Il était une fois au Mexique... Desperado 2

film sorti en 2003
Il était une fois au Mexique... Desperado 2

Titre québécois Il était une fois au Mexique
Titre original Once Upon a Time in Mexico
Réalisation Robert Rodriguez
Scénario Robert Rodriguez
Musique Robert Rodriguez
Acteurs principaux
Sociétés de production Troublemaker Studios
Columbia Pictures
Dimension Films
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Mexique Mexique
Genre Action
Durée 102 minutes
Sortie 2003

Série El Mariachi

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Il était une fois au Mexique... Desperado 2, ou Il était une fois au Mexique[1] au Québec (Once Upon a Time in Mexico), est un film américano-mexicain écrit et réalisé par Robert Rodriguez, sorti en 2003.

Suite d'El Mariachi (1992) et de Desperado (1995), il conclut la Mexico Trilogy.

SynopsisModifier

Présentation généraleModifier

Le tueur-musicien « El Mariachi » se retrouve impliqué dans une affaire d'espionnage international avec un agent de la CIA psychotique et un général mexicain corrompu.

Synopsis détailléModifier

El Mariachi est recruté par l'officier de la CIA Sheldon Jeffrey Sands pour tuer le général Emiliano Marquez, un officier corrompu de l'armée mexicaine qui a été embauché par le baron de la drogue mexicain Armando Barillo pour assassiner le président du Mexique et renverser le gouvernement pendant une période de troubles à Culiacán (la capitale de Sinaloa) qui teste la présidence. De nombreuses années auparavant, El Mariachi et son épouse Carolina ont affronté Marquez dans une fusillade et ont blessé le général; en représailles, Marquez a pris la vie de Carolina et de leur fille dans une embuscade. En plus d'El Mariachi, Sands persuade l'ancien agent du FBI Jorge Ramírez de sortir de sa retraite et de tuer Barillo, qui avait assassiné son partenaire Archuleta par le passé. De plus, l'agent Ajedrez de l'APN est affecté par Sands.

Tout en surveillant les activités de Barillo, Ramírez rencontre Billy Chambers, un fugitif américain qui vit sous la protection de Barillo, mais qui n'arrive plus à supporter les horribles tâches qu'il est obligé d'accomplir pour lui. Ramírez convainc Chambers qu'il lui fournira une protection en échange de se rapprocher de Barillo en équipant le chihuahua de Chambers avec un microphone caché, et Chambers accepte de conclure l'accord en se rendant aux autorités américaines une fois que Barillo aura été démoli. L'agent de Sands, Cucuy, initialement embauché pour garder un œil sur El Mariachi, se retourne et calme El Mariachi et le confie à Barillo, offrant également de révéler les détails du plan de Sands. Cucuy, cependant, est rapidement tué par Chambers tandis qu'El Mariachi échappe à sa captivité et appelle ses amis Lorenzo et Fideo pour l'aider dans sa mission.

Tout en surveillant l'activité de Barillo à l'extérieur d'un hôpital, Ramírez remarque des hommes armés qui prennent d'assaut le bâtiment et leur emboîte le pas. Il découvre qu'un groupe de médecins a été abattu et que Barillo a saigné à mort à la suite d'une reconstruction faciale bâclée, mais se rend compte que le cadavre sur la table d'opération est un corps double avant d'être assommé et kidnappé par le vrai Barillo. et Ajedrez, qui se révèle être la fille de Barillo. Sands se rend compte que sa mission a été compromise, mais il est trop tard, car il est capturé par Barillo et Ajedrez - qui se forcent les yeux avant de l'envoyer. Malgré sa cécité, il parvient à abattre un tueur à gages qui le suit avec l'aide d'un garçon chiclet.

Alors que Culiacán célèbre le jour des morts lors de la visite du président, Marquez et son armée font irruption et attaquent le palais présidentiel. Les troupes de Marquez, cependant, se heurtent à la résistance non seulement des gardes du corps du président, mais aussi des citoyens de Culiacán et des Mariachis. Sands avait ordonné à El Mariachi de permettre au président d'être tué avant d'attaquer Marquez, mais les Mariachis, concluant que le président est un homme bon, interviennent tôt et le protègent. Marquez entre dans le palais présidentiel, pour affronter à nouveau El Mariachi, qui tire sur ses rotules avant de le tuer d'un tir à la tête. Ramírez, qui a été libéré par Chambers, fait face à Barillo. Après que ce dernier ait abattu Chambers, Ramírez et El Mariachi tuent le baron de la drogue. Sands parvient à abattre la sadique Ajedrez à l'extérieur du palais présidentiel. Finalement, Lorenzo et Fideo repartent avec l'argent que Barillo utilisait pour payer Marquez et aider le président à échapper en toute sécurité à la tentative de coup d'État. Ramírez dit au revoir à Sands et s'éloigne, après avoir vengé la mort de son partenaire. El Mariachi donne ensuite sa part de l'argent à son village natal avant de marcher vers le coucher du soleil.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

Légende : VF[9] et VQ = Version québécoise[10]

