Ignazio Cassis

conseiller fédéral suisse

Ignazio Cassis
Illustration.
Portrait officiel, 2022.
Fonctions
Président de la Confédération suisse
En fonction depuis le
Élection 8 décembre 2021
Prédécesseur Guy Parmelin
Conseiller fédéral
Département des affaires étrangères
En fonction depuis le
Élection 20 septembre 2017
Réélection 11 décembre 2019
Prédécesseur Didier Burkhalter
Président du groupe PLR
à l'Assemblée fédérale
Législature 50e
Prédécesseur Gabi Huber
Successeur Beat Walti
Conseiller national
Législature 47e à 50e
Groupe politique RL
Commission CSSS (et CSEC en 2007)
Prédécesseur Laura Sadis
Successeur Rocco Cattaneo
Biographie
Nom de naissance Ignazio Daniele Giovanni Cassis
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Sessa
Origine Biasca et Sessa
Nationalité Suisse (depuis 1976)
Italienne (jusqu'en 2017)
Parti politique PRD / PLR
Diplômé de Université de Zurich
Université de Lausanne
Profession Médecin

Ignazio Cassis, né le à Sessa (originaire du même lieu et de Biasca), est une personnalité politique suisse, membre du Parti libéral-radical (PLR).

Ancien député du canton du Tessin au Conseil national à partir de , il est conseiller fédéral depuis le , à la tête du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et président de la Confédération suisse en 2022.

BiographieModifier

Ignazio Daniele Giovanni Cassis naît le dans le village de Sessa, sur les hauts du lac de Lugano. Italien de naissance, il est naturalisé en 1976, à l'âge de 15 ans[1]. Il est originaire de Sessa et d'une autre commune tessinoise, Biasca[2].

Il grandit à Sessa avec ses trois sœurs. À l'âge de 13 ans, à la suite d'un accident, il perd l'auriculaire de sa main droite[3]. Dans sa jeunesse, il pratique le piano, puis la trompette. En 1980, il effectue son école de recrue dans la place d'armes de Savatan en tant que trompette militaire[réf. nécessaire]. Il a le grade de major à l'armée[2].

Après des études de médecine à l'Université de Zurich, dont il sort diplômé en 1987, il se spécialise dans la santé publique, la médecine interne, la prévention et les soins de santé. De 1996 à 2008, il est médecin cantonal du Tessin, puis exerce la fonction de vice-président de la Fédération des médecins suisses à partir de 2008. Il annonce en novembre 2011 qu'il ne briguera pas de nouveau mandat pour la législature 2012-2016 en raison de divergences de vue avec le reste de la fédération concernant les soins intégrés[4].

Depuis 2015, il est membre de la Fondation pour la promotion du goût[5].

Parcours politiqueModifier

Il est membre du conseil communal (législatif) de Collina d'Oro d' à [2].

Candidat au Conseil national lors des élections fédérales de 2003, il arrive en quatrième position de la liste du PLR et n'est pas élu. Le , il succède néanmoins à Laura Sadis au Conseil national comme représentant du canton du Tessin après l'élection de cette dernière au Conseil d'État du canton du Tessin[1],[6]. Il est réélu en octobre 2007, 2011 (mieux élu de sa liste[7]) et 2015. Il est membre de la Commission de la science, de l'éducation et de la culture (CSEC) jusqu'en , puis de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS), qu'il préside de à [2]. Selon le quotidien 24 Heures, il est un parlementaire « sympathique, spontané et vif d'esprit »[8].

Le , il annonce sa candidature au Conseil fédéral afin de succéder à Hans-Rudolf Merz[9]. Sa candidature n'est toutefois pas retenue par le groupe libéral-radical de l'Assemblée fédérale[10].

Après les élections fédérales de 2015, il succède à Gabi Huber comme président du groupe parlementaire PLR à l'Assemblée fédérale, après s'être imposé face à Christian Wasserfallen[11].

Le , il est élu au Conseil fédéral par l'Assemblée fédérale[12], devenant le 117e conseiller fédéral de l'histoire[13]. Son élection intervient au 2e tour de scrutin avec 125 voix (majorité absolue : 123 voix). Il devance Pierre Maudet (90 voix) et Isabelle Moret (28 voix). Il est le premier Tessinois élu conseiller fédéral depuis Flavio Cotti.

À la suite de son élection, la répartition des départements est décidée par le Conseil fédéral le . Il reprend la direction du Département des affaires étrangères à son entrée en fonction, le [14].

Le , il est réélu au Conseil fédéral avec un mauvais score, 145 voix, dû à la candidature de l'écologiste Regula Rytz dont le parti, fort de ses 13 % lors des dernières élections, revendiquait un siège au Conseil fédéral.

