Ouvrir le menu principal

Huitième circonscription des Bouches-du-Rhône

circonscription législative française
Huitième circonscription des
Bouches-du-Rhône
Carte de la circonscription
Département Bouches-du-Rhône
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Député Jean-Marc Zulesi
Parti politique La République En Marche !
Population 129 316 (2014)
Création 1958
Redécoupage 1986
2010
Étendue territoriale Canton de Berre-l'Etang
2 com. du Canton de Salon-2
3 com. du canton de Pélissanne

La huitième circonscription des Bouches-du-Rhône est une division territoriale françaises dans lesquelles est élu un député de l'Assemblée nationale.

Créé en 1958, elle regroupe alors les 12e arrondissement et 13e arrondissement de Marseille, ainsi qu'une partie du 4e arrondissement et les cantons de Plan-de-Cucques et de Roquevaire. En 1986, elle est redécoupée et se retrouve à cheval sur les 11e arrondissement, 12e arrondissement et 13e arrondissement de Marseille. Lors du redécoupage de 2010, cette circonscription quitte la ville de Marseille pour regrouper les communes du canton de Berre-l'Etang, deux communes du Canton de Salon-de-Provence-2 et trois communes du canton de Pélissanne.

Elle est aujourd'hui représentée à l'Assemblée nationale française lors de la XVe et actuelle législature, par Jean-Marc Zulesi, député La République En Marche ! qui a succédé à Jean-Pierre Maggi, le maire de Velaux.

Description géographique et démographiqueModifier

1958-1986Modifier

Entre 1958 et 1986, la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône était située sur les territoires suivant[1] :

1986-2012Modifier

 
La huitième circonscription entre 1986 et 2012.

Entre 1986 et 2012, la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône était située dans les quartiers nord et est de la ville de Marseille et couvrait plus précisément :

  • une partie du 11e arrondissement située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : avenue William-Booth (à partir de la limite du 12e arrondissement), avenue Bernard-Lecache, boulevard de la Pomme, avenue Emmanuel-Allard, avenue du Docteur-Heckel, boulevard de la Valbarelle, avenue de Montélimar, avenue de Tarascon, avenue du Pontet, chemin de la Valbarelle à Saint-Marcel, traverse des Pionniers, par l'axe du canal de Marseille, par l'axe des voies ci-après : boulevard des Olivettes, boulevard du Parasol, boulevard du Plateau et traverse de la Haute-Granière, et par une ligne droite tracée dans le prolongement de la traverse de la Haute-Granière jusqu'à la limite du 10e arrondissement ;
  • une partie du 12e arrondissement située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : chemin de la Parette à partir de la limite du 11e arrondissement, impasse Gaston-de-Flotte et son prolongement piétonnier (ancienne traverse Gaston-de-Flotte) jusqu'à l'avenue Van-Gogh, avenue de la Fourragère, avenue des Caillols, avenue de la Figonne, traverse de Courtrai, traverse du Fort-Fouque, avenue du 24-avril-1915, rue Pierre-Béranger, traverse des Massaliottes, chemin des Sables, rue de Charleroi, boulevard des Fauvettes, boulevard Pinatel, chemin des Amaryllis, rue Charles-Kaddouz jusqu'à la limite du 13e arrondissement ;
  • une partie du 13e arrondissement située à l'est d'une ligne définie par l'axe des voies ci-après : avenue du Merlan à la Rose (à partir de la limite du 14e arrondissement), boulevard Laveran, rue de Marathon, boulevard Bouge, boulevard Gémy, boulevard Barry, impasse Merle et son prolongement jusqu'à la limite du 12e arrondissement.

La population au sein de cette circonscription avant sa disparition en 2012 était estimée à 131 843 habitants.

Depuis 2012Modifier

Lors du redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010, la géographie de la circonscription a complètement changé puisqu'elle s'étend alors sur les communes du canton de Berre-l'Etang, du canton de Salon-de-Provence et du canton de Pélissanne. Mais en 2014, c'est au tour des cantons d'être redécoupé, ce qui à pour conséquence de ne plus avoir de superposition parfaite entre cantons et circonscriptions. Ainsi, malgré le fait qu'elles appartiennent plus forcément au même canton, la circonscription est composée des communes ci-dessous.

Liste des communes de la circonscription
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Aurons 13008 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 533 (2014)
Berre-l'Étang 13014 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 13 483 (2016)
Cornillon-Confoux 13029 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 1 370 (2014)
Coudoux 13118 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 3 564 (2014)
Grans 13044 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 4 457 (2014)
La Barben 13009 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 798 (2014)
La Fare-les-Oliviers 13037 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 8 039 (2014)
Lançon-Provence 13051 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 8 738 (2014)
Pélissanne 13069 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 10 217 (2016)
Rognac 13081 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 12 016 (2016)
Saint-Chamas 13092 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 8 186 (2014)
Salon-de-Provence 13103 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 45 574 (2016)
Velaux 13112 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 8 949 (2014)
Ventabren 13114 Métropole d'Aix-Marseille-Provence 5 067 (2014)

La population légale au sein de cette circonscription en 2014 était estimée à 129 316 habitants.

