Ib Nørholm

compositeur, organiste et pédagogue
Ib Nørholm

Naissance
Søborg (Gladsaxe), Drapeau du Danemark Danemark
Décès (à 88 ans)
Activité principale Compositeur, organiste
Formation Académie royale danoise de musique

Ib Nørholm, né le à Søborg (banlieue de Gladsaxe) sur l'île de Seeland au Danemark et mort le [1], est un compositeur et organiste danois.

BiographieModifier

Ib Nørholm a étudié avec Vagn Holmboe à l'Académie royale danoise de musique, où il a plus tard enseigné (à partir de 1973) devenant professeur en 1981. Parmi les prix qu'il a reçus, figurent le Prix international Gaudeamus des compositeurs en 1964, le Prix Carl Nielsen en 1971, et il a été honoré du titre de chevalier en 1981.

Initialement, la musique de Nørholm était ancrée dans la tradition de celle de Carl Nielsen, comme en témoigne sa première symphonie (1956-58). Dans les années soixante, cependant, Nørholm a commencé à explorer les possibilités du sérialisme et des partitions graphiques, ayant été profondément impressionné par ses expériences de la musique de Karlheinz Stockhausen, Pierre Boulez et d'autres à l'ISCM à Cologne[2]. Plus tard, sa musique a adopté une approche plus économique, souvent caractérisée par le terme « nouvelle simplicité ».

Les compositions de Nørholm comprennent l'opéra The Young Park (1969-70), la symphonie n° 3 (1973), les sonates pour accordéon (1967) et pour guitare (1976), Idylles d'apocalypse pour orgue et orchestre (1980), la symphonie n° 5 Les Éléments (1980), Immanence pour flûte seule (1983), Aspects of Sand and Simplicity pour orchestre à cordes(1987), une fantaisie symphonique Hearing Andersen (1987), et l'œuvre pour chœur Sjaelfuld Sommer (1997). L'opéra Invitation til Skafottet (« Invitation à une décapitation ») (1965) a été commandé par la Danmarks Radio. En tout, Ib Nørholm a composé treize symphonies[2]. Sa deuxième symphonie, commandée par l'Orchestre symphonique national du Danemark, est sous-titrée Isola Bella, et la quatrième symphonie est sous-titrée Moderskabelsen. La première de sa douzième symphonie, Virkeligheder sur les textes de Thorkild Bjørnvig, Lene Henningsen et Inger Christensen, a eu lieu à Odense le .

En plus de ses activités en tant que compositeur, Ib Nørholm est critique musical et chef de chœurs.

Principales compositionsModifier

OrchestreModifier

  • Treize symphonies (1956–58, 1968–71, 1973, 1978–79, 1980–81, 1981, 1982, 1990, 1990, 1998, 2008, 2009, 2012-13)
  • Concerto pour violon et orchestre (1974)
  • Concerto pour violoncelle et orchestre (1989)

Musique de chambreModifier

  • Mosaic: Recitative Fragments, op. 15 (1959) pour flûte, violon, alto et violoncelle
  • Varianter, op. 19 (1959) pour violon et piano
  • Præludium til min vintermorgen (Prélude à mon matin d'hiver), op. 52 (1971) flûte, violon, alto, violoncelle et piano
  • Kontrast-Kontinuum, op. 70 (1977) pour quatuor de flûtes
  • Så at sige, op. 74 (1978) pour flûte et percussion
  • Essai prismatique, op. 77 (1979) pour violon, violoncelle et piano
  • Before Silence, op. 83 (1980) pour trio de flûtes
  • Den ortodokse drøm (Le rêve orthodoxe), op. 92 (1984) pour flûte, violoncelle et clavecin
  • Medusa's Shadow, op. 105 (1987) pour flûte, guitare, alto et violoncelle
  • Saxophone Quartet (1992)
  • Nu og Da (2000–01) pour voix et quatuor à cordes
  • Jubilate Deo in Primavere (2005) pour flûte, saxophone et percussion

ChantsModifier

3 chants, Op. 3b  :

  • N° 1 Critique Of Gold
  • N° 2 The Condemned Speak Of Their Country
  • N° 3 Pictures, Pictures, Pictures

Musique instrumentale en soloModifier

  • Sonate n° 1, op. 69 (1976) pour guitare
  • Turbulens-Laminar, op. 93 (1984) pour piano
  • Sonate n° 2, op. 110 (1989) pour guitare
  • A Song of Breath and Wings (2002) pour clarinette

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :