Ouvrir le menu principal

Humanité (album)

album de Damien Saez, sorti en 2018
(Redirigé depuis Humanité (album de Saez))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Humanité (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour discographie, voir Discographie de Damien Saez.
#humanité

Album de Damien Saez
Sortie Drapeau de la France [1]
Enregistré 2018 à Bruxelles (Studio ICP)
Durée 1 h 01 min 30 s
Genre Rock
Rock français
Musique française
Format CD (1 disque, boîtier cristal)
Label cinq7, 16ART, Wagram

Albums de Damien Saez

Singles

  1. P'tite pute
    Sortie :
  2. La belle au bois[2]
    Sortie :

#humanité est le onzième album studio de Damien Saez, sorti le [1]. Il s'agit d'un simple album successeur de Lulu, paru le . Il s'agit aussi du troisième album du Le Manifeste après L'Oiseau Liberté en et Lulu en mars 2017. Le premier extrait de l'album, intitulé P'tite pute, paraît le et suscite la polémique.

Histoire de l'albumModifier

Deux albums sont annoncés en août 2016 pour l'automne de la même année. Le premier, L'Oiseau Liberté, composé de deux disques, en décembre 2016 et Lulu, annoncé le 12 février 2017 comme un triple album.

L'album est confirmé le 24 février 2017 sur l'application officielle de l'artiste, Requiem. Le nom et la date officielle de sortie de l'album sont annoncés le 13 septembre 2018 avec l'annonce d'un second album, À Dieu[3], pour février 2019. La sortie de #humanité est repoussée d'une semaine le 24 octobre[4].

Les titres de l'album sont dévoilés le 17 novembre 2018. Le premier single, P'tite pute, est publié sur culturecontreculture.fr le 19 novembre. Rapidement, dans les jours qui suivent, le morceau fait largement parler de lui au-delà de la sphère habituelle de l'artiste pour faire scandale dans de nombreux médias et sur les réseaux sociaux, notamment Twitter.

L'albumModifier

La pochette et le titreModifier

La pochette est dévoilée le sur les réseaux sociaux. Elle a été réalisée par Mathieu Morel[5]. Elle représente une femme blonde, maquillée, vêtue de cuir noir, seins apparents et portant un pendentif orné d’une croix chrétienne. Il s'agit d'Ana Moreau, personnage récurrent dans le projet du manifeste depuis 2016, notamment dans les tableaux cinématographiques. Cette femme pointe un revolver sur sa tempe de la main droite en se prenant en photo avec un smartphone de l’autre main. La main manucurée d’une seconde femme pointe un autre revolver à l’arrière de sa tête, dans la pénombre. Le fond de l’image est noir, la seule source lumineuse émane de l’écran de l’appareil. Le titre de l’album #humanité est inscrit en blanc, centré en haut de la photo[6].

Le titre se compose du mot « humanité » précédé du symbole « # ». Ce symbole renvoie directement au vocabulaire des réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram qui l'utilisent abondamment pour référencer leurs publications. Ce titre fait donc directement référence à ces réseaux que Damien Saez dénonce explicitement dans son album avec les morceaux P'tite pute et Elle aimait se faire liker notamment. Par ce titre, l'artiste présente cette dichotomie avec ces deux notions qu'il oppose radicalement : l'humanisme, qu'il défini dans le morceaux L'humaniste en 2016 et les réseaux sociaux qu'il déteste et qui sont synonymes de décadence selon lui, dans Peuple Manifestant par exemple en 2017.

SonoritésModifier

L'album arbore une musicalité très rock sombre. De nouvelles sonorités sont présentes dès le premier morceau, Humanité, avec des violons. Le pont rappelle l'ambiance musicale de l'album Debbie (2004). D'autres morceaux sonnent plus électro comme notamment La belle au bois ou P'tite pute, un morceau rock aux guitares lourdes et aux textes cinglants rappelant musicalement Miami ou J'accuse[7]. Les guerres des mondes rappelle quant à elle une musicalité à la The Doors[8].

ThèmesModifier

Dans cet album, Saez dénonce principalement les réseaux sociaux et la dévire de la société liée à cela[9]. Le morceau P'tite pute dénonce un monde à deux vitesses. D'une part une jet-set richissime et hyper-connectée qui méprise et exploite le « peuple de prolo » pour se faire de l'argent : « …Je trinque au Don Pé' que je me suis fait sur ta gueule… », faisant de l'humanitaire pour leur propre image publique. D'autre part un peuple qui se fait manipuler par cette classe sociale supposée supérieure qu'il convoite et admire[10]. Il dénonce également le mépris que l'on porte à la pauvreté tandis que l'on vit de superficialité sur les réseaux sociaux : « Le monde crève sans abri, des tentes sur les trottoirs, toi tu prends des selfies à la larme au regard… », le fait que la population actuelle porte plus d'attention aux célébrités et leur vie surexposées médiatiquement qu'à la pauvreté et aux catastrophes climatiques. Cette dichotomie est à elle-même résumée dans le titre avec « # » et « humanité » associés l’un à l’autre.

