Il Manifesto
Image illustrative de l’article Il Manifesto

Pays Drapeau de l'Italie Italie
Langue Italien
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Diffusion 29 000 ex.
Date de fondation 1969
Ville d’édition Rome

Site web il manifesto

Il Manifesto est un journal politique italien, créé à l'origine comme une revue politique à périodicité mensuelle, publié pour la première fois le . Il a été fondé par une frange dissidente du Parti communiste italien dont les protagonistes furent Aldo Natoli, Luigi Pintor et Rossana Rossanda.

HistoireModifier

Dès la sortie du deuxième numéro, en novembre 1969, qui condamnait l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes de l'Union soviétique, les rédacteurs sont exclus du Parti Communiste Italien. On peut noter qu'à la même époque, d'autres intellectuels marxistes dissidents, les opéraïstes Mario Tronti, Alberto Asor Rosa et Massimo Cacciari, optent pour une stratégie "entriste" et réintègrent le PCI avec l'intention d'en influencer la direction dans leur sens. Mais ils sont accueillis comme des repentis, et le PCI leur fait bien comprendre qu'ils doivent rentrer dans le rang[1].

Avec la transformation de la revue en quotidien (intervenue en avril 1971), le groupe de dissidents s'organisa en parti politique, participant aux élections législatives de 1972. Ce groupe fusionna par la suite avec le Parti d'unité prolétarienne (PdUP), pour former, en 1974, le Parti d'unité prolétarienne pour le communisme.

Il Manifesto continue aujourd'hui de paraître et de revendiquer son identité politique communiste, sans être pour autant l'organe d'un parti politique précis.

Les directeursModifier

  • 1971-1975, Luigi Pintor
  • 1975-1976, Valentino Parlato
  • 1976-1976, Luigi Pintor, Luciana Castellina, Pino Ferraris, Vittorio Foa, Valentino Parlato, Rossana Rossanda
  • 1976-1978, Luciana Castellina, Valentino Parlato, Rossana Rossanda
  • 1978-1985, Valentino Parlato
  • 1985-1986, Rina Gagliardi et Mauro Paissan
  • 1988-1990, Valentino Parlato
  • 1990-1991, Sandro Medici
  • 1991-1995, Luigi Pintor
  • 1995-1998, Valentino Parlato
  • 1998-2003, Riccardo Barenghi et Roberta Carlini
  • 2003-2009, Mariuccia Ciotta et Gabriele Polo
  • 2009-2010, Valentino Parlato
  • 2010-2012, Norma Rangeri et Angelo Mastrandrea
  • 2013-2014, Norma Rangeri
  • 2014-, Norma Rangeri et Tommaso Di Francesco

Collaborateurs historiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Claudio Albertani, « Toni Negri et la déconcertante trajectoire de l’opéraïsme italien », À contretemps, septembre 2003 http://acontretemps.org/IMG/pdf/AC13AlbertaniNegri.pdf

Lien externeModifier