ProductionModifier

Genèse du projetModifier

L'idée de ce 3e volet est venue à Robert Rodriguez en 1994, durant le tournage de Desperado [11]:

« Quentin Tarantino, qui jouait dans le film, m’a dit un jour : « Tu n'as pas l'air de t'en rendre compte, mais tu es en train de faire ta trilogie western. » Sur le coup, je n'ai pas du tout compris de quoi il parlait. Il faisait directement référence aux trois films de Sergio Leone, Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus et Le Bon, la Brute et le Truand. Il voyait un parallèle entre mes premiers films et cette illustre trilogie jouée par Clint Eastwood, désormais connue comme celle du héros sans nom parce qu'il n'est jamais nommé. Quentin m’a dit : « Tu dois en faire un de plus et l'appeler Il était une fois au Mexique. » Je lui ai répondu qu'il fallait d'abord que je finisse celui que j'étais en train de faire, mais l'idée s'est mise à me tourner dans la tête. J'ai commencé à y penser sérieusement[12]... »

— Robert Rodriguez

Quand quelques années plus tard, Robert Rodriguez s’attelle réellement à la tâche, il écrit un scénario inspiré d'histoires que son oncle, qui a travaillé au FBI, lui a racontées autrefois[12]. À partir de cela, il développe une intrigue autour des services secrets, de la drogue et de la corruption, puis place le personnage du Mariachi au milieu de tout ça [12]:

« Beaucoup de choses se sont déroulées dans l'existence du Desperado depuis que nous l'avons quitté. Il vit désormais loin du monde avec Carolina, jouée par Salma Hayek. Il va falloir une bonne raison pour qu'il sorte de sa tanière. La plupart des événements marquants qui expliquent sa situation actuelle sont présentés à travers des flashbacks. Ces séquences, censées s'être déroulées entre Desperado et Desperado 2, constituent presque un film à elles toutes seules. Elles sont un peu l'épisode intermédiaire entre le second et le troisième volet. Utiliser ce procédé m’a permis d'accélérer le mouvement, de plonger aussitôt le public dans une aventure qui va beaucoup plus loin que pour une simple suite. C'est une nouvelle aventure avec des personnages que l'on connaît bien, mais que l'on retrouve des années plus tard. Ils ont évolué. On va par exemple apprendre comment leur couple s'est formé, découvrir leur enfant…[12] »

— Robert Rodriguez

Distribution des rôlesModifier

 
Le film reforme le tandem Antonio Banderas / Salma Hayek, révélé à Hollywood par le précédent opus.

De nombreux acteurs de Desperado reprennent leur rôle dans ce film, comme Antonio Banderas et Salma Hayek. Ce film marque leur 5e collaboration avec le réalisateur.

D'autres comédiens reviennent aussi, mais dans des rôles différents. Ainsi, Danny Trejo est ici Cucuy, alors qu'il était Navajas dans le 1er film. Cheech Marin est Belini et était le barman de Desperado.

Enrique Iglesias tient son 2e rôle au cinéma. Le premier était un caméo non crédité[13] dans ... Desperado.

« J'ai l'habitude de la foule et de la notoriété et pourtant, le premier jour de tournage, j'étais comme un débutant transi de peur[11]. »

— Enrique Iglesias

Tito Larriva, qui joue le chauffeur de taxi, est déjà apparu dans Desperado et Une nuit en enfer. Il est également le chanteur et leader du groupe Tito & Tarantula qui a participé à certaines bandes originales des films de Rodriguez.

Pour le rôle de l'agent Sands, George Clooney était le premier choix. Mais après le refus de ce dernier, Kurt Russell, Bruce Willis, Sean Penn et Nicolas Cage étaient sollicités avant que ce soit finalement Johnny Depp.

TournageModifier

Le tournage a lieu entièrement au Mexique, notamment à Guanajuato, à San Miguel de Allende et dans l'État de Querétaro[14]

Bande originaleModifier

Original Motion Picture Soundtrack
Once Upon a Time in Mexico

Bande originale de divers artistes
Sortie  
Durée 51:44
Genre rock mexicain, ranchera, Rock
Label Milan Records
Critique

Bandes originales par Robert Rodriguez

La musique du film est principalement composée par le réalisateur Robert Rodriguez. Par ailleurs, plusieurs acteurs du film ont contribué à sa composition :

  • Rubén Blades a joué de la basse[11].
  • Antonio Banderas a écrit et interprété la chanson du Desperado et est musicien sur le thème principal[11].
  • Johnny Depp a entièrement composé la chanson en rapport avec son personnage, Sands (Theme). Il est cependant crédité sous le pseudonyme de Tonto's Giant Nuts[11].
  • Salma Hayek chante Siente Mi Amor, le générique de fin[11].

L'album de la bande originale contient des morceaux déjà existants comme Pistolero de Juno Reactor, Me gustas tú de Manu Chao et Cuka Rocka de Chingón, le groupe de Robert Rodriguez.