Le thème global est la mondialisation et des dérives néfastes sous-jacentes. Il traite le sujet par le prisme de nombreux autres thèmes découlant de cette mondialisation comme les réseaux sociaux, la surconsommation, le dérèglement climatique, la superficialité sur internet et la pauvreté de la culture qui en émerge, engendrant selon lui la décadence qu'il dénonce[11]. Il dénonce les personnes, hommes comme femmes qui se vendent comme des produits de consommations consciemment ou non sur les réseaux comme Instagram, et l'ensemble des médias[12]. Il qualifie ces derniers de « putes », « putains de collabo » ou encore de « michto »[13]. Cela participe selon lui à appauvrissement de la culture comme il le chantait dans l'album précédent, dans le morceau Peuple Manifestant. Il fait allusion notamment à la célébrité de la télé-réalité Nabilla Benattia dès le début du morceau, « […] je suis la reine des shampoings, la reine des accessoires […] ».

Un thème récurrent chez Saez est également présent : la drogue. Il y fait référence à plusieurs reprises notamment dans La belle au bois et Amour Criminel et L'attentat. Il évoque les drogues de synthèse actuellement prisées par la jeunesse comme la MDMA (ecstasy), la cocaïne et la kétamine.

TitresModifier

Toutes les chansons sont écrites et composées par Damien Saez.

No Titre Durée
1. Humanité 7:28
2. Les guerres des mondes 7:23
3. La mort 7:00
4. J'envoie 5:04
5. P'tite pute 4:27
6. La belle au bois 5:13
7. Amour criminel 4:32
8. Elle aimait se faire liker 3:47
9. L'attentat 4:45
10. Burqa 3:31
11. Ma religieuse 7:35
1:01:30

Critiques et controversesModifier

P'tite pute, premier extraitModifier

Dès sa sortie sur Internet le , P'tite pute, le premier extrait de l’album est reçu négativement par la presse et fait parler de lui sur la toile[14],[15]. De nombreux médias français divers s'emparent de l'affaire comme Paris Match, LCI, Le Parisien, Le Figaro et BFM TVetc. Ils l'accusent notamment de misogynie[16],[17],[18] et de sexisme[19] et qualifient les paroles de nocives[20]. Tandis que certains soulignent la critique des réseaux sociaux à la base du texte[11],[21],[22], d'autres le qualifient de « vieux réac »[23], soutenant que cette critique des réseaux sociaux et des « influenceuses »[24],[25] ne justifie pas ce discours misogyne[26],[27]. Cette polémique lui vaudra une place en top tendance Twitter le . Certains y voient une provocation comme pouvait en faire preuve Serge Gainsbourg[18] en son temps.

La Belgique s'empare également du sujet. La chaîne de télévision belge La Deux[28] ou le journal Soir Mag[29] s'indignent des mêmes propos tenus par l'artiste.

Musicalement, plusieurs sources évoquent une copie du tube Un homme pressé de Noir Désir[26].

L'albumModifier

JHM en fait une critique très positive en vantant les qualités musicales et les richesses des textes[8]. Musically Yours en fait également une critique positive en déclarant un album fidèle et représentatif de l’artiste à la fois provocateur et rock[30] contrairement à l'avis négatif du média Konbini, dont le titre de l’article est explicite, qui ne relève rien de positif si ce n'est qu'un talent d’écriture de texte et musicale bien construites mais déplore le non sens des paroles et des thèmes abordés[31].

ChartsModifier

#humanité se classe premier des ventes d'album sur iTunes dès le jour de sa sortie[32] et dixième dans les charts françaises la première semaine[33].

Affiche détournée et retouchée dans le métro parisienModifier

Comme à son habitude, les affiches des album de Saez sont censurées de manière récurrente dans le métro parisien. En 2010, le réseau ferré interdit la photo J'accuse de Jean-Baptiste Mondino, représentant une femme nue dans un caddie[34]. En 2013, même chose avec l'affiche de Miami qui est retirée des couloirs[35]. En 2018, la RATP ne censure pas l’affiche totalement mais recadre l'image de façon à masquer les éléments importants de la photo à savoir le revolver, les seins nus et le pendentif en croix, dans le but de rendre l'image présentable dans le métro mais en détruisant son message initial. Le revolver est même retouché afin de ne plus apparaître dans le cadrage.

