Huseyn Djavid

écrivain azéri
Huseyn Javid
Huseyn Javid.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
Raïon de Tayshetsky (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Hüseyn CavidVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Джавид Эфэнди, Шекспир ВостокаVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Période d'activité
Père
Molla Abdulla Rasizadə (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Genres artistiques
signature de Huseyn Djavid
Signature

Huseyn Javid (en azéri : Hüseyn Abdulla oğlu Rasizadə) né le 24 octobre 1882 à Nakhitchevan et mort le 5 décembre 1941 au village de Shevtchenko, dans la région d’Irkoutsk, est un enseignant, poète et dramaturge azerbaïdjanais. Il est un représentant éminent du romantisme en Azerbaïdjan au début du 20e siècle[1].

BiographieModifier

Enfance et formationsModifier

Huseyn Rasizadeh étudie d’abord chez un molla, puis sur les conseils de l'éducateur de l'époque Kurbanali Sharifov en 1895, il quitte Mollahana et, sans rien dire à son père, entre à l'école de Mohammed Tagi Sidgi "Mektebi-terbie". Djavid rejoint Tabriz et entre dans une école religieuse - madrasah où il étudie les langues arabe et persane ainsi que la littérature classique d'Orient. Un an plus tard, en raison d'une maladie oculaire, il est contraint d'arrêter ses études; il retourne au Nakhitchevan, où il poursuit son parcours d'autodidacte. En 1905, Djavid part en Turquie et intègre la faculté de la littérature de l'Université d'Istanbul. Il y rencontre d'éminents écrivains et poètes turcs.

CarrièreModifier

En 1909, Djavid retourne dans son pays natal et enseigne pendant longtemps la langue azerbaïdjanaise et l'histoire de la littérature dans les écoles azerbaïdjanaises de Tiflis, Gandja et Nakhitchevan. En 1918, Djavid déménage à Bakou[2].

En 1926, Djavid se fait soigner en Allemagne, et vit à Berlin. Les impressions de son séjour en Europe occidentale se reflètent dans son grand poème "Azer", sur lequel le poète travaille entre 1926-1937.

Arrestation et condamnationModifier

Au printemps 1938, sous la nouvelle direction du NKVD d'Azerbaïdjan, Huseyn Djavid est accusé d'avoir des liens contre-révolutionnaires avec un certain nombre de "Musavatistes". Le 9 juin 1939, le poète est condamné à 8 ans de camp, mais sans accusation d'espionnage dans la sentence. Huseyn Djavid meurt en 1941.

MémoireModifier

  • Maison-musée de Huseyn Djavid créée à Nakhtchivan[3].
  • Mausolée de Djavid au-dessus de sa tombe.
  • Un bas-relief sur le mur du bâtiment de l'Institut des manuscrits de Bakou, dans lequel Huseyn Javid avait vécu en 1920-1937.
  • Monument à H.Djavid à Bakou par le sculpteur Omar Eldarov.
  • Timbre d'Azerbaïdjan consacré au 130e anniversaire de la naissance de Javid.

RéférencesModifier

  1. (az) « MUZEYİN NƏŞRLƏRİ », sur huseyncavid.az (consulté le ).
  2. (ru) « Гусейн Джавид: Творческий путь и схватка с собственной судьбой », sur azerhistory.com (consulté le ).
  3. (az) « Hüseyn Cavidin Ev Muzeyi », sur science.gov.az/ (consulté le )