Ouvrir le menu principal

Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais

Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais
Création 1946
Dates clés 1990 : fermeture des Houillères du Nord-Pas-de-Calais
2004 : fermeture du dernier charbonnage
Disparition 1993 (1er janvier ; dissolution administrative)
Fondateurs État français
Personnages clés Paul Gardent, Max Hecquet... (directeurs généraux),
Yvon Morandat ; Pierre Delmon ; Jacques Ragot[1] (Présidents)...
Forme juridique établissement public à caractère industriel et commercial
Siège social Douai
Drapeau de France France
Actionnaires État Français
Activité Fourniture d'énergie et services
Produits Houille
Société mère Charbonnages de France (CdF)[2]
Filiales SMC2[3]
Site web www.charbonnagesdefrance.fr

Les Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais (abrégé HBNPC) est le nom donné à la libération (après la Seconde Guerre mondiale) aux entités nationalisées (anciennes concessions minières, antérieurement détenues par 18[4] Compagnies minières) dans le Bassin minier du nord de la France. Ces entités sont alors réparties en 9 groupes (Valenciennes, Douai, Henin-Liétard, Oignies, Liévin, Lens, Béthune, Bruay, Auchel, ce dernier groupe intégrant aussi les anciennes concessions du Boulonnais)[5].

Aire de compétence géographiqueModifier

Les HBNPC s’étendent sur l’un des plus grands bassins miniers d’Europe (1 150 km2) et regroupent :

  • Le « bassin Picard » (ou « Boulonnais ») (1692/1949)
  • Le « bassin du Nord « (1716/1990)
  • Le « bassin du Pas-de-Calais » (1841/1990)

GouvernanceModifier

Le président des Houillères était nommé par décret présidentiel, après agrément par le conseil d'administration de Charbonnages de France (CdF)[1].

Production, productivitéModifier

La restructuration entreprises par les houillères dans l'après guerre permet d’atteindre en 1959 un record historique de production de 59 millions de tonnes de charbon extrait dans l’année (alors que les mines emploient 360 000 salariés). Mais une fois que le charbon le moins difficile à atteindre a été exploité, malgré d'incessantes hausses de productivité, les houillères connaissent une période de déclin régulier.

Histoire des HBNPCModifier

 
Carte représentant les concessions du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, avant la nationalisation de 1946 qui transforme cette mosaïque de concession en 9 entités plus aisément gérées par les HBNPC.

CréationModifier

À la Libération, le nord de la France est en pleine reconstruction et les besoins de charbon sont énormes dans toute l’Europe. En septembre 1944, les houillères sont réquisitionnées. En octobre, accusées de trahison, les directions des dix-huit compagnies minières nordistes sont suspendues, on leur reproche essentiellement d'avoir maintenu la production pour l'ennemi, même si au final les sanctions prononcées par les commissions d'épuration resteront faibles[6].

Quelques mois après la fin de la guerre, le Gouvernement nationalise les anciennes compagnies minières privées qui exploitaient les bassins miniers français par une loi votée le 19 avril 1946 par l'Assemblée nationale (loi « relative à la nationalisation de l'industrie des combustibles minéraux » adoptée par 516 voix pour et 31 contre).

Cette opération est rendue délicate par un contexte socioéconomique tendu. Elle se fait en deux temps :

L’opération débute par l'ordonnance du 13 décembre 1944, qui crée les « Houillères nationales du Nord et du Pas-de-Calais » ou « Houillères du Nord et du Pas-de-Calais »

Le gouvernement du général de Gaulle lance en 1945 la « bataille du charbon ». Le Président de la république vient lui-même à Béthune le 11 août 1945 et, à Waziers, et Maurice Thorez, ancien mineur à Dourges, prochainement vice-président du conseil et ministre d'État, vient à Douai, Somain, Waziers le 21 juillet 1945, lance un appel aux mineurs pour produire plus et plus vite, et revient en juillet 1946, descendre symboliquement au fond à Auby en juillet 1946[6]. La main d'œuvre manque, de nombreux Polonais travaillant à la mine avant la seconde guerre mondiale, rejoignent leur pays, les prisonniers de guerre ne sont pas encore tous rentrés, il faut donc d'abord recruter (l'effectif des Houillères est de 91 000 personnes au début de 1945) et rendre le métier attractif ː l'adoption du statut du mineur (loi du 14 février 1946[7] et décret du 14 juin 1946[8]) va y contribuer. Tout est fait pour stimuler la production.