Description historique et politiqueModifier

C'est l'ordonnance du 13 octobre 1958 relative à l'élection des députés à l'Assemblée nationale qui créé la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône lors du découpage du département en onze circonscriptions électorales[1].

Les élections législatives de 1986 se déroulent au scrutin proportionnel à un seul tour par listes départementales[2]. Le nombre de sièges des Bouches-du-Rhône est alors porté de onze à seize[3]. Toutefois, dès 1986, le retour au scrutin uninominal majoritaire à deux tours est adopté[4]. Le nombre de sièges des Bouches-du-Rhône est alors maintenu à seize[5],[6], selon un nouveau découpage électoral qui prévoit huit circonscriptions pour Marseille et huit pour le reste du département. La huitième circonscription voit alors son territoire modifié en se concentrant uniquement sur la préfecture du département.

Enfin, le dernier découpage a été effectué en 2010 et est entrée en vigueur en 2012. Par rapport au découpage précédent, le nombre de circonscriptions n'a pas été modifié mais seulement sept circonscriptions sont désormais situées à Marseille et neuf dans le reste du département[7]. C'est pour cette raison que la huitième circonscription quitte la ville de Marseille à cette occasion, pour se retrouver principalement sur l'ouest du territoire de l'ancienne 11e circonscription.

Historique des résultatsModifier

Députés de la circonscription élus à l'Assemblée nationale pour les législatures de la Ve République v · d · m )
Législature Début de mandat Fin de mandat Député Parti politique Observations

Ire Pascal Marchetti UNR Mandat écourté à la suite d'une dissolution parlementaire décidée par Charles de Gaulle.
IIe Jean Masse SFIO Conseiller général du canton de Marseille-Nord-Est.
IIIe Jean Masse FDGS Conseiller général du canton de Marseille-Nord-Est.
Mandat écourté à la suite d'une dissolution parlementaire décidée par Charles de Gaulle.
IVe Jean Masse FDGS Conseiller général du canton de Marseille-Nord-Est.
Ve Jean Masse PSRG Conseiller général du canton de Marseille-Nord-Est.
VIe Marcel Tassy PCF Conseiller général du canton de Marseille-Saint-Just.
Mandat écourté à la suite d'une dissolution parlementaire décidée par François Mitterrand.
VIIe Marius Masse PS
IXe Marius Masse PS
Xe Marius Masse PS Mandat écourté à la suite d'une dissolution parlementaire décidée par Jacques Chirac.
XIe Marius Masse PS
XIIe Christophe Masse PS Conseiller général du Canton de Marseille-Les Trois Lucs.
XIIIe Valérie Boyer UMP Adjointe au Maire de Marseille.
XIVe Olivier Ferrand
Jean-Pierre Maggi
PS Décédé le seulement 10 jours après le début de son mandat.
Maire de Velaux.
XVe Jean-Marc Zulesi LREM

Élections législatives de 1958Modifier

Élections législatives de 1962Modifier

Élections législatives de 1967Modifier

Élections législatives de 1968Modifier

Élections législatives de 1973Modifier

Élections législatives de 1978Modifier

Élections législatives de 1981Modifier

Les élections législatives françaises de 1981 ont lieu les dimanches 14 et 21 juin 1981. Le député sortant est Marcel Tassy qui se présente à sa propre succession. Fait rarissime lors de cette élection, aucun candidat ne se présente au second tour face au candidat ayant terminé à la première place lors du premier tour.

Élu(e)
Parti Nom 1er tour 2e tour
PS Marius Masse 37,64 % 100,00 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
PCF Marcel Tassy 28,24 %
UDF Jean Chélini 17,28 %
RPR Pierre Payan 14,18 %
FN Guy Pantaleo 1,40 %
SE Edmond Garcin 1,00 %
SE Coquin 0,26 %

Le taux d'abstention est de 36,62 % au premier tour et de 58,34 % au second[8].

Élections législatives de 1986Modifier

Les élections législatives françaises de 1986 ont lieu le dimanche 16 mars 1986. Ces élections marquent un tournant dans l'histoire de la Ve République. En effet, pour la première fois sous la Cinquième République, elles se sont déroulées intégralement au scrutin proportionnel (listes départementales) à un seul tour[9].

