Ouvrir le menu principal

Ilia Andreïevitch Khrjanovski

réalisateur russe
(Redirigé depuis Ilya Andreevich Khrzhanovsky)
Ilia Andreïevitch Khrjanovski
Nom de naissance Илья́ Андре́евич Хржано́вский
Naissance (44 ans)
Moscou
Nationalité Russe
Profession réalisateur, animateur, scénariste, producteur

Ilia Andreïevitch Khrjanovski (en russe : Илья́ Андре́евич Хржано́вский), né le à Moscou, est un réalisateur de films russe.

BiographieModifier

Il est le fils de Andreï Khrjanovski (1939-), réalisateur, producteur et scénariste russe de films d'animation, et le petit-fils de l'acteur Iouri Khrjanovski (1905-1987).

Il étudie à Moscou, puis un an à Bonn (1992-1993), revient en Russie, à l'Institut national de la cinématographie S. A. Guerassimov (VGIK), dont il est diplômé en 1998. De 1998 à 2002, il travaille dans le cinéma publicitaire. Il produit également un projet de série télévisée (TNT), La Liste des amoureux de la Fédération de Russie, qui lui ouvre la porte du Festival international du film de Berlin (Berlinale), et rapidement des festivals, russes et autres.

En 2005, il fonde sa propre maison de production, Phenomen Film[1]. Il produit, entre autres, Soldat de papier ((Bumažnyj Soldat)), d'Alexeï Gu erman Jr (1976-), qui reçoit Lion d'argent à la Mostra de Venise 2008 et quelques autres récompenses professionnelles. Phenomen Films essaime ensuite en Allemagne (2011) et en Angleterre (2011).

CarrièreModifier

Arrêt d'autobusModifier

Le film Ostanovka (1999) (Arrêt d'autobus, ou Stop), court-métrage (22'), est co-réalisé avec Artyom Mikhalkov, et remporte trois récompenses.

4Modifier

Le film est présent dans une cinquantaine de festivals, dont :

Il est distribué en Occident et en Asie du Sud-Est.

DauModifier

Le projet, ébauché en 2004, entamé en 2006, semble avoir commencé à se matérialiser par un scénario sur un physicien russe de l'époque soviétique. Lev Landau (1908-1968), prix Nobel de physique 1962, a vécu une moitié de sa vie à Kharkiv (Ukraine). Le cinéaste reconstitue son laboratoire, et envisage de représenter sa vie, ses expériences, sa mort, en une sorte de film historique peut-être hors normes.

Puis, les dérives interviennent. Une quinzaine de films sont tournés, avec un nombre invraisemblable de réalisateurs, de techniciens, d'acteurs, d'artistes. Et un financement démesuré et chaotique, en co-production avec une douzaine de grandes sociétés de production, et Phenomen Films. Les montages des 700 heures de rushes sont une autre grandiose entreprise. Avant d'être abouti, le projet est un des favoris des grands festivals de cinéma.

Le résultat ne saurait convenir aux circuits traditionnels de distribution. En conséquence, et seulement à partir de 2019, un système complexe est mis en place dans des lieux uniques pour des projections limitées et selon des modalités nouvelles. À commencer par Paris, du 24 janvier au 17 février 2019.

Le projet immersif et sulfureux[3],[4] se révèle monstrueux, à la fois par ce que les actrices ont accepté de subir, et par ce que les spectateurs acceptent d'endurer, semble-t-il.

FilmographieModifier

  • Ostanovka (1999) (L'arrêt d'autobus), court-métrage (22')
  • 4 (2004), (126')
  • Postelnye stseny (Scènes de lit, 2005), (70'), à la production
  • Dau (2018/2019) (au moins 330'), film historique épique

RécompensesModifier

AnnexesModifier