Le 17 mai 1946, les parlementaires votent une loi qui renforce la décision de nationalisation et crée un établissement chargé de gérer ce patrimoine industriel et économique : Charbonnages de France.

À la fin de l'année 1946, l'objectif chiffré de la bataille du charbon est atteint ː la production dépasse les 120 000 tonnes /jour, les effectifs étant au plus haut et ayant plus que doublé[6]. En revanche, les mineurs estiment être oubliés, ils ont réalisé les efforts demandés, mais les salaires stagnent, ils se considèrent comme mal représentés dans les conseils d'administration des Houillères, des grèves ont lieu en 1947, en partie liés aux soubresauts de la guerre froide (exclusion des ministres communistes du gouvernement Paul Ramadier) mais pas seulement. Robert Lacoste, ministre de l'industrie en 1948, supprime des avantages consentis aux mineurs en 1945, ce qui amène de nouvelles grèves dures, face auxquelles le gouvernement envoie la troupe et les Compagnies républicaines de sécurité pour dégager les puits[6].

Durant les trente glorieusesModifier

Le besoin de charbon étant encore critique, et européen, Robert Schumann propose la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (Ceca) qui est considéré comme l’ancêtre de la communauté européenne.

Durant les décennies qui suivent, de nombreux travaux de recherche et développement sont conduits sous l’égide des ingénieurs des mines et des HBNPC, qui vont améliorer les rendements et la sécurité des mineurs, alors que leur statut de mineurs s'améliore également.

L'emploiModifier

Dès les années 1960, le nombre d’emplois miniers ne cessera de décliner car le charbon le moins difficile à exploiter est épuisé, et la production devient de moins en moins rentable, puis déficitaire[9].

Politiques socialesModifier

Les Charbonnages abritaient gratuitement les mineurs dans les corons appartenant aux Houillères et ceux qui habitaient ailleurs bénéficiaient d'une indemnité de logement. Tous les employés des houillères avaient droit à une prime de chauffage (en charbon), avantages qu'ils pouvaient ensuite racheter en nature, sous forme de versement d’un capital, en tenant compte de l’ancienneté et de l’âge des intéressés à leur retraite (conformément au statut des mineurs[10]. Cet avantage était théoriquement offert à tous, y compris pour les salariés non-français (sans discrimination de nationalité), mais une clause nouvelle apparait le 22 janvier 1957 dans un protocole qui décide que dorénavant cette prestation soit réservée aux employés ayant leur foyer sur le territoire métropolitain, clause confirmée Le 2 février 1988 par une circulaire publiée par les Charbonnages de France (circulaire sur les avantages en nature), ce qui exclut les nombreux mineurs de fonds marocains que les Houillères ont été chercher au Maroc. la HALDE a tranché en leur faveur en 2008[11], mais avec peu d'effets selon une étude parue en 2009[12].

Récession charbonnière programméeModifier

En 1960, le plan Jeanneney (du nom du sénateur Jean-Marcel Jeanneney instaure un début de politique de récession charbonnière, qui causera la longue grève des mineurs de 1963.

En 1964, à la télévision (ORTF) Paul Gardent (alors directeur général des Houillères) estime que « l'évolution de la production du Bassin est limitée par l'appauvrissement du gisement. Celui-ci est inégalement réparti et en déclin rapide dans l'ouest. C'est un problème à long terme et il faut approfondir des possibilités de développement des autres industries »[13]. Selon lui ce déclin charbonnier est exclusivement causé par des « données naturelles, c'est-à-dire [à] l'appauvrissement progressif du gisement »[13]

En 1976, à la demande de l'État, les HBNPC planifient l'après-charbon et encouragent les mineurs à changer de métier[14]. Le 3 mai 1977 Pierre Delmon, alors président des HBNPC (et qui sera aussi président du CESR et membre du Conseil économique et social) annonce sur France Inter que « Dans les conditions actuelles, l'arrêt de l'extraction dans le Bassin Minier Nord- Pas-de-Cala1s est prévu pour les années 1985 ». Le Gouvernement confie alors aux Houillères une nouvelle mission : "organiser la récession de la production charbonnière" et donc préparer l'après-mine.

