Ouvrir le menu principal

Hyacinthe Viot-Olivier

homme politique français

BiographieModifier

Hyacinthe Viot est le fils de Nicolas Viot-Roze (1709-1783), colon à Saint-Domingue, négociant et Grand-Juge de Tours en 1771, et de Marie-Anne Roze (petite-fille de Jean Roze).

Négociant en soie, il se montre peu favorable aux idéaux révolutionnaires, mais devient néanmoins lieutenant-colonel de la garde nationale de Tours en remplacement de Joseph Cartier-Douineau[1]. Il est nommé administrateur de l'Hospice général en 1813.

Nommé adjoint au maire de Tours en janvier 1815, sous la Première Restauration, il cesse d'en occuper les fonctions au début des Cent-Jours et est destitué le 3 mai suivant. À la Seconde Restauration, il est maire de la ville de Tours de septembre 1815 à novembre 1821. Il est nommé membre du conseil du 1er arrondissement le 25 avril 1816.

Il préside la Société d'agriculture, arts, sciences et belles-lettres du département d'Indre-et-Loire de 1817 à 1824.

Il est décoré de la Légion d'honneur en mai 1821.

Notes et référencesModifier

  1. Béatrice Baumier, Tours entre Lumières et Révolution: Pouvoir municipal et métamorphoses d'une ville (1764-1792), Presses universitaires de Rennes, 2007

BibliographieModifier

Voir aussiModifier