Halocarbure

(Redirigé depuis Hydrocarbure halogéné)

Les halocarbures, halogénures organiques ou hydrocarbures halogénés sont les composés organiques comportant au moins une liaison covalente entre un atome de carbone et un atome d'halogène, c'est-à-dire de fluor, de chlore, de brome ou d'iode[1], formant ainsi respectivement les composés organofluorés, organochlorés, organobromés et organo-iodés. Ces composés sont extrêmement rares dans la nature, et sont donc essentiellement synthétiques. Les plus courants et les plus utilisés dans l’industrie sont les organochlorés, mais les autres halogénures organiques sont couramment utilisés en synthèse organique.

FamillesModifier

 
Exemples de composé organochlorés : 1-chloropropane (chloroalcane), 1-chloroprop-1-ène (chloroalcène), chlorobenzène (chlorure d'aryle) et le chlorure de propanoyle (chlorure d'acyle).

Outre la différenciation par type d'halogène, les halocarbures sont en général classés de la même façon que leurs analogues hydrocarbures donc il sont dérivés, en substituant un atome d'hydrogène par un d'halogène[2]. On compte ainsi parmi les familles d'halocarbures[3] :

Composés polysubstituésModifier

Pour les composés où un grand nombre voire tous les atomes d'hydrogène ont été substitués par des atomes d'halogène, on définit plusieurs familles :

ToxicitéModifier

Les chlorofluorocarbures contribuent à dégrader l'ozone stratosphérique. Ils sont responsables du « trou de la couche d'ozone ». Le protocole de Montréal (1987) a décidé l'interdiction progressive des chlorofluorocarbures.

Rôle de solvantModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bien que l'astate soit un halogène, il est tellement rare et instable qu'il n'est jamais pris en compte.
  2. Si pour des raisons de nomenclature ou commodité on considère les halocarbures comme étant les dérivés des hydrocarbures où un atome d'halogène se substitue à un d'hydrogène, ils ne sont pas nécessairement produits de la sorte.
  3. M. Rossberg et al., Chlorinated Hydrocarbons, dans Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry, 2006, Wiley-VCH, Weinheim, DOI:10.1002/14356007.a06_233.pub2.

Articles connexesModifier