Partis
politiques
Scores Sièges Elus
Circonscription Département
PS 27,17 % 25,85 % 5 Gaston Defferre
Michel Pezet
Philippe Sanmarco
Jacques Siffre
Michel Vauzelle
FN 25,57 % 22,53 % 4 Pascal Arrighi
Gabriel Domenech
Ronald Perdomo
Jean Roussel
UDF 20,30 % 21,64 % 4 Roland Blum
Jean-Claude Gaudin
Jean-Pierre de Peretti
Jean Roatta
PCF 15,23 % 14,47 % 2 Guy Hermier
Vincent Porelli
RPR 7,14 % 9,48 % 1 Maurice Toga
SE 2,38 % 3,38 % 0
SE 1,15 % 1,59 % 0
SE 1,07 % 1,05 % 0

Le taux d'abstention est de 29,02 % dans la circonscription[10].

Élections législatives de 1988Modifier

Les élections législatives françaises de 1988 ont lieu les dimanches 5 et 12 juin 1988.

Élu(e) Battu(e) (seconde place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
PS Marius Masse 28,88 % 56,43 % FN Jean-Marie Le Pen 28,18 % 43,57 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
RPR Raymond Gola 14,53 %
PCF Marcel Tassy 14,27 %
SE Samuel Johsua 0,76 %
SE Gerard Touati 0,59 %
SE Saada Namane 0,26 %

Le taux d'abstention est de 37,50 % au premier tour et de 29,01 % au second[11].

Élections législatives de 1993Modifier

Les élections législatives françaises de 1993 ont lieu les dimanches 21 et 28 mars 1993. Le député sortant est Marius Masse qui se présente à sa propre succession.

Élu(e) Battu(e) (seconde place) Battu(e) (troisième place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
PS Marius Masse 22,74 % 41,45 % RPR Pierre Chevalier 27,28 % 35,54 % FN Yvon Claire 25,19 % 23,01 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
PCF Rudy Vigier 12,51 %
GE Pierre Aplincourt 7,04 %
LNE Fabienne Scheibling 3,38 %
LO Claudine Rodinson 1,52 %
PLN Patrick Coulon 0,34 %

Le taux d'abstention est de 41,16 % au premier tour et de 36,69 % au second[12].

Élections législatives de 1997Modifier

Les élections législatives françaises de 1997 ont lieu les dimanches 25 mai et 1er juin 1997. Le député sortant est Marius Masse qui se présente à sa propre succession.

Élu(e) Battu(e) (seconde place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
PS Marius Masse 28,88 % 59,06 % FN Yvon Claire 28,18 % 40,94 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
RPR Maurice Talazac 20,60 %
PCF Rudy Vigier 13,34 %
LO Claudine Rodinson 2,54 %
GE Alain Boyer 1,90 %
SE Christine Bouard 1,46 %
SE Fabienne Scheibling 1,39 %
SE Henri De Matos 0,83 %
PT Jeanne Calderon 0,72 %
SE Bernard Bocchino 0,16 %

Le taux d'abstention est de 38,07 % au premier tour et de 32,97 % au second[13].

Élections législatives de 2002Modifier

Les élections législatives françaises de 2002 ont lieu les dimanches 9 et 16 juin 2002.

Élu(e) Battu(e) (seconde place) Battu(e) (troisième place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
PS Christophe Masse 35,66 % 44,56 % UDF Jacques Rocca Serra 26,81 % 36,84 % FN Stéphane Durbec 21,09 % 18,60 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
SE Alain Persia 3,75 %
MNR Yvon Claire 3,08 %
SE Henri Cougourdan 1,56 %
LCR Therese Cristo Di 1,33 %
SE Fabienne Scheibling 1,20 %
CPNT Lucien Morini 1,10 %
PR Maurice Pruneta 1,01 %
LO Patrick Grenier 0,96 %
SE Philippe Scotto Di Vettimo 0,73 %
SE Abel Djerari 0,46 %
SE Robert Papazian 0,41 %
SE Jean-Marie Tribout 0,30 %
SE Chantal Olivier 0,26 %
SE Chahrnaz Hechmati 0,21 %
SE Jose Irles Marcos 0,07 %
SE Laure Faudin 0,00 %

Le taux d'abstention est de 37,94 % au premier tour et de 42,35 % au second[14].

Élections législatives de 2007Modifier

Les élections législatives françaises de 2007 ont lieu les dimanches 10 et 17 juin 2007. Le député sortant est Christophe Masse qui se présente à sa propre succession.