Liste des titres
  1. Malagueña (Brian Setzer) – 4:22
  2. Traeme Paz (Patricia Vonne) – 2:56
  3. Eye Patch (Alex Ruiz) – 1:51
  4. Yo Te Quiero (Marcos Loya) – 3:48
  5. Guitar Town (Robert Rodriguez) – 2:04
  6. Church Shootout (Robert Rodriguez) – 1:38
  7. Pistolero (Juno Reactor) – 3:38
  8. Me gustas tú (Manu Chao) – 3:49
  9. Sands (Theme) (Tonto's Giant Nuts) – 3:24
  10. Dias de Los Angeles (Rick Del Castillo) – 5:08
  11. The Man With No Eyes (Robert Rodriguez) – 2:09
  12. Mariachi vs. Marquez (Robert Rodriguez) – 1:33
  13. Flor del Mal (Tito Larriva) – 3:13
  14. Chicle Boy (Robert Rodriguez) – 1:30
  15. Coup de Etat (Robert Rodriguez) – 3:02
  16. El Mariachi (Robert Rodriguez) – 1:22
  17. Siente Mi Amor (Salma Hayek) – 4:24
  18. Cuka Rocka (Chingón) – 1:44

AccueilModifier

CritiqueModifier

Aux États-Unis, le film a reçu des critiques plutôt bonnes :

  • Sur Internet Movie Database, il obtient un score de 6,410 sur la base de 151 134 critiques[16].
  • Sur Metacritic, il obtient un score de 56100 sur la base de 34 critiques ainsi qu'un score de 8,810 basé sur 222 évaluations de la part du public[17].
  • Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 66 % de critiques positives, avec une moyenne de 6,2510 sur la base de 112 critiques positives et 57 négatives[18].

En France, le film a reçu des critiques mitigées sur Allociné :

  • Il obtient une moyenne de 3,25 sur la base 9 critiques de la part de la presse [19].
  • Il obtient une moyenne de 2,45 sur la base 278 critiques de la part des spectateurs[20].

Roger Ebert du Chicago Sun-Times note le film 3/4 en soulignant la qualité visuelle du film avec un côté « épique à la Leone », tout en relativisant sur la qualité du scénario[21].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis (1er week-end) 23 424 118 $[22] du 12 au -
  États-Unis 56 359 780 $[22] 16
  Mexique 2 293 512 $[23] 5
  France 2 760 663 $[24] 3
  France
  Paris
456 385 entrées
157 037 entrées[25]
- -
  Total hors États-Unis 41 736 246 $[22] 16
  Total mondial 98 096 026 $[22] 16

DistinctionsModifier

Entre 2003 et 2004, Il était une fois au Mexique... Desperado 2 a été sélectionné 9 fois dans diverses catégories et a remporté 3 récompenses.[26]

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. également nommée pour 2 Fast 2 Furious, Out of Time et Deux en un
  2. pour la scène où le Mariachi et Carolina s'échappent d'une fenêtre du cinquième étage alors qu'ils sont menottés ensemble.

RéférencesModifier

  1. « Fiche du film » sur Cinoche, consulté le 20 décembre 2014
  2. a et b (en) Société de Production / Sociétés de distribution sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  3. (en) « Box office du film Once Upon a Time in Mexico », sur Box Office Mojo.com (consulté le ).
  4. (en) Spécifications techniques sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  5. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database (consulté le 19 juillet 2020).
  6. (en) Parents Guide sur l’Internet Movie Database (consulté le 19 juillet 2020).
  7. « Système de classification du Mexique - Fiche œuvre Il était une fois au Mexique... Desperado 2 », sur Mexico TV content rating system (consulté le ).
  8. « Visa et Classification - Fiche œuvre Il était une fois au Mexique... Desperado 2 », sur CNC (consulté le ).
  9. « Fiche de doublage V. F. du film » sur AlloDoublage, consulté le 18 novembre 2012
  10. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 21 décembre 2014
  11. a b c d e et f Secrets de tournage - Allociné
  12. a b c et d Notes de production - Comme au cinéma
  13. Filmographie d'Enrique Iglesias - Internet Movie Database
  14. Lieux de tournage - Internet Movie Database
  15. (en) Once Upon a Time in Mexico (Original Motion Picture Soundtrack) - AllMusic
  16. (en) Critiques sur l’Internet Movie Database (consulté le 20 juillet 2020).
  17. « Critique du film Once Upon a Time in Mexico », sur Metacritic.com (consulté le ).
  18. (en) « Desperado », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  19. « Critiques de la Presse pour Desperado 2 - Il était une fois au Mexique », sur Allociné (consulté le ).
  20. « Critiques des spectateurs pour Desperado 2 - Il était une fois au Mexique », sur Allociné (consulté le ).
  21. (en) http://rogerebert.suntimes.com/apps/pbcs.dll/article?AID=/20030912/REVIEWS/309120304/1023
  22. a b c et d (en) « Once Upon a Time in Mexico », sur Box Office Mojo (consulté le )
  23. (en) « Once Upon a Time in Mexico », sur Box Office Mojo (consulté le )
  24. (en) « Once Upon a Time in Mexico », sur Box Office Mojo (consulté le )
  25. « Box office du film Il était une fois au Mexique - Desperado 2 », sur jpbox-office.com (consulté le ).
  26. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database (consulté le 19 juillet 2020).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier