 419 62 444
  Bosnie-Herzégovine 56 595 56 804 57 289 57 705 58 181 58 880 59 395 60 012 60 161 60 194
  Turquie 45 085 45 676 46 146 46 373 47 060 48 299 49 948 51 689 52 628 54 004
  Allemagne 48 731 48 987 49 359 49 586 50 189 50 863 51 140 51 436 51 434 52 960
  Érythrée 13 735 16 592 21 827 28 616 35 142 39 081 42 300 45 734 47 156 48 278
  Inde 19 415 20 582 21 929 23 237 25 719 29 673 35 234 40 641 42 790 47 369
  Thaïlande 35 554 36 974 38 129 38 792 39 877 41 240 42 394 43 556 44 339 45 109
  Norvège 42 884 42 523 42 301 42 074 42 066 42 028 41 747 41 578 41 062 40 625
  Danemark 44 209 43 198 42 374 41 870 41 212 40 563 40 011 39 457 38 929 38 474
  Chine[15] 26 824 27 923 28 699 28 410 29 640 31 333 33 288 35 282 36 023 37 172
  Roumanie 22 079 23 299 24 666 26 358 27 974 29 546 31 040 32 294 32 741 33 695
  Royaume-Uni 22 670 23 341 24 399 25 266 26 442 27 685 28 976 29 979 31 035 31 993
  Liban 24 743 25 212 25 699 26 159 26 906 27 487 28 119 28 508 28 885 29 313
  Chili 28 425 28 341 28 216 28 072 27 999 27 996 27 995 28 025 27 918 27 894
  Pakistan 10 741 10 965 11 184 11 469 12 450 13 970 16 185 19 107 21 172 24 183
  États-Unis 18 312 19 010 19 569 19 515 20 014 20 990 21 943 22 802 23 290 24 173
  Russie 17 320 18 224 19 028 19 450 20 187 20 930 21 615 22 265 22 774 23 445
  Éthiopie 14 844 15 494 16 145 16 704 17 994 19 358 20 695 21 686 22 125 22 672
  Viêt Nam 15 677 16 097 16 629 17 085 17 727 18 713 19 741 20 676 21 126 21 528
  Grèce 13 205 14 313 15 176 16 025 17 060 18 142 18 917 19 547 19 737 19 931
  Serbie 7 274 8 115 9 090 10 092 11 105 12 438 13 856 15 022 15 874 16 719
  Lituanie 8 815 9 624 10 490 11 345 12 307 13 659 14 732 15 596 15 917 16 434
  Hongrie 15 678 15 953 16 193 16 531 16 676 16 792 16 799 16 728 16 480 16 381
  Philippines 10 981 11 468 11 978 12 406 12 959 13 755 14 509 15 281 15 640 16 219
  Italie 8 636 9 305 10 016 10 769 11 601 12 419 13 192 13 741 14 155 14 786
  Pays-Bas 9 401 9 781 10 183 10 656 11 147 11 634 12 095 12 470 12 769 13 523
  Colombie 11 131 11 523 11 709 11 914 12 078 12 315 12 575 12 865 13 060 13 411
  Espagne 7 708 8 612 9 495 10 199 10 902 11 632 12 268 12 688 12 930 13 409
  Bangladesh 6 716 6 890 7 149 7 363 7 799 8 654 10 009 11 520 12 279 12 965
  Ukraine 5 804 6 292 6 828 7 322 7 937 8 842 9 924 11 069 11 899 12 891
  France 8 385 8 631 9 005 9 525 10 028 10 650 11 159 11 537 11 854 12 618
  Croatie 6 422 6 714 7 447 8 452 9 324 10 252 11 163 11 844 12 207 12 559
  Maroc 8 174 8 576 9 030 9 480 9 945 10 474 11 025 11 530 11 898 12 207
  Kosovo 4 408 5 283 6 117 6 949 7 716 8 579 9 487 10 420 11 164 11 920
  Corée du Sud 10 560 10 665 10 737 10 690 10 904 11 093 11 353 11 642 11 719 11 795
  Brésil 6 516 6 740 6 934 7 341 7 907 8 466 9 297 10 159 10 725 11 680
  Égypte 4 962 5 396 5 803 6 256 6 807 7 448 8 154 9 011 9 570 10 268
  Bulgarie 7 357 7 823 8 325 8 757 9 105 9 457 9 624 9 831 9 906 10 052
  Macédoine du Nord 5 376 5 697 6 079 6 541 7 067 7 731 8 359 8 933 9 410 9 914
  Estonie 10 145 10 206 10 268 10 303 10 221 10 214 10 094 9 847 9 606 9 459
  Lettonie 5 775 6 096 6 527 7 026 7 569 7 973 8 226 8 621 8 798 9 288
  Albanie 2 569 3 219 4 287 5 583 7 011 7 908 8 686
  Palestine 4 228 4 636 5 153 5 759 6 642 7 365 7 907 8 189 8 281 8 366
  Pérou 7 127 7 270 7 398 7 509 7 634 7 758 7 892 8 017 8 126 8 322
  Sri Lanka 6 885 6 911 6 958 7 025 7 101 7 176 7 302 7 472 7 612 7 942
  Soudan 2 452 2 843 3 305 3 763 4 601 5 316 5 915 6 398 6 811 7 673
  Nigeria 3 300 3 951 4 357 4 669 5 027 5 408 5 945 6 467 6 913 7 570
  Arabie saoudite 2 126 2 530 2 992 3 768 4 880 5 685 6 160 6 672 6 895 7 118
  République démocratique du Congo 5 115 5 437 6 194
  Tunisie 4 512 4 691 4 834 4 996 5 173 5 427 5 593 5 808 5 889 6 039
Ex-  Serbie-et-Monténégro 6 313 6 265 6 199 6 137 6 091 6 069 6 049 6 039 6 012 5 982
  Islande 5 196 5 204 5 334 5 644 5 822 5 976 5 992 5 988 5 932 5 908
  Gambie 4 285 4 500 4 728 4 884 5 055 5 218 5 365 5 505 5 579 5 737
  Autriche 5 788 5 760 5 805 5 772 5 797 5 806 5 755 5 690 5 608 5 617
  Ouganda 5 021 5 263 5 567
  Jordanie 5 158 5 278 5 563
  Ouzbékistan 4 860 5 326
  Mongolie 5 033 5 311
  Kenya 5 040 5 268
Ex-  Union soviétique 6 048 5 946 5 815 5 722 5 638 5 585 5 508 5 381 5 297 5 219
  Australie 5 033 5 102