Élu(e) Battu(e) (seconde place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
UMP Valérie Boyer 41,16 % 50,24 % PS Christophe Masse 33,25 % 49,76 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
FN Stéphane Durbec 8,05 %
UDF-MoDem Sonia Arzano 5,16 %
PCF Michèle Ledesma 3,54 %
LCR Jean Marie Battini 2,23 %
Les Verts Bruno Cocaign 1,19 %
MPF Francis Belotti 1,18 %
NE Denise Picq 1,03 %
UDR Olga Dhamelincourt-Pibarot 0,65 %
GE Françoise Latour 0,60 %
MNR Gérard Fleury 0,59 %
LO Patrick Grenier 0,55 %
SE Abel Djerari 0,52 %
LFA Elisabeth Harmitt 0,31 %
RIC Emmanuelle Barreyre 0,00 %

Le taux d'abstention est de 43,28 % au premier tour et de 42,74 % au second[15].

Élections législatives de 2012Modifier

Les élections législatives françaises de 2012 ont lieu les dimanches 10 et 17 juin 2012.

Élu(e) Battu(e) (seconde place) Battu(e) (troisième place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
PS-EÉLV Olivier Ferrand 31,55 % 40,48 % UMP Nicolas Isnard 32,60 % 39,91 % FN Gérald Gérin 21,97 % 19,61 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
FG Hélène Le Cacheux 5,76 %
MoDem Claude Cortesi 2,67 %
EXD Jean-Yves Pied 1,13 %
PRG diss. Rosa Alba Silvestri 1,08 %
Le Trèfle Jean Frizzi 0,92 %
DLR Jean-François Dorbeaux 0,60 %
AC Hakim Hallalen 0,48 %
MNR José-Ramon Guardia 0,42 %
SE Denis Vial 0,37 %
RP&S Antonia Luciani Garcia 0,25 %
LO Frédéric Kechra 0,23 %

Le taux d'abstention est de 41,25 % au premier tour et de 39,85 % au second[16].

Élections législatives de 2017Modifier

Les élections législatives françaises de 2017 ont lieu les dimanches 11 et 18 juin 2017.

Élu(e) Battu(e) (seconde place)
Parti Nom 1er tour 2e tour Parti Nom 1er tour 2e tour
LREM Jean-Marc Zulesi 34,24 % 58,68 % FN Antoine Baudino 23,85 % 41,32 %
Autres candidats
Parti Nom 1er tour
LR-UDI Sandra Dalbin 15,26 %
FI Nadia Graindorge 11,02 %
PS Clément Acar 2,60 %
EÉLV Mathieu Saintagne 2,22 %
DLF Christiane Pujol 2,15 %
PCF Michel Frate 2,01 %
MEI-Le Trèfle-MHAN Michel Cantinol 1,45 %
AGIR Khaled Beghouach 1,19 %
PP Ange Tinelli 0,79 %
UPR Christian Péri 0,70 %
PRG Véronique Assiouras 0,70 %
PA Geneviève Monténéro 0,54 %
Mouvement 100 % Jérôme Ravenet 0,48 %
Lutte ouvrière Rémy Bazzali 0,44 %
PCD Jean-Marie Mure-Ravaud 0,34 %

Le taux d'abstention est de 52,74 % au premier tour et de 58,19 % au second[17].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Composition des circonscriptions des Bouches-du-Rhône, Journal officiel de la République française, 14 octobre 1958, p. 9363.
  2. Loi organique no 85-688 modifiant le code électoral et relative à l'élection des députés, Journal officiel de la République française, 10 juillet 1985, p. 7800.
  3. Annexe no 1 à la loi organique no 85-690 modifiant le code électoral et relation à l'élection des députés, Journal officiel de la République française, 10 juillet 1985, p. 7803.
  4. Loi no 86-825 relative à l'élection des députés et autorisant le gouvernement à délimiter par ordonnance les circonscriptions électorales, Journal officiel de la République française, 12 juillet 1986, p. 8701.
  5. Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, , 840 p. (ISBN 2-600-00065-8), p. 151
  6. Loi no 86-1197 relative à la délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés, Journal officiel de la République française, 25 novembre 1986, p. 14173.
  7. Ordonnance no 2009-935 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés, Journal officiel de la République française, 29 juillet 2009, p. 12752.
  8. « Résultats des élections législatives de 1981 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  9. « En 1986, la proportionnelle avait profité au FN », Le Figaro, 20 février 2012.
  10. « Résultats des élections législatives de 1986 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  11. « Résultats des élections législatives de 1988 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  12. « Résultats des élections législatives de 1993 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  13. « Résultats des élections législatives de 1997 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  14. « Résultats des élections législatives de 2002 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  15. « Résultats des élections législatives de 2007 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  16. « Résultats des élections législatives de 2012 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »
  17. « Résultats des élections législatives de 2017 (source AFP) Marseille (8e circonscription) Bouches-du-Rhône (13) »