International Monohull Open Class Association

association qui gère la classe de monocoques de 60 pieds open
(Redirigé depuis IMOCA)

International Monohull Open Class Association
Logo IMOCA 2020.svg
Logo de l'association IMOCA et symbole de la classe depuis 2020.
Cadre
Sigle
IMOCAVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Organisation
Site web

L’International Monohull Open Class Association ou IMOCA est une association fondée en 1991 et membre reconnu de l’ISAF (International Sailing Federation) depuis 1998. Elle gère la classe de monocoques de 60 pieds open. Ces voiliers sont principalement destinés aux courses océaniques en solitaire ou en double, comme la Route du Rhum et le Vendée Globe et sont considérés comme étant parmi les plus rapides du monde.

Monocoque de la classe Open 60.

OrigineModifier

L'association IMOCA est née après le premier Vendée Globe avec le désir d'établir des règles de jauge pour les monocoques de 60 pieds. Ses membres fondateurs sont Isabelle Autissier, Christophe Auguin, Alain Gautier et Jean-Luc Van Den Heede. Cette association regroupe des coureurs, des organisateurs et des architectes concernés par la classe de voiliers de course au large. À l'origine, son but était de concevoir un voilier capable d'affronter un tour du monde sans escale piloté par un seul marin.

Cette association gère la classe Open 60'[1] reconnue classe internationale par World Sailing" (anciennement ISAF) en 1998, et participe aux règles des courses qui autorisent cette classe, comme le Vendée Globe, la Calais Round Britain Race, The Transat, la Route du Rhum, la Transat Jacques-Vabre, la Transat B to B, Barcelona World Race et la Fastnet.

Le président du conseil d'administration 2016 de l'IMOCA est Jean Kerhoas. Ce CA comprend entre autres membres Jean Le Cam, Vincent Riou, Armel Le Cléac'h, Jérémie Beyou, Marc Guillemot et le Britannique Alex Thomson.

Lors de l'assemblée générale du , le mandat de Jean Kerhoas n'est pas renouvelé. Il est remplacé par Antoine Mermod, Team Manager de l'équipe No Way Back (dont le bateau était skippé par Pieter Heerema lors du Vendée Globe 2016). Vincent Riou, Jean Le Cam et Luc Talbourdet, qui ont travaillé aux côtés de Jean Kerhoas durant 3 ans, souhaitent se retirer du conseil d'administration et les skippers Conrad Colman, Tanguy De Lamotte et Paul Meilhat sont élus, conduisant ainsi le conseil d'administration à être à la fois plus jeune et plus international. Alex Thomson, administrateur depuis 2009, est quant à lui réélu[2].

JaugeModifier

 
L'ancien Aquitaine Innovations, un plan Finot-Conq de 1996 (ici sous les couleurs de Cervin ENR en 2008), est assez caractéristique de la première génération des 60 pieds IMOCA : coque en « V ouvert », pont plat, petit rouf et cockpit fermé et minimaliste.

Les 60 pieds IMOCA, conçus pour être menés dans les mers du Sud par un homme seul ou un équipage réduit, sont caractérisés par une importante largeur. La jauge IMOCA 2013[3], légèrement amendée en 2014[4] définit entre autres les points suivants :

  • le bateau doit être un monocoque d'une longueur de coque maximale de 60 pieds (soit 18,29 mètres) et d'une longueur hors-tout (boute-dehors compris) maximale de 66 pieds (soit 20,12 mètres) ;
  • le maître-bau (largeur) doit être inférieur à 5,85 m (depuis ) ;
  • le tirant d'eau maximal est de 4,50 mètres (lège) ;
  • il doit y avoir cinq cloisons étanches ;
  • cinq appendices (généralement quille basculante, safrans et dérives asymétriques) sont autorisés ;
  • le moment de redressement maximal autorisé est de 32 tonne.mètre ;
  • le tirant d'air est limité à 29 mètres ;
  • la surface maximum de voiles n'est pas réglementée, seul leur nombre est limité à 10 en course jusqu'au , date à laquelle ce nombre passe à 9.

Circuit IMOCA Ocean MastersModifier

Les courses suivantes sont ou ont été au programme du circuit IMOCA, renommé depuis 2014 IMOCA Ocean Masters :

ExemplesModifier

Foncia, vainqueur du Vendée Globe 2008-2009, a pour caractéristiques :

  • longueur de coque, tirant d'eau et hauteur du mât au maximum de la jauge, quille mécano-soudée basculante ;
  • largeur : 5,85 mètres ;
  • déplacement (poids) : 8 500 kg ;
  • nombre de dérives : 2 dérives droites asymétriques;
  • surface de voiles au près : 300 m2 ;
  • surface de voiles au portant : 620 m2.


Macif, vainqueur du Vendée Globe 2012-2013, a pour caractéristiques :

  • longueur de coque, tirant d'eau et hauteur du mât au maximum de la jauge, quille mécano-soudée basculante ;
  • largeur : 5,70 mètres ;
  • déplacement (poids) : 7 700 kg ;
  • nombre de dérives : 2 dérives droites asymétriques;
  • surface de voiles au près : 340 m2 ;
  • surface de voiles au portant : 570 m2.

Banque populaire VIII, vainqueur du Vendée Globe 2016-2017, a pour caractéristiques :

  • longueur de coque, tirant d'eau et hauteur du mât au maximum de la jauge, quille mécano-soudée basculante ;
  • largeur : 5,80 mètres ;
  • déplacement (poids) : 6 500 kg ;
  • 2 foils à la place des dérives classiques;
  • surface de voiles au près : 300 m2 ;
  • surface de voiles au portant : 600 m2.