Après avoir été élu le vice-président du Conseil fédéral pour l'année 2021[15], il est élu le avec 156 voix sur les 197 valables à la présidence de la Confédération pour l'année 2022, devenant le premier Tessinois à accéder à la fonction depuis Flavio Cotti en 1998[16]. La presse parle d'un score « très moyen » (Le Temps[17]), « pas brillant » (ATS[18]), voire « plutôt mauvais » (RTS[16] et Tages-Anzeiger[19]), mais la Neue Zürcher Zeitung relativise en indiquant qu'il n'est historiquement pas mauvais et en relevant qu'Alain Berset, élu dans la foulée vice-président du Conseil fédéral pour 2022, n'a obtenu que deux voix de plus que lui[20]. Le Temps rappelle encore dans son analyse du lendemain qu'il s'agit certes du plus mauvais score depuis l'élection d'Ueli Maurer à la présidence en 2012, mais qu'il est loin des 106 voix de Micheline Calmy-Rey en 2010[21]. La veille de son élection, le quotidien vaudois 24 Heures relève que, selon les sondages, il est le ministre le moins populaire du pays[8],[22].

Conseil fédéral (depuis 2017)Modifier

 
Ignazio Cassis, avec Sergio Ermotti (CEO d'UBS) et Filippo Lombardi (conseiller aux États), en 2019.

Contexte et chronologieModifier

Le , à la suite de l’annonce par Didier Burkhalter de sa démission (qui constituait une surprise[23]) pour le de la même année, Cassis est pressenti comme un successeur probable, du fait des règles de la « formule magique » et de la représentativité linguistique du Conseil fédéral. La première règle, informelle, vise à faire respecter une composition du Conseil fédéral qui reflète l’équilibre partisan du pays: ainsi, le PLR a le droit à deux représentants, et Burkhalter doit donc être remplacé par un homme politique PLR. La seconde règle, formelle puisqu’inscrite dans la Constitution (art. 175 al. 4), impose une composition d’un Conseil fédéral qui représentative de la diversité linguistique et culturelle suisse. Cette règle peut être interprétée de diverses manières, mais le plus souvent elle se concrétise par un Conseil fédéral ayant en permanence des membres alémaniques et latins. Si la Suisse romande est bien représentée en 2017 (3 conseillers sur 7), le Tessin ne l’a pas été depuis 1999. Cette longue absence de l’exécutif fédéral, ainsi que les problèmes particuliers du Tessin, canton frontalier confronté à une forte migration et un fort afflux de travailleurs frontaliers, sont vus comme des arguments de poids pour l’élection d’un représentant de ce canton.

Dans les médias, le nom d'Ignazio Cassis, déjà pressenti pour ce rôle[24], apparaît ainsi presque immédiatement après la démission de Burkhalter[25]. De fait, la direction nationale du PLR affirme privilégier une candidature latine (romande ou italophone), tout en soulignant que toutes les sections cantonales peuvent soumettre une candidature[26]. La section tessinoise désigne Cassis comme candidat unique, contre le souhait de plusieurs PLR d’un ticket à deux candidats[27]. Le 1er septembre, le groupe parlementaire PLR décide d’un ticket à trois candidats, formé d’Ignazio Cassis, et des Romands Isabelle Moret (Vaud) et Pierre Maudet (Genève)[28].

Positions et arguments en faveur et défaveur de sa candidatureModifier

Cassis est mis en avant notamment pour sa parfaite maîtrise de l’allemand et du français, sa longue expérience politique (chef du groupe libéral-radical aux chambres), ainsi que pour sa connaissance des questions de santé, vues comme un enjeu politique majeur[29]. Moret et Maudet auraient le désavantage de n'être pas tessinois, ainsi que, pour la première, une faible expérience des exécutifs et, pour le second, un manque d'expérience ainsi qu'un faible réseau au niveau fédéral[30].

Sa ligne sur les questions d’immigration, plus à droite que la majorité de son parti, lui vaut des critiques au centre et à gauche et favorise son statut de candidat préféré de l’UDC (premier parti de Suisse)[31].

Sa proximité avec le milieu des assurances-maladie, très critiquées notamment en raison de l’augmentation des coûts de la santé, fait de lui une cible d’attaques de la gauche[32]. Il préside notamment le lobby Curafutura, tout en étant président de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique au Conseil national. Cassis se défend de cette critique en affirmant que le Parlement suisse est un parlement de milice et que la politique représente une activité « accessoire », à côté de ses activités principales dans le domaine de la santé. Il relève de plus qu'en cas d'élection au Conseil fédéral il devrait de toute façon mettre fin à tous ses engagements[33]. D’autres soulignent que ces activités lui permettent de saisir tous les enjeux des questions de santé publique. Le , le quotidien Der Bund annonce qu’Ignazio Cassis se retire temporairement de sa fonction de président de Curafutura, tout en restant à la disposition des vice-présidents qui le remplaceront jusqu’à l’élection du . Pendant cette période, il continue de toucher un salaire, mais réduit de moitié[34].

Controverse sur la double-nationalitéModifier

 
Ignazio Cassis lors d'une conférence de presse en 2019 (en arrière-plan, son huissier en uniforme).

Ignazio Cassis renonce à sa nationalité italienne au cours de la campagne. Le candidat Pierre Maudet, également double national, ne renonce pas à sa nationalité française mais se déclare prêt à y renoncer de façon temporaire en cas d’élection si le gouvernement le juge nécessaire[35].