MusiciensModifier

  • Damien Saez : guitare, chant, piano
  • Franck Phan : guitare, percussions, orchestration, cabassa, clavier, programmation, omnichord
  • James Eller : basse
  • Denis Benarrosh : percussions, batterie
  • Nicolas Stevens : orchestration
  • Mark Steylaerts : chef d'orchestre
  • MC 16 : clavier talk box, clavier
  • Geoff Dugmore : batterie, percussions
  • Maxime Garoute : batterie
  • Théo Cholbi : batterie

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. a et b http://www.culturecontreculture.fr/
  2. http://www.chartsinfrance.net/Saez/news-108922.html
  3. Julien, « [SAEZ] Il sort de sa grotte. HUMANITÉ. A DIEU. Deux nouveaux albums ? - Un humain dans la masse ! », Un humain dans la masse !, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2018)
  4. « Damien Saez annonce deux nouveaux albums ! - MusiK Please », MusiK Please,‎ (lire en ligne, consulté le 22 novembre 2018)
  5. livret album
  6. « Damien Saez : son prochain disque arrive bientôt », OÜI FM, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2018)
  7. « Damien Saez lève le voile sur son #humanité - MusiK Please », MusiK Please,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  8. a et b « #Humanité flamboyante - JHM Musique », JHM Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)
  9. http://musique.jhm-blogs.fr/humanite-flamboyante/
  10. « Saez signera son grand retour dans les bacs le 30 novembre », sur jambonburst.com (consulté le 27 novembre 2018)
  11. a et b « P'tite pute : Saez dénonce les réseaux sociaux dans son nouveau titre », sur Charts in France (consulté le 21 novembre 2018).
  12. « Damien Saez : son prochain disque arrive bientôt », sur OÜI FM (consulté le 13 mars 2019)
  13. « "P'tite pute" : Saez dénonce les réseaux sociaux dans son nouveau titre », sur chartsinfrance.net (consulté le 27 novembre 2018)
  14. « Dans sa nouvelle chanson P'tite Pute, Damien Saez s'attaque à Instagram et aux influenceuses », sur BFM TV (consulté le 21 novembre 2018)
  15. « Damien Saez lève le voile sur son #humanité », sur MusiK Please, (consulté le 22 novembre 2018).
  16. « P'tite pute : le dernier single de Damien Saez accusé de misogynie », sur Le Parisien, (consulté le 21 novembre 2018).
  17. « Damien Saez sort P'tite Pute, car c'est tellement subversif la misogynie », sur Madmoizelle.com, (consulté le 21 novembre 2018).
  18. a et b « Dans son nouveau titre, Damien Saez rhabille les instagrameuses pour l'hiver », sur Le Figaro, (consulté le 23 novembre 2018).
  19. « P'tite Pute : ce titre de Damien Saez sur les influenceuses qui fait déjà scandale ! », sur letribunaldunet.fr (consulté le 23 novembre 2018).
  20. « Slut-shaming : Damien Saez revient avec le morceau P'tite pute, concentré de misogynie », sur Paris Match, (consulté le 24 novembre 2018).
  21. « « C'est le truc le plus misogyne que j'ai entendu » : Damien Saez va-t-il trop loin avec son single P'tite Pute ? », sur LCI (consulté le 22 novembre 2018).
  22. « P'tite Pute : ce titre de Damien Saez sur les influenceuses qui fait déjà scandale ! », sur letribunaldunet.fr (consulté le 24 novembre 2018).
  23. « Faut-il parler de la dernière chanson de Damien Saez ? », sur Vice, (consulté le 23 novembre 2018).
  24. https://www.ladn.eu/media-mutants/damien-saez-apres-le-journaliste-putaclic-lartiste-putaclash/
  25. « Damien Saez s'attaque aux instagrameuses dans P'tite pute (et c'est atroce) », sur GQ France (consulté le 22 novembre 2018).
  26. a et b « Damien Saez sort le single P'tite pute : consternés, les internautes se payent le chanteur (REVUE DE TWEETS) », sur programme-tv.net, (consulté le 21 novembre 2018).
  27. « Les influenceuses, bien pire que jeunes et connes, pour Damien Saez », sur Marie Claire (consulté le 23 novembre 2018).
  28. « 20:02 (151/201) - 22/11/2018 » (consulté le 24 novembre 2018).
  29. « Damien Saez accusé de sexisme après la sortie de sa nouvelle chanson sur les influenceuses (vidéo) », sur Soirmag (consulté le 24 novembre 2018).
  30. https://musically-yours.net/2018/11/30/damien-saez-enfant-illegitime/
  31. « J’ai écouté le nouvel album de Saez et j’ai vomi mon kebab », Konbini France - all pop everything, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  32. « iTunesCharts.net: '#Humanité' by Saez (French Albums iTunes Chart) », sur www.itunescharts.net (consulté le 13 décembre 2018)
  33. « Saez - #humanité », sur Charts in France (consulté le 9 décembre 2018).
  34. « Damien Saez dénonce la censure de son affiche dans le métro », sur Les Inrocks (consulté le 5 décembre 2018)
  35. « Saez censuré une nouvelle fois par la RATP pour l'affiche de son album "Miami" », sur RTL.fr (consulté le 5 décembre 2018)