Les personnes nées à l'étranger dans d'autres pays que ceux mentionnés ci-dessus comptent moins de 5 000 personnes selon l'institut des statistiques suédois (Statistika Centralbyranou SCB)[16]. https://www.scb.se/en/finding-statistics/statistics-by-subject-area/population/population-composition/population-statistics/

Personnes nées à l'étranger et personnes nées en Suède d'au moins un parent né à l'étranger en 2019Modifier

Le tableau ci-dessous permet d'avoir une vision du poids de l'immigration en Suède en 2019 car les enfants nés d'au moins un parent né à l'étranger y apparaissent. Les personnes nées à l'étranger et celles nées en Suède, d'au moins un parent né à l'étranger, représentent 33,1 % de la population suédoise. Parmi ces personnes 17,3 % sont d'origine ou partiellement d'origine non européenne principalement de Syrie (233 262), d'Irak (221 077), d'Iran (117 860), de Turquie (101 244), d'Afghanistan (70 805) et de la Corne de l'Afrique (202 728)[2].

Région (2019) Nés en Suède de deux parents
nés en Suède
Nés à l'étranger Nés en Suède d'au moins
un parent né à l'étranger
Total %
SUEDE 6 912 434 6 912 434 66,9 %
RESTE DE L'EUROPE 830 416 792 136 1 622 552 15,7 %
HORS EUROPE 1 187 775 600 788 1 788 563 17,3 %
dont MENAT 632 748 292 850 925 598 9,0 %
dont ASIE (sauf pays de la région MENAT) 234 936 103 040 337 976 3,3 %
dont AFRIQUE SUBSAHARIENNE 197 667 101 749 299 416 2,9 %
dont AMERIQUE 115 974 98 168 214 142 2,1 %
dont OCEANIE 6 450 4 981 11 431 0,1 %
Inconnue 1 542 2 509 4 051 0,0 %
TOTAL 6 912 434 2 019 733 1 395 433 10 327 600 100.0 %

Note: la région MENAT comprend ici les pays du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord et la Turquie. L'Afghanistan, l'Arménie et la Géorgie sont également inclus.

