Ouvrir le menu principal

Hugues Revel
Image illustrative de l’article Hugues Revel
Hugue de Revel, par J.-F. Cars, c. 1725
Biographie
Naissance ?
en Dauphiné
Décès ou 1278
en Terre sainte
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Langue Langue de Provence
Supérieur et grand maître de l'Ordre
1258 - 1267 –1277/1278
Grand commandeur de l'Hospital
1251 –1258
Châtelain du Krak des Chevaliers
1243 –1248
Chevalier de l'Ordre

Hugues Revel est le 20e supérieur[1] de L'Hospital de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem de 1259 à sa mort en 1277 ou 1278 et le premier à porter le titre de grand maître à partir de 1267.

Sommaire

BiographieModifier

OrigineModifier

Hugues Revel était vraisemblablement d'origine du Dauphiné, uniquement Cecil Humphery-Smith lui donne une origine anglaise ou normande[2]. La presque similitude des armoiries de la famille dauphinoise avec celle d'Hugues Revel pourrait en témoigner[3]. Nous ne connaissons rien de ses débuts dans l'Ordre.

Il apparait en 1243 comme châtelain du Krak des Chevaliers, poste qu'il occupe jusqu'au plus tard le , date où il est remplacé par Jean de Bubie[4]. Il était un frère parmi d'autres au couvent de Saint-Jean-d'Acre. C'est Guillaume de Chateauneuf, retour de captivité en Égypte en 1250, qui voudrait en faire son successeur. Entre 1251 et 1258, il en fait son grand commandeur de l'Hospital après le décès de Jean de Ronay à la bataille de Mansourah le [5].

Comme grand commandeur il participe, en 1251 et 1257, comme arbitre pour trouver une solution aux conflits qui opposaient les Hospitaliers à Jean d'Ibelin, le comte de Jaffa, au sujet des possessions dans le comté d'Ascalon ou au prince d'Antioche, Bohémond VI, comte de Tripoli[5].

Supérieur et grand maître de l'OrdreModifier

Au décès de Guillaume de Chateauneuf dans le courant de 1258, Hugues Revel est élu comme supérieur de l'Ordre ; son premier acte est daté du [3].

Á peine élu, il dut faire face au conséquence de la guerre de Saint-Sabas. Bohémond VI d'Antioche voulant de venger des seigneurs de Gibelet, les attaque et retrouve ses alliés, les Templiers et ses opposants Guillaume II de Botron et les Hospitaliers. La mort de Bertrand, fils d'Hugues de Gibelet, mis fin au conflit mais les Templiers avec les frères de Saint-Lazare et de Saint-Thomas attaquent les Hospitaliers, mais cela se termine par une victoire éclatante des Hospitaliers et le massacre presque complet des Templiers[6]. Les Templiers et Les Hospitaliers surent surmonter leurs différents en 1262 principalement avec l'extinction des prétentions de Margat et Sidon[5].

Hugues Revel conforte le domaine hospitalier en acquérant l'abbaye bénédictine situé au mont Thabor, le consentement de l'archevêque de Nazareth est obtenu qu'en 1263[5].

Hugues Revel entretien directement des relations avec le sultan mamelouk Baybars, en 1263, 1266 et 1267/68. Le siège de la forteresse templière de Safied par l'armée mamelouk poussa les Hospitaliers à négocier en 1267 une trêve séparée pour le Krak des Chevaliers et la forteresse de Margat mais les armées de Baybars s'empare du Krak en 1271 ce qui n’empêche pas Revel à négocier une trêve la même année[7].

Hugues Revel attache son nom à la modification des statuts de l'Ordre lors des chapitres généraux des année 1268, 1270, 1274 et 1276 comme les compilations des sentences, les « esgarts », et des coutumes, les « usances », fixées entre 1239 et 1271 furent très certainement fait à l'instigation de Revel[7]. La réussite de l'activité administrative de Revel tient en grande part au trésorier Joseph de Chauncy qui officie de 1248 à 1271 avant d'être appelé par le roi d'Angleterre Édouard I[7].

Hugues Revel meurt entre la seconde moitié de 1277 et la première moitié de 1278. Son successeur Nicolas Lorgne exerce son magistère le [7].

Notes et référencesModifier

Sources bibliographiquesModifier

  • Joseph Dellaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre sainte et à Chypre (1100-1310), Paris, Ernest Leroux,
  • Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'ordre de Malte, Paris, Perrin,
  • (en) Cecil R. Humphery-Smith, Hugh Revel: Master of the Hospital of St John of Jerusalem 1258-1277, Philimore,
  • Jochen Burgtorf article « Hugues Revel » in Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne)

AnnexesModifier