Le huaynohuaino en espagnol ou huaiño en espagnol de Bolivie — est à la fois une musique et une danse traditionnelle du Pérou d'origine andine qui remonte à l'époque précolombienne qui incorpore de nos jours des éléments musicaux préhispaniques et européens et présente plusieurs variations régionales[1].

Spectacle de huayno dans le centre du Pérou en 1987.

Elle est très présente dans la Sierra avec des variantes selon les régions. Les Huaynos Ayacuchanos sont parmi les plus connus. C'est une musique souvent jouée lors de fêtes, carnavals ou mariages. Un groupe de Huayno se compose de plusieurs musiciens avec accordéons, guitares, harpe, saxophone, cuivres ou violon, et aussi flûtes (kenas, sikus, etc.). Tant le rythme que la mélodie, comme le chant et la danse du huayno agissent comme des éléments de sensibilisation qui unissent les habitants dans tout événement social et familial, des espaces où ils affirment leur identité[2]. Son rythme est parfois "endiablé" avec des voix perçantes[3], à la différence du Yaraví, plus calme, doux et mélancolique. Elle est parfois associée au Tundiqui, autre danse de l'altiplano. La danse des ciseaux a été déclarée patrimoine culturel du Pérou en 2005, pour être une expression traditionnelle de caractéristiques très uniques qui en font une danse unique dans le contexte andin. ressemble aussi à un affrontement entre les deux danseurs, similaire à un battle de breakdance[4], tradition que l'on retrouve dans les contrapunteo par exemple au Venezuela, mais aussi dans les repentista cubaines.

Dans les années 1980, le genre musical regagne en popularité et intéresse l'industrie du disque et la radio. Le huayno subit quelques modifications instrumentales, comme l'inclusion de timbales. Dans les années 1990, ses principaux représentants étaient des chanteuses telles que Dina Páucar, Sonia Morales, Abencia Meza, Alicia Delgado et la harpiste Laurita Pacheco[5], entre autres. Le huayno continue d'attirer de nos jours une attention médiatique[6].

ÉtymologieModifier

Le terme Huayno est un mot quechua. Selon les régions andines, il est parfois orthographié Wayno ou Waynu (régions de Cuzco, Ayacucho…), ou Wayño, Huaiño, Wuyñu (en Bolivie), ou encore Guaiño. Diverses hypothèses partagent les chercheurs sur son origine et sa famille lexicale : il pourrait provenir du vocable quechua générique huañuy, qui signifie "mourir", "mort", en lien avec le triste souvenir de l'effondrement de l'Empire inca (ou Tawantinsuyu). Il pourrait aussi provenir du mot quechua huayñunakunay qui signifie "danser main dans la main". Il pourrait même dériver du cri collectif proférés par les groupes de danseurs et de musiciens : « Wayǃ Way, wayǃ » pour manifester leur enthousiasme et s'encourager ; d'ailleurs, à la fin de la prestation, ils s'écrient : « waynurú nuqalla » ("ainsi donc, voilà, nous avons dansé" ou "eh bien, j'ai danséǃ").

Exemples fameuxModifier

La Ñusta, enregistrement de 1913 (durée 2'53).

ArtistesModifier

Une des plus illustre représentante du genre musical est Martina Portocarrero qui mène de front des carrières de chanteuse folklorique et d'enseignante-chercheuse en pédagogie musicale et de culture andine[9]. Elle apprend directement par sa mère le répertoires d'artiste du huayno telles que Pastorita Huaracina, Flor Pucarina. Elle a écrit plus de 100 chansons[9].

Parmi les instrumentistes, citons aussi le guitariste Raúl García Zárate[10],[11] ou encore le spécialiste du charango Julio Benavente Diaz[12].

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « Música huayno », sur Smithsonian Folklife Festival (consulté le )
  2. Giselle Escalante Rodrigo, « El huayno como expresión de la identidad cultural de los pobladores de Huamanga - Ayacucho, 2017 », sur alicia.concytec.gob.pe, (consulté le )
  3. CNM-IRMA, « CNM-IRMA HUAYNO / Documentation / Lexique / CNM-Irma : centre d’information et de ressources pour les (...) », sur IRMA CNM : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles, (consulté le )
  4. Last Night in Orient- LNO ©, « La Danza de Tijeras », sur Last Night in Orient (consulté le )
  5. (es) NOTICIAS PERU21, « Laurita Pacheco: “Los que vivimos del arte debemos tener un negocio aparte” | Pandemia | Música peruana | Arpa | CULTURA », sur Peru21, (consulté le )
  6. (es) Claude Ferrier, El Huayno con Arpa : Estilos globales en la nueva música popular andina, Institut français d’études andines, coll. « Travaux de l'IFEA », (ISBN 978-2-8218-4433-9, lire en ligne)
  7. Points de vue & documents, « Flor de retama. L'éternelle révolte des pauvres... », sur Points de vue & documents, (consulté le )
  8. (es) Adelayda Letona, « Entre el halago y la ofensa: la verdadera historia de Valicha », sur RPP, (consulté le )
  9. a et b (es) « Biografía de Martina Portocarrero », sur Last.fm (consulté le )
  10. (es) Redacción LR, « Falleció Raúl García Zárate, primera guitarra andina del Perú, a los 85 años », sur larepublica.pe, (consulté le )
  11. Last Night in Orient- LNO ©, « Raúl García Zárate - In Memoriam (Album complet) Guitare instrumentale », sur Last Night in Orient (consulté le )
  12. « Julio Benavente Diaz », sur data.bnf.fr (consulté le )

BibliographieModifier

  • Paredes Candia Antonio "De la tradición paceña; folclore y tradiciones de la ciudad de La Paz", La Paz, 1982
  • Harry Tschopik Jr.: Music of Peru. Folkway Ethnic Library Album No. FE 4415, 1949/1961, Folkways Records & Service Copr., New York City
  • Joshua Tucker: Gentleman Troubadours and Andean Pop Stars: Huayno Music, Media Work, and Ethnic Imaginaries in Urban Peru. University of Chicago Press, Chicago 2013.
  • Claude Ferrier: El huayno con arpa: Estilos globales en la nueva música popular andina. Institut français d’études andines & Instituto de Etnomusicología, Pontificia Universidad Católica del Perú, Lima 2010.
  • Elizabeth Gackstetter Nichols Ph.D.,Timothy R. Robbins Ph.D.: Pop Culture in Latin America and the Caribbean. ABC-CLIO, Santa Barbara (California) 2015. S. 21–23.
  • María Armacanqui, Elia Armacanqui Tipacti, Numa Armacanqui (traducido al quechua por Rosalio Astohuamán Armacanqui): Kachikachicha tukullaspaymi. Pucra-kichwa qaltumanta qawachikuq wayñukuna / Creyendo ser una libélula. Muestra del wayñu pocra quechua andino. SPI, Lima 2009. Paralleltexte auf Spanisch, Quechua und Englisch, 113 S. und 1 Audio-CD.

Liens externesModifier