Cette action de Cassis, très médiatisée, fait suite notamment aux remarques de l’UDC avançant une incompatibilité de la double nationalité avec la fonction très exposée de conseiller fédéral[36]. Cassis affirme que cette décision « n’est pas un gage aux exigences de l’UDC » et qu’il l’a prise « pour [lui] tout seul »[37].

Les critiques voient cette action comme créant un précédent néfaste, qui remettrait implicitement en question la légitimité des Suisses doubles nationaux et forcerait d’autres personnalités politiques doubles nationales à se justifier de leur double nationalité ou à se défaire de leur nationalité non suisse.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (de) Henry Habegger, « Schweizer Pass - Bundesrat Cassis: Archivdokumente enthüllen Details zu seiner Einbürgerung », sur Aargauer Zeitung, (consulté le )
  2. a b c et d « Biographie de Ignazio Cassis », sur le site de l'Assemblée fédérale suisse.
  3. « Bienvenue chez Ignazio Cassis », L'illustré,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Le conseiller national Ignazio Cassis quitte la FMH », sur tsr.ch, (consulté le )
  5. « CV | Ignazio Cassis », sur www.ignaziocassis.ch (consulté le )
  6. (it) « Risultati - Elezioni federali 2003 - Diritti politici - Repubblica e Cantone Ticino », sur www3.ti.ch (consulté le )
  7. (it) « Elezioni Federali 2011 », sur www3.ti.ch (consulté le )
  8. a et b Florent Quiquerez, « Un nouveau président – Pour Cassis, c’est l’année ou jamais pour convaincre », sur 24 Heures, (consulté le )
  9. « Le PLR tessinois lance Ignazio Cassis », sur 20min.ch, (consulté le )
  10. « Une politicienne et un patron pour le PLR », sur collectifvan.org, (consulté le )
  11. « Ignazio Cassis nouveau président du groupe parlementaire libéral-radical », sur plr.ch, (consulté le )
  12. Juliette Galeazzi, Victorien Kissling et Cécile Rais, « Le Tessinois Ignazio Cassis élu au Conseil fédéral », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Ignazio Cassis, à la fois lobbyiste des assureurs et partisan du cannabis », sur rts.ch, (consulté le )
  14. « Ignazio Cassis reprendra le DFAE », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Guy Parmelin devient président de la Confédération », sur 24 Heures,
  16. a et b « Le Tessinois Ignazio Cassis élu président de la Confédération pour 2022 », sur rts.ch, (consulté le ).
  17. « Ignazio Cassis a été élu à la présidence de la Confédération », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne  , consulté le ).
  18. ATS, « Succession de Guy Parmelin – Ignazio Cassis élu président de la Confédération pour 2022 », 24 heures,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  19. (de) Alan Cassidy, « Wahl zum Bundespräsidenten – Ein durchzogener Start für Cassis », Tages-Anzeiger,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  20. (de) « Ignazio Cassis folgt auf Guy Parmelin: Der Bundespräsident der Schweiz für 2022 ist gewählt – sein Vize wird Alain Berset », Neue Zürcher Zeitung,‎ (lire en ligne  ).
  21. Philippe Boeglin, « Ignazio Cassis: une élection mitigée », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne  , consulté le )
  22. Philippe Clot, « Baromètre fédéral 2021: Classement des membres du Conseil fédéral », sur L'Illustré, (consulté le )
  23. « Les parlementaires pris de court par la démission de Didier Burkhalter », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  24. « L'irrésistible ascension politique d'Ignazio Cassis », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  25. « Le PLR tessinois lance Ignazio Cassis seul dans la course au Conseil fédéral », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  26. « Un favori et des outsiders, qui pour succéder à Didier Burkhalter? », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  27. « Le PLR tessinois lance Ignazio Cassis seul dans la course au Conseil fédéral », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  28. « Un ticket Cassis-Moret-Maudet pour l'élection au Conseil fédéral », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  29. « Didier Burkhalter quittera le Conseil fédéral au 31 octobre », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  30. « La presse suisse égratigne Isabelle Moret à l'issue des primaires du PLR », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  31. « L'UDC soutient Ignazio Cassis tandis que le PS rejette le ticket PLR en bloc », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  32. « Ignazio Cassis, un favori qui n’a pas tout pour plaire », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  33. « Ignazio Cassis: "En économie, je suis plus à droite que Didier Burkhalter" », sur RTS Info,
  34. « Ignazio Cassis va continuer à être payé par les assureurs de Curafutura », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  35. « Candidat au Conseil fédéral, Ignazio Cassis rend son passeport italien », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  36. « L’UDC ne veut pas de conseillers fédéraux binationaux », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  37. « Ignazio Cassis: "En économie, je suis plus à droite que Didier Burkhalter" », RTS Info,‎ (lire en ligne)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Michel Guillaume, « Ignazio Cassis, un conseiller fédéral hors normes », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  • (de) Dennis Bühler, « Die Schadensbilanz », Republik,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier