Ouvrir le menu principal
Ignacy Krasicki
Description de l'image Ignacy Krasicki 111.PNG.
Alias
le prince des poètes
Naissance
Dubiecko
Décès
Berlin
Activité principale

Ignacy Błażej Franciszek Krasicki, né le à Dubiecko et mort le à Berlin, est un prêtre, poète, fabuliste, écrivain, dramaturge, journaliste, encyclopédiste et traducteur polonais. Il est considéré comme « le prince des poètes » des Lumières polonaises.

OeuvreModifier

La création originale de Krasicki se place principalement dans les années 1775-1780 et se rattache aux courants d'idées et au programme littéraire des écrivains groupés autour du roi Stanisław August.

Il est célèbre pour ces Fables et paraboles (Bajki i przypowieści) ce que lui vaut le surnom de La Fontaine polonais. Ce petit volume paru en 1779 et augmenté par la suite de fables nouvelles, fait de Krasicki le plus grand fabuliste polonais.

Il est également l'auteur du premier roman polonais, les Aventures de Nicolas Doświadczyński où l’on sent l’influence de Voltaire, mais aussi celle de Jonathan Swift, d’Oliver Goldsmith et d'Henry Fielding. Le roman raconte la mauvaise éducation sentimentale de Nicolas, enfiévré par les romans baroques français que lui fait lire son précepteur au nom de berger de pastorale, Monsieur Damon. Le héros de Krasicki se débat contre son éducation baroque et les superstitions qui accompagnent la naïve dévotion de sa mère, c’est parce que les Lumières polonaises et leurs innovations littéraires venues de l’Ouest ont dû s’affirmer face à la puissance du baroque sarmate. Cette piété baroque s’exprime à travers une abondante floraison de littérature pieuse : les romans allégoriques que Nicolas lit avant l’arrivée de Monsieur Damon, mais aussi une poésie dévotionnelle remplie de danses macabres et de discours sur la vanité du monde.

Krasicki est également l’auteur La Monachomachie (Monachomachia czyli Wojna Mnichów, 1778), qui fait scandale à sa parution. C'est un poème héroï-comique, une vive satire des ordres mendiants en Pologne et de leur piètre niveau intellectuel et moral. Krasicki s'y révèle un virtuose de la parodie et de l'ironie. Inspirée de Nicolas Boileau (Le Lutrin) et de Jean-Baptiste Gresset (Vert-Vert), l'œuvre n'en est pas moins originale et donne des couvents polonais un tableau impitoyable, nourri par une observation pénétrante des mœurs et exécuté avec un art remarquable. Une telle attaque, venue d'un prélat, souleva des protestations et des critiques indignées. Krasicki y répondit par l'AntyMonachomachia (1780) où l'ironie de la rétractation aiguise encore les pointes de la condamnation satirique.

On lui doit notamment la fameuse maxime Mieux vaut se disputer à l'air libre que d'être d'accord derrière des barreaux (de la fable Le Chardonneret et le merle).

Krasicki est, à partir de 1795, archevêque de Gniezno. Il a également traduit du français et du grec.

Traductions françaisesModifier

  • Aventures de Nicolas Doswiaczynski, trad. du polonais en français par J.-B. Lavoisier, précédées de l'éloge de l'auteur par le comte Stanislas Potocki, Paris, H. Nicolle, 1818
  • Les Coups du sort, comédie en 5 actes et en prose, Paris, [S.n.], 1823
  • Fables polonaises de Krasicki, trad. par J.-B.-M. de Vienne, Paris, F. Didot, 1828
  • Histoire, ouvrage d'Ignace Krasicki, trad. du polonais en français par J.-B. Lavoisier, Paris, H. Nicolle, 1817

BibliographieModifier

  • Paul Cazin, Le Prince-évêque de Varmie Ignace Krasicki 1735-1801, Paris, Société générale d’impr. d’édition, 1940
  • Teresa Kostkiewiczowa, Ignacy Krasicki et son roman "Aventures de Nicolas Doświadczyński", Literary Studies in Poland 23, 93-115, 1990

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :