Immigration en Nouvelle-Zélande

Première colonie écossaise pour la Nouvelle-Zélande (anglais : « First Scottish Colony for New Zealand » – Affiche de 1839 annonçant l'émigration de l'Écosse vers la Nouvelle-Zélande. Collection of Kelvingrove Art Gallery and Museum, Glasgow (Écosse).

L'immigration en Nouvelle-Zélande a commencé avec la colonisation polynésienne en Nouvelle-Zélande, alors inhabitée, environ 1250 à 1280. L'immigration européenne a fourni un afflux important du fait de la signature du traité de Waitangi en 1840. L'immigration qui a suivi a été principalement en provenance des Îles Britanniques, mais aussi de l'Europe continentale, du Pacifique, d'Amérique et d'Asie.

Peuplement polynésienModifier

Les Polynésiens dans le Pacifique sud ont été les premiers à découvrir la masse continentale de la Nouvelle-Zélande. Leur arrivée a donné naissance à la culture maori et la langue maori, à la fois propre à la Nouvelle-Zélande, bien que très étroitement liée aux analogues dans d'autres parties de la Polynésie orientale.

Colonisation européenneModifier

En raison de l'isolement géographique de la Nouvelle-Zélande, plusieurs siècles passèrent avant la prochaine phase de la colonisation, l'arrivée des Européens.

ChiffresModifier

Top 10 des pays de naissance des résidents néo-zélandais selon le recensement de 2013[1]
Pays d'origine Nombre %
  Nouvelle-Zélande 2.980.827 74.85
  Royaume-Uni[2] 256.164 6.43
  Chine[3] 96.441 2.42
  Inde 67.176 1.69
  Australie 62.712 1.57
  Afrique du Sud 54.279 1.36
  Fidji 52.755 1.32
  Samoa 50.658 1.27
  Philippines 37.299 0.94
  Corée du Sud 26.604 0.67

Notes et référencesModifier

  1. (en) Statistics New Zealand, « 2013 Census totals by topic » (consulté le 17 mars 2014)
  2. Ce chiffre comprend les îles Anglo-Normandes et l'île de Man.
  3. Ce chiffre comprend Hong Kong et Macao.