Ida von Hahn-Hahn

auteure allemande

La Comtesse Ida von Hahn-Hahn (allemand : Ida Gräfin von Hahn-Hahn ; ) est une auteure allemande issue d'une famille fortunée ayant fait faillite à cause des dépenses excentriques de son père. Elle défie les conventions sociales en vivant hors mariage avec Adolf von Bystram pendant 21 ans. Ida von Hahn-Hahn écrit souvent au sujet de la tragédie de l'âme et est influencée par la poétesse française, George Sand. Elle « est une infatigable militante pour l'émancipation des femmes »[1] et ses écrits comprennent de nombreux personnages féminins forts[2],[3].

Ida Hahn-Hahn
Ida Gräfin von Hahn-Hahn.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tressow (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
MayenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Père
Karl Friedrich Hahn-Neuhaus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Friedrich von Hahn (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Hahn-Hahn Ida-Gräfin (1a).jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Elle nait à Tressow, dans le duché de Mecklembourg-Schwerin. Elle est la fille du comte Karl von Hahn (de) (1782 – à Altona), bien connu pour sa passion pour le théâtre pour lequel il a dilapidé une grande partie de sa fortune. Durant ses dernières années, il est obligé de subvenir à ses besoins en gérant une entreprise de province, et meurt dans la pauvreté. En 1826, Ida épouse son riche cousin Friedrich von Hahn (de), qui lui offre le double nom de Hahn-Hahn. Avec lui, elle passe des années malheureuses, et en 1829, les infidélités de son mari conduisent au divorce[4],[5]. Elle passe les années suivantes à ignorer les normes sociales en voyageant et vivant avec le Baron Adolf von Bystram[1]. Bystram l'encourage à écrire à propos de leurs voyages à travers l'Europe et le Proche-Orient[2].

 
Ida, Comtesse von Hahn-Hahn.

En 1847, l'auteur attire l'attention de l'auteure Fanny Lewald qui la traite « d'aristocrate auto-indulgente indifférente au sort des pauvres »[3]. Après les révolutions de 1848 et de la mort d'Adolf von Bystram en 1849, elle embrasse la religion catholique Romaine en 1850. Hahn-Hahn jutifie sa démarche dans un ouvrage polémique intitulé Von Babylon nach Jerusalem (1851), ce qui provoque une vigoureuse réponse de Heinrich Abeken, et de plusieurs autres auteurs[4].

En , elle se retire dans un couvent à Angers, qu'elle quitte rapidement pour aller s'installer à Mayence en tant que « laïque dans un couvent qu'elle a co-fondé pour les filles « perdues » ». Hahn-Hahn se consacre à la réforme des préjugés sur les femmes dans la société, et écrit plusieurs ouvrages, parmi lesquels : Bilder aus der Geschichte der Kirche (3 vols., 1856-'64); Peregrina (1864); et Eudoxie (1868)[5].

ŒuvresModifier

Pendant de nombreuses années, ses romans furent très populaires dans les cercles aristocratiques ; beaucoup de ses publications ultérieures, cependant, passèrent inaperçues car considérées comme de simple manifestes religieux. Ulrich et Gräfin Faustine, publiés en 1841, marque l'aboutissement de son talent; mais Sigismond Forster (1843), Cecil (1844), Sibylle (1846) et Maria Regina (1860) ont également obtenu une popularité considérable. La comtesse continue de produire des romans portant une certaine ressemble subjective avec ceux de George Sand, mais moins hostiles aux institutions sociales, et traitant presque exclusivement de la société aristocratique[1].

Ses œuvres complètes, Gesammelte Werke, avec une introduction par Otto von Schaching, ont été publiés en deux séries, 45 volumes en tout (Ratisbonne, 1903-1904)[6].

Gräfin FaustineModifier

La Comtesse Faustine interroge la place de la femme dans une société qui la voit comme une éternelle mineure, bonne à être mariée à peine sortie de l'enfance, et du couvent, sans comprendre les engagements pris. Faustine, une fois veuve, refuse de se soumettre aux diktats de la société et protège même une jeune fille demandant son aide contre un mariage imposé, scandalisant les biens pensants.

Écrits catholiquesModifier

Après sa conversion à la religion catholique romaine, Hahn-Hahn commencent à écrire pour montrer le chemin de l'Église de Rome aux âmes perdues[1].

HommagesModifier

PublicationsModifier

Œuvres publiées citées par An Encyclopedia of Continental Women Writers[1] :

  • Gedichte [Poèmes] (1841)
  • Gedichte [Poèmes], 1835.
  • Lieder und Gedichte [Chansons et Poèmes], 1837.
  • Ilda Schönholm [Ilda Schönholm], 1838.
  • Gräfin Faustine [Comtesse Faustine], 1841.
  • Ulrish, 1841.
  • Gräfin Cecil [Comtesse Cecil], 1844.
  • Aus der Gesselschaft [La Sphère de la Société], 1845.
  • Sybille, 1846.
  • Von Babylon nach Jérusalem [De Babylone à Jérusalem], 1851.
  • Die Liebhaber des Kreuzes [l'Amant de La Croix], 1852.
  • Maria Regina, 1860.
  • Peregrin, 1864.
  • Mourir Glocknerstochter [Le sonneur de Filles], 1871.
  • Vergib uns unsere Schuld [Pardonne-Nous Nos Offenses], 1871.
  • Wahl und Führung [Choix et Leader], 1878.
  • Gesamtausgabe [Œuvres Complètes : Œuvres Protestantes], 21 volumes, 1851.
  • Gesammelte Werke [Œuvres complètes : Œuvres Catholiques], 45 volumes, 1930.

Lectures complémentairesModifier

  • Gert Oberembt, Ida Gräfin Hahn-Hahn, Weltschmerz und Ultramontanismus (Bonn, 1980)

RéférencesModifier

Notes de bas de pageModifier

  1. a b c d et e Katharina M. Wilson, An Encyclopedia of Continental Women Writers, New York and London, Garland Publishing, Inc.,
  2. a et b Gisela Argyle, « THE HORROR AND THE PLEASURE OF UN-ENGLISH FICTION: IDA VON HAHN-HAHN AND FANNY LEWALD IN ENGLAND », Comparative Literature Studies, vol. 44, no 1,‎ , p. 144–165
  3. a et b (en) Todd Kontje, Women, the Novel, and the German Nation 1771-1871 : domestic fiction in the fatherland, Cambridge, United Kingdom, Cambridge University Press, , 242 p. (ISBN 0-521-63110-6)
  4. a et b (en)Chisholm, Hugh, ed. (1911). "  Hahn-Hahn, Ida, Countess von". Encyclopædia Britannica (11e ed.). Cambridge University Press. Wikisource. 
  5. a et b (en)"  Hahn-Hahn, Ida Marie Luise Sophie Friederike Gustave". The American Cyclopædia (1879). Cambridge University Press. Wikisource. 1879. 
  6. (en) Helen Chambers, Humor and Irony in Nineteenth-Century German Women's Writing : studies in prose fiction, 1840-1900, Rochester, New York, Camden House, , 222 p. (ISBN 978-1-57113-304-5 et 1-57113-304-6, lire en ligne)
  7. (de) « Ida-von-Hahn-Str., Mainz Stadtplan - meinestadt.de », sur www.meinestadt.de (consulté le 24 novembre 2018)

NotesModifier