Ignimbrite

roche

Une ignimbrite est une roche formée de débris de lave acide issus d'une nuée ardente et soudés avant leur refroidissement, mélangés à une matrice vitreuse. Elle a un aspect de pierre ponce. Les ignimbrites peuvent être blanches, grises, roses, beiges, brunes ou noires - selon leur composition et leur densité (principalement de couleur gris foncé à gris-bleu). Le mot ignimbrite vient du latin, de ignis, le feu, et imber, la pluie.

Bloc d'ignimbrite.
Ignimbrite observée au microscope. Le verre volcanique marron présente une structure fluidale.

CompositionModifier

Elle a souvent la composition d'une roche volcanique acide (rhyolite, dacite). Elle est composée en particulier de quartz, de sanidine, d'albite et de biotite[1].

OrigineModifier

Les ignimbrites sont issues d'éruptions volcaniques de type explosif accompagnées de nuées ardentes.

Méta-ignimbriteModifier

Les méta-ignimbrites sont des ignimbrites métamorphisées.

UtilisationModifier

L'ignimbrite est localement employée dans la construction.

Dans les fours de poterie d'Entrammes du Haut-Empire romain, les « rayons » destinés à soutenir les objets mis à cuire sont en ignimbrite rhyolitique – ils font figure d'exception, puisque ces rayons sont généralement construits en argile. Cette pierre a été préférée en raison de son caractère facilement clivable[2].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Formation of ignimbrite », sur Compare Rocks, (consulté le ).
  2. [Guillier et al. 2012] Gérard Guillier, Emmanuelle Coffineau, Richard Delage, Valérie Deloze, Alain Valais, Séverine Lemaitre, Fabien Pilon et Laure Simon, « Le site gaulois et antique de « La Carie », entre oppidum et ville romaine à Entrammes (Mayenne) », Revue archéologique de l'Ouest, no 29,‎ , p. 145-201 (lire en ligne [sur journals.openedition.org]), paragr. 60-61.

BibliographieModifier