Hydroisomérisation

En chimie organique, l'hydroisomérisation est l'isomérisation d'alcanes par un intermédiaire alcène. Ce procédé est utilisé notamment dans le raffinage du pétrole ou pour fabriquer un carburant synthétique à partir du mélange d’hydrocarbures résultat du procédé Fischer-Tropsch.

Autre définitionModifier

Les auteurs Joeri F.M. Denayera, Johan A. Martensb, Pierre A. Jacobsb, Joris W. Thybautc, Guy B. Marinc, G.V. Barona démontre que lors de l'alkylation catalytique des oléfines sans alcènes dans des conditions très douce, (condition semblable à l'hydrotraitement à l’exception du catalyseur) une part de l'alimentation s'isomérise avant de se décomposer.

La réaction hydrocracage+hydroisomérisation s'écrit : C8H18(n) + H2 ==== C8H18(di ou tri branches)+C5+C4+C3 (catalyseur platine-zéolite)[1].

Il s'agit de résultats controversé car il a été démontré que les fragments ayant moins de 11 carbones ne s'isomérise plus[2].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Joeri F.M. Denayera, Johan A. Martensb, Pierre A. Jacobsb, Joris W. Thybautc, Guy B. Marinc, G.V. Barona, « Influence of the zeolite composition on the hydro-isomerisation and hydrocracking of alkanes on Pt/USY zeolites: modelling of the reaction kinetics using an adsorption–reaction approach », Applied Catalysis A: General, nos 246-1,‎ , p17-28 (lire en ligne)
  2. (en) J.A. Martens, P.A. Jacobs, J. Weitkamp, « Attempts to rationalize the distribution of hydrocracked products. I qualitative description of the primary hydrocracking modes of long chain paraffins in open zeolites », Appl. Catal., no 20,‎ , p. 239