Ibrahim Biçakçiu

homme politique albanais
(Redirigé depuis Ibrahim Biçaku)

Ibrahim Aqif Biçakçiu (également connu sous le nom d'Ibrahim Biçaku), né le à Elbasan (Albanie) et décédé le dans la même ville, est un propriétaire foncier albanais et collaborateur de l'Axe, président du comité exécutif provisoire du au , et premier ministre d'Albanie du au pendant l'occupation nazie[1].

Ibrahim bej Biçakçiu
Image dans Infobox.
Fonction
Ministre des Affaires étrangères (en)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ElbasanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Homme politique, diplomate, propriétaire terrien, homme d'affairesVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
signature d'Ibrahim Biçakçiu
signature

BiographieModifier

JeunesseModifier

Né en 1905, Ibrahim Biçakçiu était le fils d'Aqif Pasha Biçakçiu (en) originaire d'Elbasan. Sa famille joua un rôle dans l'indépendance de l'Albanie et c'est grâce à l'influence de sa famille qu'il grandit avec la même idéologie et les mêmes croyances.

Seconde Guerre mondialeModifier

En 1943, avec Bedri Pejani (en) et Xhafer Deva, il prit part à la fondation d'un comité national de vingt-deux dirigeants albanais et kosovites albanais, qui déclara l'Albanie indépendante de l'occupation fasciste et qui élit un comité exécutif pour former un gouvernement provisoire[2].

Premier ministreModifier

Après une semaine de négociations, Ibrahim Biçaku accepta de diriger un nouveau et petit gouvernement en succédant à Fiqiri Dine[1]. Bien que Biçaku fût le parfait ami de l'Allemagne, son règne fut néanmoins assez incompétent, principalement parce que l'Allemagne était au bord de la défaite et que les partisans albanais se déployaient, prêts à frapper[1]. Le journal de Tirana nota qu'il avait dirigé le comité exécutif provisoire exactement un an plus tôt, avant la construction du gouvernement de Mitrovica[1] Biçaku était redevenu le leader des Allemands. Il fut noté que Biçaku jouait occasionnellement au ping-pong avec l'ambassadeur Martin Schliep[1].

Après-guerreModifier

Malgré la fuite de nombreux balistes d'Albanie après l'annonce de leur victoire par les communistes, Biçakçiu, comme Anton Harapi (en) et Cafo Beg Ulqini (en), choisit de ne pas partir en estimant qu'il préférait mourir dans son pays de naissance plutôt que sur un sol étranger[3]. Il fut arrêté par les forces communistes à Shkodra le et condamné à la prison à vie par le tribunal spécial de Tirana le . Il passa la plupart de ses années en prison à Burrel avant d'être libéré le à Elbasan[4]. Au cours de ses dernières années, il obtint un emploi de nettoyeur de toilettes publiques dans sa ville natale[5], avant de décéder le [6].  

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Bernd Jürgen Fischer, Albania at war, 1939–1945, (ISBN 9781557531414, lire en ligne)
  2. Robert Elsie, Historical dictionary of Kosovo, (ISBN 9780810853096, lire en ligne)
  3. Robert Elsie, « Hermann Neubacher: A Nazi Diplomat on Mission in Albania » [archive du ] (consulté le 31 janvier 2011)
  4. Robert Elsie, A Biographical Dictionary of Albanian History, (ISBN 9781780764313, lire en ligne)
  5. « Sekretet e 33 kryeministrave » (consulté le 9 décembre 2015)
  6. Robert Elsie, « Final Report of the German Wehrmacht in Albania » [archive du ] (consulté le 31 janvier 2011)