Alors que la production charbonnière du Nord de la France devient de moins en moins rentable (Selon les archives de Charbonnages de France, le rendement moyen par poste et par jour est dans le Nord-Pas-de-Calais en 1959 de 1,5 t de charbon/jour à comparer aux 2,4 t/jour en Lorraine où les veines de charbon sont plus épaisses et larges[13]), les houillères cherchent constamment à réduire leur déficit, notamment en cédant à la collectivité une part croissante du patrimoine et des charges non-productives dont elles ont hérité durant les trente-glorieuses. C'est le cas de leur important patrimoine ferroviaire (cavaliers miniers) et routier (voiries et réseaux associées) qui commençait à se dégrader notamment en raison des affaissements miniers. À partir des années 1970, elles le transfèrent aux collectivités[15]. Elles cèdent leurs écoles techniques aux collectivités et leurs êglises aux associations diocésaines. Elles cèdent aussi leurs équipements sportifs aux collectivités locales ainsi que certains services que les houillères assuraient antérieurement (service de l'eau, des égouts, de l'éclairage, du ramassage des ordures ménagères en particulier)[15]. Les houillères possédaient aussi un important patrimoine de centrales thermiques produisent de l'électricité (milliers de Mégawatts). Ces centrales au charbon étaient très polluantes ; certains comme celle de Thiers étaient conçues pour brûler le très mauvais charbon invendable, produisant plus de 60 % de cendres, stockées en énorme crassiers). Les HBNPC ont produit de moins en moins d'électricité pour leurs propres besoins (31,9 % en 1967, et seulement 12,3 % en 1976) mais en basculant une partie de la production non utilisée vers EDF (jusqu'à leur déclassement puis démantèlement entre les années 1970 et la fin du siècle). Certaines de ces centrales serviront de centrales de secours, de réserve froide (centrale pouvant être remises en route en 3 mois) en cas de pénurie d'autres sources de production, EDF offrant pour leur entretient une prime conséquente[16] (la centrale d'Hornaing, plus moderne, mise en service dans les années 1970) a été conservée plus longtemps[17]).

Les HBNPC s'associent à Gaz de France pour créer un GIE dénommé Méthamine chargé d'extraire, traiter et vendre le gaz de mine qui va continuer à dégazer des anciennes galeries des terrains houillers de la région de Lens-Liévin[18]. Méthamine deviendra ensuite Gazonor lors d'un processus de privatisation.

Fin des HBNPCModifier

En termes d'activité extractive, les Houillères s’éteignent avec la fin de l'exploitation minière (le 21 décembre 1990).

Administrativement, elles clôturent leur vie administrative le 1er janvier 1993, laissant de nombreux sites pollués (anciennes Cokeries notamment[19]). Des dizaines de milliers de logements miniers sont gérés par une société civile de gestion du patrimoine immobilier des HBNPC, dénommée Soginorpa (plus de 80 000 logements gérés en 1995).

Fonds d'archiveModifier

Les archives des HBNPC ont été transférées et confiées aux Archives du monde du travail à Roubaix. Charbonnages de France assume les droits et obligations de HBNPC pour un chiffre d'affaires d'environ 19 MF (157 agents gérant pour l’ensemble de la trésorerie, des relations sociales et des participations du groupe (jusqu’à sa dissolution en 2007).

Moyens et outils de communication interneModifier

À partir de 1949, dont pour « réconcilier les mineurs et la direction après les grèves » (de 1947-49) les HBNPC ont publié un journal d‘entreprise gratuit (Notre mine), d’abord créé pour le groupe de Lens et distribué à environ 15 000 salariés qui ont alors peu la radio et pas la télévision. Ce journal sera suivi de la création de« nombreux titres de groupes alentours »[20].

RéférencesModifier

  1. a et b JORF du 2 octobre 1980 page 2287 Décret du 25 septembre 1980 M. JACQUES RAGOT EST NOMME PRESIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DES HOUILLERES DU BASSIN DU NORD ET DU PAS-DE-CALAIS (HBNPC),EN REMPLACEMENT DE M. PIERRE DELMON.
  2. Interview de Paul Gardent, directeur général des Houillères, sur la situation du Bassin minier, diffusé le 07 octobre 1964 (Vidéo, durée : 02m 17s).
  3. Liefooghe, C. (2006). Les services: le futur de l’industrie?. Le devenir des savoir-faire industriels à haut niveau de connaissance dans le Nord Pas-de-Calais. Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning, (1), 78-86.
  4. en 1939.
  5. Gillet, Marcel (1973) Les charbonnages du Nord de la France au XIXe siècle. Paris-La Haye, Mouton.
  6. a b c et d Joseph Raguin, « La bataille du charbon ou le défi d'une nation », dans Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du 17 juin 1999, p. 66-67.
  7. Loi n° 46-188 du 14 février 1946 relative au personnel des exploitations minières et assimilées (lire en ligne)
  8. Décret n° 46-1433 du 14 juin 1946 relatif au satut du personnel des exploitations minières et assimilées., (lire en ligne)
  9. de Ladoucette, P. (2004). Charbonnages de France et la société française. Histoire d’une grande mutation industrielle. Eds. ESKA/Annales des Mines, 7-17 (PDF, 13 pages).
  10. articles 22 et 23 du décret du 14 juin 1946.
  11. Délibération de la Halde n° 2008-38 du 3 mars 2008.
  12. El Baz A (2009) Le combat sans fin des mineurs marocains. Plein droit n° 81, (2), 35-38 ., DOI : 10.3917/pld.081.0035 ; Éditeur : GISTI (résumé).
  13. a b et c Vidéo, Archives INA, Journal télévisé de Télé-lille/ORTF diffusé le 07 octobre 1964.
  14. Le déclin du charbon et la conversion dans le Nord-Pas-de-Calais , Archives INA (1er décembre 1976, durée : 3 min 37 s).
  15. a et b Ghouzi, Daniel (1977) Les diverses formes du désengagement des houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais : l'exemple du Valanciennois, Thèse , sous la direction de Pierre Bruyelle ; Université Lille1 - Sciences et Technologies, UER de géographie et d'aménagement spatial, décembre 1977 (PDF, 193 p).
  16. voir p 28 du tome II de la thèse de Daniel Ghouzi de la Thèse de Daniel Gouzhi, citée en Bibliographie du présent article.
  17. voir p 40 de la version PDF du Tome II de la Thèse de Daniel Gouzhi, citée en Bibliographie du présent article.
  18. Blanc A & Coetmeur B (1991) Méthamine: extraction et mise en valeur du gaz de mine. Gaz d'aujourd'hui, 115(2), 58-60.
  19. Van Dorpe, François (1999) Migration d'hydrocarbures dans le sous-sol d'une installation industrielle ; Rapport scientifique 1999 (CEA Cadarache et Centre national de recherche sur les sites et sols pollués de Douai (CNRSSP).
  20. « Notre Mine », premier journal des HBNPC, aurait eu 60 ans aujourd'hui article de la voix du nord, publié le 12/08/2009.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • El Baz A (2009) Le combat sans fin des mineurs marocains. Plein droit no 81, (2), 35-38 ., DOI : 10.3917/pld.081.0035 ; Éditeur : GISTI (résumé)
  • Convert B & Pinet M (1982) L'art d'accommoder les restes : Conversion économique et changement social dans le bassin minier du Nord de la France. 2 vols. Villeneuve d'Ascq.
  • Ghouzi, Daniel (1977) Les diverses formes du désengagement des houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais : l'exemple du Valanciennois, Thèse , sous la direction de Pierre Bruyelle ; Université Lille1 - Sciences et Technologies, UER de géographie et d'aménagement spatial, décembre 1977 (PDF, 193 p)
  • Gillet, marcel (1973) Les charbonnages du Nord de la France au XIXe siècle ; Paris, Mouton.
  • Houillères du Nord-Pas-de-Calais (1977), Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais, 250 ans d'histoire ; Douai
  • Les Houillères entre l’État, le marché et la société : Actes du premier colloque international "Mineurs du Monde", organisé les 11 et 12 avril 2013 au Louvre-Lens en partenariat avec l’Université Lille 3 et son Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS) ; sur le sujet de la résilience des territoires d’extraction de la houille depuis le XVIIIe siècle.
  • HBNPC, archives du monde du travail
  • Guide des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais, édité par «Le Nord Charbonnier» et «Le Nord Industriel », 1936. (H 796)
  • Makuch-Zak, N. (1957). Réalisations économiques et sociales des Charbonnages de France dans les Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais (Doctoral dissertation).