Charal, 1er foiler IMOCA de 2e génération (2018), a pour caractéristiques :

  • longueur de coque, tirant d'eau et hauteur du mât au maximum de la jauge, quille mécano-soudée basculante ;
  • largeur : 5,90 mètres ;
  • déplacement (poids) : 8 000 kg ;
  • 2 foils à la place des dérives classiques;
  • surface de voiles au près : 300 m2 ;
  • surface de voiles au portant : 500 m2.


Apivia, arrivé en tête du Vendée Globe 2020, classé deuxième après compensation en temps pour sauvetage

  • longueur de coque, tirant d'eau et hauteur du mât au maximum de la jauge, quille mécano-soudée basculante ;
  • largeur : 5,85 mètres ;
  • déplacement (poids) : 8 000 kg ;
  • 2 foils à la place des dérives classiques;
  • surface de voiles au près : 310 m2 ;
  • surface de voiles au portant : 540 m2.

Basé sur des plans de monocoques de course autour du monde Volvo Ocean Race de l'architecte Guillaume Verdier, ce monocoque est spécialement créé et conçu pour rivaliser avec les IMOCA concurrents de dernière génération favoris du Vendée Globe 2020-2021[6], avec des vitesses de plus de 30 nœuds dans les conditions les plus favorables et équipé entre autres de dispositifs électroniques d'évitement d'objet flottant non identifié (OFNI)[7]. Il exerce une certaine domination sur le plateau IMOCA entre sa mise é l'eau et la Route du Rhum 2022


VPLP Design, cabinet d'architecture navale

VPLP Design est créé en 1983 par Marc Van Peteghem et Vincent Lauriot-Prévost, cabinet d'architecture navale parmi les plus réputés de la course au large comme du monde de la Coupe de l'America[8]. En 2006, ils s'associent avec l'architecte naval Guillaume Verdier pour travailler principalement le concept des voiliers de classes Ultime et IMOCA comme les monocoques Virbac Paprec 3, détenteur en 2010 du record de distance à la voile en 24 heures lors de sa victoire à la Barcelona World Race 2010-2011, Macif de François Gabart.


Guillaume Verdier architecte naval

Guillaume Verdier est un architecte naval français [9]. Il a dessiné certains des monocoques de 60 pieds les plus performants depuis le début des années 2000, notamment en coopération avec le cabinet VPLP depuis 2006. Ensemble, ils conçoivent six des sept nouveaux 60 pieds IMOCA du Vendée Globe 2016-2017, puis en 2019, deux IMOCA pour le Vendée Globe 2020, Apivia skippé par Charlie Dalin et LinkedOut skippé par Thomas Ruyant. Guillaume Verdier a signé tous les bateaux qui ont terminé sur le podium de 3 éditions consécutives du Vendée Globe, à l'exception de Hugo Boss (3e du Vendée Globe 2012-2013). Il a signé 7 des 10 premiers bateaux du Vendée Globe 2020-2021.

Champions du monde IMOCAModifier

Le circuit IMOCA est annuellement ponctué par un championnat du monde. De 2001 à 2013, il est décerné annuellement. Depuis 2014, il porte le nom d'IMOCA Ocean Masters et est décerné tous les deux ans, à l'issue du Vendée Globe ou de la Barcelona World Race, les deux tours du monde du circuit.

PrésidentsModifier

LogosModifier

Notes et référencesModifier

  1. 60 pieds Open sur site Vendée Globe
  2. VENDEE GLOBE, « Actualités - Les décisions prises lors de l'assemblée générale de l’Imoca - Vendée Globe », Site Web Officiel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Règles 2013 IMOCA
  4. « Règles de Classe2015 IMOCA »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. Barcelona World Race
  6. « Imoca. Dalin : « Léger mais avec une carène puissante » [Vidéo] », sur Le Telegramme, (consulté le )
  7. « Apivia, la machine à gagner du havrais Charlie Dalin », sur www.bateaux.com (consulté en )
  8. Dominic Bourgeois, « Vendée Blog : les clés de l’architecture », sur Voiles et Voiliers, (consulté le )
  9. « Guillaume Verdier », sur Banque Populaire, la Banque de la Voile (consulté le )
  10. a et b « Roland Jourdain », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  11. a et b « Bernard Stamm », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  12. a et b « Mike Golding », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  13. « Jean Le Cam », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  14. « Marc Guillemot », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  15. « Armel Le Cléac'h », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  16. a et b « jean-Pierre Dick », sur imocaoceanmasters.com, IMOCA Ocean Masters (consulté le ).
  17. « Armel Le Cléac'h sacré champion IMOCA », sur imoca.org, IMOCA (consulté le )
  18. « https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/bateau/60-pieds/imoca/le-skipper-allemand-boris-herrmann-champion-du-monde-imoca-2018-2021-3494e55a-6a31-11eb-ad5f-6ed3ec1492f8 »
  19. « Dubois succède à Auguin », sur seasailsurf.com, (consulté le )
  20. Gilles Dréan, « Vendée Globe 2004 : Les Sables mouvants… », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  21. « Jacques Guilbaud élu nouveau président de l'IMOCA », Course au large,‎ (lire en ligne).
  22. « Dominique Wavre réélu président de l'IMOCA », sur vendeeglobe.org, (consulté le ).
  23. « Luc Talbourdet nouveau Président de l'IMOCA », sur vendeeglobe.org, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier



Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier