Ouvrir le menu principal

L'hypogonadisme est un défaut de l'appareil reproducteur résultant en une perte de fonction des gonades (ovaires ou testicules). Les gonades ont deux fonctions : produire des hormones (testostérone, estradiol, hormone antimullérienne, progestérone, inhibine B, activine) et produire des gamètes (ovules ou spermatozoïdes). Une déficience en hormones sexuelles peut entraîner des défauts du développement sexuel primaire ou secondaire, ou des effets de suppression (par exemple, ménopause prématurée) chez les adultes. Un développement défectueux des ovules ou du sperme peut entraîner une stérilité.


Sommaire

Classification des hypogonadismesModifier

Il y a divers types possibles d'hypogonadisme et diverses manières de les classifier.

Congénital ou acquisModifier

Par exemple, l'hypogonadisme peut être :

  • congénital (un état présent à la naissance) ; exemple : syndrome de Turner
  • acquis (un état qui se développe au cours de l'enfance ou de la vie adulte) ; exemple : castration.

CibleModifier

Les endocrinologues classent également l'hypogonadisme en fonction de la partie de l'appareil reproducteur qui est atteinte.

Primaire ou secondaireModifier

Un hypogonadisme dû à des défauts hypothalamiques ou hypophysaires est appelé hypogonadisme secondaire ou hypogonadisme central (par référence au système nerveux central). L'hypogonadisme dû à des défauts des gonades est traditionnellement appelé hypogonadisme primaire.

On mesure les gonadotrophines (LH et FSH) pour faire la distinction entre l'hypogonadisme primaire et hypogonadisme secondaire. En cas d'hypogonadisme primaire, la LH et/ou la FSH sont en général élevées, alors qu'en cas d'hypogonadisme secondaire, elles sont toutes deux normales ou abaissées.

DiagnosticModifier

Hypogonadisme clinique chez le mâleModifier

  • Absence de développement des organes sexuels
  • Absence de développement ou involution des signes sexuels secondaires males

Hypogonadisme clinique chez la femelleModifier

  • Absence de développement des organes sexuels
  • Absence de développement ou involution des signes sexuels secondaires femelles

Signes cliniques de l'étiologie responsable de l'hypogonadismeModifier

Étiologie:

L'hypogonadisme peut être dû à la consommation de végétaux.[réf. nécessaire]
Cela vient du Cadmium présent dans le sol où poussent les plantes consommées par le patient.

Confirmation biologiqueModifier

Dosage de gonadotrophines et hormones sexuelles.

Chez les mâles, un dosage de la prolactine, de la FSH, de la testostérone et de la LH sont nécessaires.

Si la testostérone (stimulée par la LH) est basse et que la LH est normale ou inférieure à la normale, il y a un dysfonctionnement au niveau de l'hypophyse (qui secrète la LH). Il y a donc anomalie, car ce qui devrait normalement se passer est une forte sécrétion de LH afin de faire augmenter le niveau de testostérone, pour ramener le tout à l'équilibre.

Un test de réponse de la LH par la Gnrh peut se faire auprès d'un médecin.

Si la testostérone est basse et que la LH est élevée, il y a un problème au niveau des testicules, qui ne produisent pas assez de testostérone malgré un niveau adéquat de LH. Le traitement consiste en des suppléments de testostérone. Attention, les chances de fertilité sont minces lors de prise de testostérone, car les testicules cesseront de fonctionner en raison d'une diminution de la demande de fabrication de testostérone et de spermatozoïdes par le fait même.

Un endocrinologue est de mise dans un dossier pareil.

TraitementModifier

Le traitement de l'hypogonadisme chez les mâles repose sur la prescription de testostérone, sans aucune contre-indication ou dans la stimulation médicamenteuse de la LH par l'hypophyse.