Acquisition de la nationalité suédoise par pays d'origine des individusModifier

Acquisition de la nationalité suédoise par pays d'origine des individus
(seuls les ressortissants de pays ayant plus de 500 naturalisés sont repris dans ce tableau)[17],[18]
2015 2016 2017 2018
Total 48 249 60 343 68 898 63 818
  Syrie 1 370 4 479 8 635 10 626
  Somalie 4 776 9 069 8 140 6 746
Apatrides 3 264 4 395 7 072 5 629
  Irak 4 955 3 694 3 272 2 579
  Finlande 2 133 2 182 1 974 2 522
  Danemark 1 510 1 942 1 720 2 052
  Afghanistan 1 198 2 330 2 316 1 912
  Érythrée 1 113 1 451 1 677 1 836
  Pologne 2 333 2 702 2 083 1 783
  Iran 1 331 1 420 1 788 1 736
  Thaïlande 2 928 2 675 2 517 1 620
Inconnus 797 1 131 1 538 1 589
  Royaume-Uni 444 960 1 228 1 340
  Serbie 1 169 1 234 1 808 1 273
  Pakistan 552 748 1 108 1 145
  Allemagne 918 858 854 893
  Inde 457 470 724 816
  Turquie 1 182 1 320 1 488 796
  Roumanie 736 886 822 779
  Russie 789 808 982 691
  Éthiopie 436 493 664 617
  États-Unis 508 523 620 568

Santé publiqueModifier

Mutilations génitales fémininesModifier

Les autorités suédoises de santé publique (en suédois : Socialstyrelsen (sv), en anglais : National Board of Health and Welfare (en)) ont estimé que 38 000 victimes de mutilations génitales féminines habitent en Suède. La majorité de ces femmes sont originaires de Somalie, d'Érythrée, d'Éthiopie ou de Gambie, et 7 000 ont moins de 18 ans[19].

ConséquencesModifier

Une des conséquences de l'immigration massive en Suède est la pression que l'arrivée des nouveaux arrivants exerce sur le modèle social national. Pour faire face à cette situation tendue, les allocations attribuées aux immigrants ont été réduites. Après neuf ans en Suède, seulement la moitié des immigrants ont un emploi, une situation qui mène à changer l'approche sur le marché du travail pour favoriser des emplois peu qualifiés[20].

Notes et référencesModifier

  1. Population statistics, SCB.SE, Mai 2020
  2. a b et c Foreign-born and persons born in Sweden with one or two Foreign-born parents by Country of Birth/Country of Origin 31 december 2019, total, SCB.SE, Mai 2020
  3. (en) Anja Eriksson/TT, « Serber ökade flyktingströmmen », DN.SE, (consulté le ).
  4. Migration, barnafödande och dödlighet — Födda 1970–2018 efter föräldrarnas födelseland, p.15, Diagram 7, scb.se, 5 mars 2020
  5. a et b Suède: pourquoi les banlieues brûlent, Axel Gyldén, lexpress.fr, 24 mai 2013
  6. a et b Suède: un référendum sur l'immigration ?, lefigaro.fr, 29/08/2015
  7. (en-US) Filippo Gr et UN High Commissioner for Refugees, « UNHCR - Global Trends 2019: Forced Displacement in 2019 », sur UNHCR Global Trends 2019, (consulté le )
  8. a b c et d Christophe Guilluy, No Society. La fin de la classe moyenne occidentale, Flammarion, 2018, p.154 et suiv.
  9. (en) Suddenly, the Swedes are talking about their refugee problem, telegraph.co.uk, 16 janvier 2016
  10. Olivier Prévôt, « Immigration: pourquoi il n'y a pas de débat en Suède », sur causeur.fr, .
  11. (en) Cerrotti, « Sweden was among the best countries for immigrants. That's changing. », sur The World, (consulté le )
  12. (de) Eine ausschließlich deutsche Debatte?, tagesspiegel.de, 14 septembre 2020
  13. (en) Swedish PM says integration of immigrants has failed, fueled gang crime, reuters.com, 28 avril 2022
  14. Statistika Centralbyran, Population statistics.
  15. Hors Hong-Kong.
  16. Statistika Centralbyran, Population by country of birth, age and sex. Year 2000 - 2018.
  17. Statistika Centralbyran
  18. Number of persons in Sweden who have acquired Swedish citizenship by country of citizenship and year
  19. (sv) « Könsstympning/omskärelse av flickor och kvinnor - Förekomst », sur www.socialstyrelsen.se (consulté le ) : « Socialstyrelsen har uppskattat att det bor närmare 38 000 flickor och kvinnor i Sverige som kan ha varit utsatta för könsstympning. De största grupperna är flickor och kvinnor från Somalia, Eritrea, Etiopien, Egypten och Gambia. Socialstyrelsen uppskattar att cirka 7 000 av dessa är flickor under 18 år. ».
  20. Edouard Pflimlin, L’immigration modifie le modèle social suédois, lemonde.fr, 14 juin 2017

Voir aussiModifier

Article connexeModifier