Ibn al-Qūṭiyya

historien Andalous

Ibn al-Qūṭiyya (ابن القوطية, décédé le 6 novembre 977), né Muḥammad Ibn ʿUmar Ibn ʿAbd al-ʿAzīz ibn ʾIbrāhīm ibn ʿIsā ibn محمد ابن عمر ابن عبد العزيی ابن إبراهيم ابن عيسى ابن مزاحم ), également connu sous le nom d' Abu Bakr ou al-Qurtubi (« le Cordouan »), était un historien andalou et le plus grand philologue de la cour Omeyyade du calife Al-Hakam II. Son œuvre principale, l' Histoire de la conquête d'al-Andalus (تاريخ افتتاح الأندلس), est l'un des premiers récits arabes musulmans de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique.

Ibn al-Qutiyya
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
ٳبن القوطيةVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religions

Cette document clef pour les historiens contemporains ne nous est parvenu que par un seul manuscrit connu et conservé à la bibliothèque nationale de France sous le numéro 1867. Selon une étude récente de Si Hamouda ben Cheikh el-Fakoun, et malgré les spéculations, il est peu probable qu'il existe d'une copie parmi la riche collection de manuscrits à Constantine, en Algérie.

HistoriqueModifier

La légende affirme qu'Ibn al-Qūṭiyya (« fils de la femme Goth ») descendait de Wittiza, dernier roi de l'alliance Wisigoths en Hispanie, par l'intermédiaire d'une petite-fille, Sara la Goth, qui se rendit à Damas et avait épousé 'Īsā ibn Muzāḥim, un client arabe du Xe calife Omeyyade Hisham. Sara et 'Īsā retournèrent ensuite en Al-Andalus. Ibn al-Qūṭiyya est né et grandit à Séville. Sa famille était sous le patronage de la tribu Qurayshi et son père était Cadi (juge) à Séville et Écija. Les Banu Hajjaj, également de Séville étaient des parents proches de sa famille et se prétendaient également descendant de la royauté wisigothique. Al-Faraḍī, son élève, composa une courte notice sur la vie de son maître pour son dictionnaire biographique, conservé dans un manuscrit médiéval tardif découvert à Tunis en 1887. Al-Faraḍī nous dit qu'Ibn al-Qūṭiyya étudia d'abord à Séville[1], puis à Cordoue[2]. Al-Faraḍī prévient que ses histoires furent écrites de mémoire, ne suivant ni le hadith ni le fiqh, et qu'il leur manquait des sources originales, des énoncés factuels et une vérification. Sous Sa'īd ibn Qāhir, il étudia, mémorisa et transmit le grand ouvrage de l'histoire connu sous le nom d' Al-Kāmil « Le Complet » du célèbre philologue bariyyan Al-Moubarred. Il mourut âgé à Cordoue[3].

L'histoire hautement anecdotique d'Al-Qūṭiyya est inhabituelle parmi les chroniques arabes. L'influence de son ascendance royale est probablement derrière sa défense des traités entre les conquérants arabes musulmans et l'aristocratie goth  — à la fois laïque et ecclésiastique  — qui les préserva sur leurs domaines. Al-Qūṭiyya conteste les critiques d'historiens tels que Rhazes, arguant que ces traités ont renforcé l'hégémonie islamique à un coût militaire minime. Il réfute l'affirmation selon laquelle les émirs Omeyyades de Cordoue ont reversé le cinquième ( quinto ou khums, un impôt) pour le calife de Damas . Son histoire raconte la légende du rôle joué par «les fils de Wittiza» à la Bataille du Guadalete.

ŒuvresModifier

  • Ta'rikh iftitāḥ al-Andalus [4] (تاريخ افتتاح الأندلس), «Histoire de la conquête d'al-Andalus»; trouvé dans le seul manuscrit existant : Bibliothèque nationale de France n ° 1867. Selon une étude récente, il est peu probable qu'il existente d'une copie parmi la riche collection de manuscrits à Constantine, en Algérie, de Si Hamouda ben Cheikh el-Fakoun, malgré les spéculations[5]
  • Kitāb Taṣārīf al-af'āl, (Livre sur la conjugaison des verbes)  — Le plus ancien manuscrit d'un dictionnaire arabe existant. [6]
  • Kitāb al-Maqṣūr wa 'l-Mamdūd («Livre sur l'Alif raccourci et étendu»).  — Ce titre est mentionné par al-Faraḍī mais aucune copie ne survit. [3]

RemarquesModifier

  1. Ses professeurs étaient : Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn al-Qarn, Ḥasan ibn ʿAbd Allāh al-Zabārī, Sa‘īd ibn Jābr, et ʿAlī ibn Abī Shība.
  2. Ses professeurs étaient: Tāhir ibn ‘Abd al-Azīz, Ibn Abī al-Walīd al-Arj, Muḥammad ibn ʿAbd al-Wahāb ibn Mughīth, Muḥammad ibn ʿUmar ibn Lubāba, ‘Umar ibn Ḥafṣ ibn Abī Tamīm, Aslam ibn ʿAbd al-ʿAzīz, Aḥmad ibn Jild, Muḥammad ibn Masūr, Muḥammad ibn ʿAbd al-Malik ibn Ayman, ‘Abd Allāh ibn Yūnis, Aḥmad ibn Bashīr ibn al-Aghbas, et Qasīm ibn Aṣbagh.
  3. a et b Bosch Vilá 1971, p. 848.
  4. Qūṭīyah (al-) 1868.
  5. (en) MUḤAMMAD ibn ʿUmar Ibn al-Qūṭīya Auteur du texte, Deux textes historiques sur al-Andalus., 1501–1600 (lire en ligne)
  6. Qūṭīyah (al-) 1894.

BibliographieModifier

Liens externesModifier